Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mai 2018

Alliance entre, chap. N° 5 - Un Peuple ridiculise une Alliance

Les Alliances entre un Dieu et les humains

 

 

Chapitre N° 5

 

 

Un Peuple qui ridiculise une Alliance

 

 

 

EL-SHADDAÏ fait une Alliance éternelle avec Abraham, Genèse XVII :1« Lorsqu'Abram eut atteint quatre-vingt-dix-neuf ans, Yahvé lui apparut et lui dit : Je suis EL-SHADDAÏ, marche en ma présence et sois parfait. », verset 7, « J'établirai mon alliance entre moi et toi, et ta race après toi, de génération en génération, une alliance perpétuelle, pour être ton Dieu et celui de ta race après toi. », versets 10-11, « Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, c'est-à-dire ta race après toi : que tous vos mâles soient circoncis. Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l'alliance entre moi et vous. », verset 21, « Mais mon alliance, je l'établirai avec Isaac, que va t'enfanter Sara, l'an prochain à cette saison. », et ce Dieu conclut cette « Alliance » avec Isaac le fils d’Abraham. Les humains vivaient encore vieux à cette époque puisqu’Abraham vécut cent-soixante-quinze ans et Isaac cent-quatre-vingt ans. Jacob l’un des fils d’Isaac, se battit toute une nuit avec l’Ange d’EL-SHADDAÏ et ce dernier au petit matin frappa la hanche de Jacob qui se démit, Genèse XXXII : 28, « L’Ange reprit : On ne t'appellera plus Jacob, mais Israël, car tu as été fort contre EL-SHADDAÏ et contre tous les hommes et tu l'as emporté. » et depuis ce jour la descendance de Jacob, qui vécut cent-quarante-sept ans, se nomme les « Israélites ». Joseph, l’un des douze fils de Jacob, qui formèrent les douze tribus d’Israël, fut vendu par ses frères à des caravaniers qui allaient en Égypte. C’est dans ce pays gouverné par les Hyksôs, que Joseph devint « Grand Chambellan » de Pharaon. En Palestine comme dans la Mésopotamie et les Pays limitrophes, il y eu une grande disette pendant sept ans comme Joseph l’avait prédit. Ce fut pendant cette famine que toute la famille de Jacob, au nombre de soixante-dix humains, vint s’installer dans la région de Goshèn en Égypte, Israël avait cent-trente ans, Genèse XLVIII : 3-4, « Puis Jacob dit à Joseph : EL-SHADDAÏ m'est apparu à Luz, au pays de Canaan, il m'a béni et m'a dit : « Je te rendrai fécond et je te multiplierai, je te ferai devenir une assemblée de peuples et je donnerai ce pays en possession perpétuelle à tes descendants après toi. » », ceci se passa quand Jacob était près de s’endormir définitivement

  Jacob se bat contre un AngeQuatre-cent-trente ans passèrent et la descendance d’Abraham, Isaac et Jacob devinrent un peuple d’Israélites dans la région de Goshèn en Égypte plus nombreux que les autochtones d’où leur servitude. Comme EL-SHADDAÏ l’avait promis à Abraham les Israélites devinrent son « Peuple », son bien propre alors il fit voir à ses humains sa puissance et sa force par des multiples prodiges. Ses humains, les hébreux ou israélite croyaient en un seul et unique Dieu, le Dieu de leur père qu’ils nommaient comme Abraham EL-SHADDAÏ et suivaient les Lois que ce Dieu avait donné à leur ancêtre car tous étaient de cette lignée.

Les hébreux étaient devenus esclaves en pays d’Égypte, terre d’accueil de leur ascendant Jacob appelé Israël. Ils ne vivaient pas en autarcie, mais suivaient les Lois du pays d’Égypte ainsi que leurs propres Lois internes, laïques et religieuses comme la circoncision, donc ils étaient ouverts sur les Nations et savaient que celles-ci érigeaient des statuts, totems, à l’effigie de leurs Dieux. N’oublions pas que les humains de l’époque étaient très respectueux de la religion et des Dieux de leurs ennemis.

Cet Être Suprême choisit un humain venant de son peuple, mais ayant été élevé par la fille du Pharaon de l’époque, donc comme un égyptien de l’aristocratie avec connaissance et science, mais aussi en théologie religieuse. De plus cet humain, Moïse tua un égyptien qui lui value le bannissement du pays et envoyé dans le désert où théoriquement il aurait dû décéder.

EL-SHADDAÏ se servit de cet humain pour se faire connaître de son « Peuple », mais aussi des Nations limitrophes à l’Égypte, voilà pourquoi à chaque plaie il endurcissait le cœur de Pharaon un peu plus, mais en même temps il mettait le cœur des humains formant son Peuple à l’épreuve. Genèse XLVI : 3-4« Dieu reprit : Je suis EL-SHADDAÏ, le Dieu de ton père. N'aie pas peur de descendre en Égypte, car là-bas je ferai de toi une grande nation. C'est moi qui descendrai avec toi en Égypte, c'est moi aussi qui t'en ferai remonter, et Joseph te fermera les yeux. »  Je reviens un peu en arrière, ils étaient en tout soixante-dix humains, Genèse XLVI : 27, « Les fils de Joseph qui lui naquirent en Égypte étaient au nombre de deux. Total des personnes de la famille de Jacob qui vinrent en Égypte : soixante-dix. » quand ils entrèrent en Égypte et que le Pharaon de l’époque permis que la famille de Joseph avec leurs gens s’installe en région de Goshèn. Genèse XLVII : 28, « Jacob vécut dix-sept ans au pays d'Égypte et la durée de la vie de Jacob fut de cent quarante-sept ans. » Jacob avait cent-trente ans. Certaines versions grecques ajoutent cinq descendants d’Éphraïm et de Manassé d’où le total de soixante-quinze humains au lieu de soixante-dix personnes Actes VII : 14« Joseph envoya chercher alors son père Jacob et toute sa parenté, qui comptait soixante-quinze personnes. » Le temps de vie des humains diminuait rapidement et Joseph avait cent-dix ans quand il s’assoupit.

Ceux qui passentLes humains qui forment le Peuple de l’Être Suprême en Égypte sont les descendants de la famille de Jacob, soixante-dix humains, hommes et femmes en comptant les deux enfants mâles de Joseph, Éphraïm et Manassé, que l’on appelait les « Israélites », mais aussi les « Hébreux » qui signifiait « Ceux qui passent » car ces humains étaient des nomades, qui devinrent sédentaires en Égypte. Ils étaient conseillés aux hébreux de trouver femme parmi la communauté hébraïque. Jacob eut deux épouses et deux concubines qui lui donnèrent douze fils qui sont les « Pères » des « Tribus » d’Israël. Joseph trouva son épouse parmi la noblesse égyptienne. Il était courant qu’un humain trouva son épouse chez les enfants de son oncle et cela ne faisait pas comme aujourd’hui des trisomiques vingt-et-un ce qui nous prouve que le sang n’était pas dégénéré comme en ce vingt-et-unième siècle. Entrèrent en Égypte Jacob ses deux femmes et deux concubines, ses onze fils avec leurs femmes et concubines pour certains et leurs enfants, filles et garçons, plus Joseph et ses deux fils. Certains des petits-enfants de Jacob prirent pour femme une égyptienne, pour époux un égyptien mais homme ou femme il devait se plier et apprendre les Lois et coutumes hébraïques et se mélange de la race et des coutumes firent que les humains hébreux n’étaient plus aussi purs qu’à l’ère d’Abraham car un quart de la population était mélangé et les égyptiens étaient des pluri-théistes, et dans leur culte l’adoration des idoles avait une grande importance.

L’Être Suprême fait subir neuf plaies au peuple égyptien de Pharaon, car volontairement il a affermi le cœur de ce dernier, mais ne l’a-t-il pas fait pour sonder le cœur des humains qui formaient son « Peuple » ? Je me le demande ! Même en vous écrivant ! Il l’a aussi fait pour que ce « Peuple » considère Moïse comme leur chef et qu’aucune rébellion contre ce dernier ne sera permis. Moïse est, comme le sera Jésus le Nazôréen quelques douze siècles plus tard, le rapporteur des paroles d’EL-SHADDAÏ, mais aussi l’assesseur, le médiateur entre ce Peuple et son Dieu, tandis-que Jésus le Nazôréen lui est l’intermédiaire entre des humains de toutes nations, de tous langages, de tous aspects, et son Père qui est leur Dieu et qui tous ensembles, quand après le « Jour de la Colère d’EL-SHADDAÏ »  seront enfin réunis, formeront le « Nouveau Peuple » et une « Nouvelle Alliance » indestructible et éternelle entre ce Dieu, EL-SHADDAÏ et les humains, et Jésus le Nazôréen, son propre Fils vivra au milieu d’eux, et avec eux, jusqu’à « la Fin des Temps », soit éternellement, car la mort aura quitté définitivement la race humaine.

pleine luneMoïse deviendra le guide de ce « Peuple », que cet Être Suprême aura délivré de la servitude égyptienne le jour d’une fête pastorale de printemps qui se célébrait quatorze jours après la « Nouvelle Lune, la Lune de l’Équinoxe » de printemps, et la fête durait de la veille de la Pleine Lune à une Lune après cette Pleine Lune soit trois jours où il y avait en premier cette fête pastorale de la Pâque et la fête du Dieu « Lune Sîn » que l’on exaltait, glorifiait le jour et la nuit de la « Pleine-Lune ». Le Dieu « Lune Sîn » était mâle et de Dieu « Soleil », femelle.

Les humains des Nations, particulièrement la Mésopotamie, pendant trois jours quand la lune était bien visible dans le ciel, des flambeaux en main, les humains faisaient des processions dans les champs puis là, on mangeait des galettes rondes qui faisait penser à la lune, et l’on invoquait le Dieu « Lune Sîn » pour qu’il éloignât les mauvais « Esprits » afin que la terre soit bonne et donne une bonne récolte. Pendant trois jours, mais surtout trois nuits, les humains imploraient le Dieu Lune et ses demi-Dieux représentés sur des totems avec des visages hideux où le sexe et le vin coulaient à flot et la dernière nuit les humains faisaient flamber les totems, dans des immenses feux, car ils croyaient que tous ces « Esprits mauvais » partaient avec les flammes.

La première fois que Moïse monta vers le sommet des monts volcaniques de la montagne du Sinaï, il était dirigé par EL-SHADDAÏ, puisqu’à un moment donné ce Dieu donna l’ordre à Moïse de se déchausser car la partie vers lequel il montait était un lieu sacré. Au « Buisson Ardent » Moïse eu foi en ce Dieu qui lui demandait de retourner en Égypte comme guide de son « Peuple » alors qu’il avait été banni de ce pays.

Moïse était le « Porte-Parole » de l’Être Suprême. En effet c’est à partir de ce moment que les Israélites ne nommeront plus leur Dieu EL-SHADDAÏ comme Abraham, mais un nom qui nous est inconnu aujourd’hui, les hébreux le nomment « YAVHÉ » nom aléatoire de YHWH, qui signifie « Je suis celui qui suis ou celui qui est ». Cet Être Suprême fait sortir son « Peuple » de la servitude égyptienne après dix plaies en lui faisant traverser la Mer Rouge à pied sec. Une colonne qui devait s’étendre sur des kilomètres, composé de six cent mille hommes de pied avec femmes, enfants, vieillards, avec leurs troupeaux de caprins, ovins, bovins, équidés, camélidés, volailles essayez d’imaginer cette colonne disparate ?

colonne de feuQuand Moïse arrêtait cette colonne placé par tribus, chacune avec son étendard le camp devait s’étendre sur des centaines de mètre.

Moïse guida ces humains pendant quarante ans dans les montagnes volcaniques et désertiques du Sinaï, mais en dehors d’être leur guide il eut aussi la fonction de « Grand-Prêtre », sans s’habiller des apparats comme était obliger de faire Aaron s’il voulait entrer dans le « Saint des Saints » de la Tente du Rendez-vous.

Il entrait dans la tente du « Rendez-vous », une colonne de nuée se mettait devant l’entrée pour en interdire l’accès à quiconque, et ce Dieu conversait avec Moïse face à face, Exode XXXIII : 9, « Chaque fois que Moïse entrait dans la Tente, la colonne de nuée descendait, se tenait à l'entrée de la Tente et Il parlait avec Moïse. », verset 11« EL-SHADDAÏ parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à son ami, puis il rentrait au camp, mais son serviteur Josué, fils de Nûn, un jeune homme, ne quittait pas l'intérieur de la Tente. », Moïse recevait de ce Dieu les lois pour son « Peuple », mais il n’y a pas que cela. Moïse est monté sur la montagne du Sinaï qui devait être un mont volcanique assez élevé et des nuages bas devait recouvrir cette montagne dont le sommet est à 2285m mais le point le plus haut aujourd’hui est le Mont Sainte Catherine à 2642m, donc il serait logique de penser que Moïse monta vers 1600-1800m dans la nué que forme les nuages.

 Il y resta deux fois quarante jours, la deuxième fois est une certitude, mais la première fois plus de trente jours cela est certain alors que dit la Bible, Exode XXXII : 7-8, « Yahvé dit alors à Moïse : « Allons ! descends, car ton peuple que tu as fait monter du pays d'Égypte s'est perverti. Ils n'ont pas tardé à s'écarter de la voie que je leur avais prescrite. Ils se sont fabriqué un veau en métal fondu, et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices et ils ont dit : Voici ton Dieu, Israël, qui t'a fait monter du pays d'Égypte. » » et ce Dieu s’enflamme de colère contre ce peuple qu’il vient de libérer de la servitude égyptienne, mais Moïse demande à EL-SHADDAÏ la mansuétude, verset 11, « Moïse s'efforça d'apaiser EL-SHADDAÏ son Dieu et dit : « Pourquoi, Yahvé, ta colère s'enflammerait-elle contre ton peuple que tu as fait sortir d'Égypte par ta grande force et ta main puissante ? » » Parenthèse, je réitère par mesure d’égalité je change le nom de « YAHVÉ » par celui « d’EL-SHADDAÏ », mais par moment je le laisse quand je considère que le nom de ce Dieu à de l’importance dans le sens de la phrase.

montagne sainteCette parenthèse terminée, je reviens à Moïse qui la première fois qu’il monta vers son Dieu ne resta pas quarante jours complet versets 15-16, « Moïse se retourna et descendit de la montagne avec, en main, les deux tables du Témoignage, tables écrites des deux côtés, écrites sur l'une et l'autre face. Les tables étaient l'œuvre d’EL-SHADDAÏ et l'écriture était celle d’EL-SHADDAÏ, gravée sur les tables. » Moïse aussi quand il arriva au camp des hébreux s’emporta contre ce peuple avec colère qu’il en vient à faire l’inadmissible, versets 19-20, « Et voici qu'en approchant du camp il aperçut le veau et des chœurs de danse. Moïse s'enflamma de colère ; il jeta de sa main les tables et les brisa au pied de la montagne. Il prit le veau qu'ils avaient fabriqué, le brûla au feu, le moulut en poudre fine, et en saupoudra la surface de l'eau qu'il fit boire aux Israélites. »

Nous ne devons pas oublier que quelques semaines avant ce peuple avait fait serment qu’il écouterait et mettrait en pratique tout ce que ce Dieu dira, Exode XXIV : 7, « Il prit le livre de l'Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara : « Tout ce que Yahvé a dit, nous le ferons et nous y obéirons. » Suite à ces paroles nous comprenons mieux les paroles terrible d’EL-SHADDAÏ par rapport à « son Peuple » qu’il a fait sortir de l’esclavage égyptien, Exode XXXIII : 3, « Monte vers une terre qui ruisselle de lait et de miel, mais je ne monterai pas au milieu de toi, de peur que je ne t'extermine en chemin car tu es un peuple à la nuque raide. » et le verset 5 est encore pire, « Alors EL-SHADDAÏ dit à Moïse : « Dis aux Israélites : Vous êtes un peuple à la nuque raide, si je montais au milieu de toi, ne fût-ce qu'un moment, je t'exterminerais. Et maintenant, dépouille-toi de tes parures, que je sache comment te traiter. » » Cette alliance qu’EL-SHADDAÏ conclut par l’intermédiaire de Moïse, est une Alliance de principe, de respect mutuel, une Alliance par le sang, Exode XXIV : 8, « Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit : « Ceci est le sang de l'Alliance qu’EL-SHADDAÏ a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. » », ce qui est la suite du verset 7, écrit juste avant où le Peuple promet qu’il suivra toutes les clauses de cette alliance, verset 3« Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles d’EL-SHADDAÏ et toutes les lois, et tout le peuple répondit d'une seule voix ; ils dirent : « Toutes les paroles qu’EL-SHADDAÏ a prononcées, nous les mettrons en pratique. » », et cette Alliance sera conclue par l’aspersion du sang.

PasteurCette Alliance fut bafouée, outragée, ridiculisée, un nombre de fois impensable car ce Peuple qui a vu la puissance et les prodiges de son « Dieu », choisi par lui, puisqu’il avait fait une promesse au Père de ce Peuple, c’est vu ironisé, raillé, mortifié par les Nations, voilà pourquoi les prophètes comme Jérémie et Ézéchiel écrivirent sur une « Nouvelle Alliance » qui devait arrivée dans les générations à venir C’est sous Jérémie quand en l’an -587 de l’E.C. que Jérusalem tomba et que l’Arche d’Alliance disparue de la surface de la terre car absolument personne ne retrouva une trace de cette œuvre artistique qui dégageait une force phénoménale. Sa disparition reste même encore aujourd’hui une énigme beaucoup disent que Jérémie l’aurait emmené en Égypte avec lui et l’aurait caché. Oui mais où ? Le mystère demeure !

Cette « Alliance Nouvelle » de Jérémie XXXI : 31-34, annonce une Alliance très différente de cette Alliance du Sinaï, tout comme Ézéchiel XXXVI : 25-27, « Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés de toutes vos souillures et de toutes vos ordures je vous purifierai. Et je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j'ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous et je ferai que vous marchiez selon mes lois et que vous observiez et pratiquiez mes coutumes. » Ce texte prophétique annonce la « Nouvelle Alliance » mais avant cela Jérémie comme Ézéchiel annonce qu’il faudra épurer les « Pasteurs » et annonce qu’il y aura un « Prince » qui aura la fonction du « Pasteur » suprême celui qui triera les bonnes des mauvaises brebis.

Je vais arrêter pour le moment car les recherches sont dures et ardues, et je sais que dans ces pages d’écriture il y a quelques répétitions, mais pour la compréhension difficile de faire autrement. La suite dans les jours avenirs, je cherche la vérité uniquement la vérité et plus j’approfondis et plus je m’aperçois que je suis dans le vrai, alors nous humains nous sommes responsable de nous et avec sincérité je crois en ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ comme Abraham. Vous mes semblables vous avez un cœur, un esprit, alors si vous croyez en quelque chose de supérieur à vous pensez à ce Dieu sans visage, ou plus exactement à sept milliards de visage car quand vous croisé votre semblable c’est le visage la ressemblance de ce Dieu seul et unique. Quant à vous qui vous dites chrétiens, catholiques, protestants, orthodoxes, vous êtes en pleine idolâtrie, puisque vous vous signez devant un morceau de bois, pierre, métal, crucifix et croix de bois.

Portez-vous bien ! Prenez soin de vous !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

22 mars 2018

Fête de la Pâque, chap. N°3 - Une alliance rompue

Fêtes Chrétiennes les Pâques

 

Fête d’EL SHADDAÏ la Pâque

 

 

Chapitre N°3

 

 

 

Pâque : une ancienne alliance rompue

 

 

Ézéchiel XVL : 18-19, 21-22

« Ainsi parle le Seigneur EL-SHADDAÏ :

Au premier mois, le premier du mois, tu prendras un jeune taureau sans défaut, pour ôter le péché du sanctuaire.

Le prêtre prendra du sang de la victime pour le péché et le mettra sur les montants de la porte du Temple, sur les quatre angles du socle de l'autel et sur les montants des porches du parvis intérieur. »

« Au premier mois, le quatorzième jour du mois, ce sera pour vous la fête de la Pâque. Pendant sept jours on mangera des pains sans levain.

Ce jour-là, le prince offrira pour lui-même et pour tout le peuple du pays un taureau en sacrifice pour le péché. »

Exode-la Pâque-Tente du Rendez-Vous, le camp (400).jpgJe ne vous ai pas posé les dernières phrases es derniers paragraphes du chapitre précédents, mais je vous convie à les lire, puisque ce sont des versets bibliques du Livre des « Nombres » et du « Deutéronome » et vous constaterez que le Prêtre qui va une fois par an dans le « Saint des Saints » est obligé de faire un premier sacrifice pour ses propres péchés à lui voilà pourquoi le péché est au singulier car le Prêtre pour entrer dans le « Saint des Saints » doit être exempt de tout péché donc il doit être « Sain » propre sans tâche. Cette pièce est un mystère pour beaucoup d’historiens car plus d’un Prêtre y a laissé la vie, foudroyé. Voilà pourquoi aussi je dis et le répète souvent dans mes écrits ses mots « Saint des Saints » sont mal orthographiés je le vois bien orthographié ainsi : « le SAIN » parce que le Prêtre doit être sans tache, à moins que « le SAIN » ne soit l’Être suprême des « Sains » représentent tous les invisibles a moins que ce ne soit ces fidèles serviteurs comme Hénoch, Abraham, Mathusalem, Melchisédech, Élie tous ces êtres qui ont été parfait devant EL SHADDAÏ donc « SAIN des SAINS » voilà comment je vois cet orthographe

Le Peuple, non « le Peuple » d’EL SHADDAÏ qui s’est formé en quatre-cent-trente ans car ils entrèrent soixante-dix en pays d’Égypte à l’époque où les Rois égyptiens, les Pharaons, était des Hyksôs 1670-1554. Joseph a dû être Chambellan sous les règnes de plusieurs Pharaons Hyksôs à partir de Se-Kha-en-Rê nommé aussi Salitis jusqu’à Âa-qen-en-Rê nommé aussi Apophis Ier. Là, c’est EL SHADDAÏ qui choisit son « Peuple » qui est la descendance d’un humain avec qui il a passé une alliance par la circoncision. Je réitère ce que j’ai écrit ci-dessus, ils étaient soixante-dix quand ils entrèrent en Égypte, et ils étaient un peu plus de six-cent-mille hommes de pied, quatre-cent-trente ans après, sans compter femmes, enfants, vieillards, quand ils sortirent du pays d’Égypte. Dans les chapitres précédents je vous avais écrit sur les « Alliances » la première avec « LES » humains avec « l’Arc-en-Ciel » dans les nuées signifiant qu’EL SHADDAÏ ne détruirait jamais plus toutes les chairs à cause de « l’homme » par un cataclysme planétaire diluvien, la seconde « Alliance » entre Lui et « UN » humain afin de reconnaître sa descendance en le marquant dans sa chair par la circoncision. Comme le berger marque son troupeau au fer rouge, EL SHADDAÏ marquera les siens par la circoncision, voilà pourquoi il enseigne que, si l’étranger ou l’esclave veut suivre « ses Lois et Préceptes », il devra se circoncire. La troisième « Alliance » il ne la fait pas avec tous les humains de la Terre, avec un seul humain, mais avec des humains qui seront « son Peuple », une Nation, « Israël » où coule le lait et le miel parmi toutes les Nations de la Terre, et cette Nation, avec son « Peuple » sera connue sur toute la surface de la terre de la Terre par son « Dieu » le nom de son « Dieu », « EL SHADDAÏ » qui résonnera dans le cœur de tous les humains par la puissance, la force, le mystère des exploits de son « Peuple » par « Lui »Exode-la Pâque-contrefort du Sinaï (Copier) (2).jpg

Cela est une certitude je reviendrai vous écrire sur ce « Peuple », mais surtout sur le « DIEU » de tous les humains peu importe le langage, la couleur de peau, le Pays ou la Nation, car ce « DIEU » avait choisi « un Peuple » les Hébreux qui …….plus tard je reviendrai ….  Aujourd’hui en ce vingt-et-unième siècle, je certifie que ce n’est plus ce « DIEU » qui choisit son Peuple, mais ce sont les humains de toutes langues, de tous idiomes, de toutes couleurs de peau, qui se sont circoncis de cœur et d’esprit, qui comme Hénoch, Noé, Abraham ont volontairement préféré « ce Dieu » seul et unique, car aucun n’a existé avant Lui, aucun ne subsistera après Lui, Lui « EL SHADDAÏ », « au-dessus des Montagnes », choisit individuellement dans la multitude comme leur seul et unique Dieu, ce petit nombre sur toute la Terre qui forme son « Nouveau Peuple ». Ce n’est plus EL SHADDAÏ qui choisit les humains pour former son « Peuple », non ! maintenant se sont les humains de toutes couleurs de peaux, de tous langages et idiomes qui individuellement le choisissent comme leur « DIEUX » volontairement par le cœur et l’esprit, avec sincérité, pas de Prêtres, de Dignitaires comme les Évêques, Cardinaux, Papes, Popes, Rabbins, fini tout cela, le seul « Grand Prêtre » « Jésus le Nazôréens », le seul et unique « DIEU » son Père EL SHADDAÏ, pas d’hypocrisie, pas de mensonge, car c’est seul que j’ai été chercher le « Vrai et Véritable Dieu », et pas de déception avec mes semblables puisque quand nous avons la joie de nous rencontrer nous parlons de ce Dieu seul et unique et des bienfaits qu’il a apporté dans notre maison.

Cette troisième « Alliance » faites avec des humains qui sera rompu par ces mêmes humains après cinq siècles de bonheur de 1220 à 722 av. J-C.

Exode XXIV : 6-8

« Moïse prit la moitié du sang et la mit dans des bassins, et l'autre moitié du sang, il la répandit sur l'autel.

Il prit le livre de l'Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara :

 « Tout ce qu’EL-SHADDAÏ a dit, nous le ferons et nous y obéirons. »

Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit :

« Ceci est le sang de l'Alliance qu’EL-SHADDAÏ a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. » »

Exode XXXIV : 10, 27

EL-SHADDAÏ parle à Moïse sur le mont Sinaï

« EL-SHADDAÏ dit :

 « Voici que je vais conclure une alliance : devant tout ton peuple je ferai des merveilles telles qu'il n'en a été accompli dans aucun pays ni aucune nation. Le peuple au milieu duquel tu te trouves verra l'œuvre d’EL SHADDAÏ, car c'est chose redoutable, ce que je vais faire avec toi. » »

« EL-SHADDAÏ dit à Moïse :

« Mets par écrit ces paroles car selon ces clauses, j'ai conclu mon alliance avec toi et avec Israël. » »

exode carte trajetDans sa composition finale, « l’Alliance » mosaïque scelle l’élection du peuple et les promesses qui lui furent faites les délivrant de l’esclavage Égyptien (Exode VI : 6-8, « C'est pourquoi tu diras aux Israélites : Je suis EL SHADDAÏ et je vous soustrairai aux corvées des Égyptiens ; je vous délivrerai de leur servitude et je vous rachèterai à bras étendu et par de grands jugements. Je vous prendrai pour mon peuple et je serai votre Dieu. Et vous saurez que je suis EL SHADDAÏ, votre Dieu, qui vous aura soustraits aux corvées des Égyptiens. Puis je vous ferai entrer dans la terre que j'ai juré de donné à Abraham, à Isaac et à Jacob, et je vous la donnerai en patrimoine, moi EL SHADDAÏ. ») et l’unicité de leur Dieu, EL SHADDAÏ seul et unique, qui sera leur Dieu et eux son « Peuple », de même que l’alliance avec Abraham rappelée, Exode VI : 5, « Et moi, j'ai entendu le gémissement des Israélites asservis par les Égyptiens et je me suis souvenu de mon alliance. », avait confirmé les premières promesses. « L’Alliance » avec Abraham était conclue avec un seul individu, bien qu’elle atteignît sa descendance, et ne comportait qu’une seule prescription, celle de la circoncision. « L’Alliance » du Sinaï engage tout un « Peuple » qui reçoit une Loi : « le Décalogue et le Code de l’Alliance ». Avec ses développements postérieurs, cette Loi deviendra la « Chartre » du Judaïsme et Ben Sira dans son Siracide ou Ecclésiastiques XXIV : 9-27, l’identifiera à la Sagesse (-- la colonne de nué du désert qui dans les textes anciens est la manifestation de la présence d’EL SHADDAÏ. Pour Jésus Ben Sira, le culte du Temple de Jérusalem est encore une œuvre de la Sagesse, soit simplement parce que, comme l’ordre du monde, il est une expression de la perfection divine, soit plus précisément parce qu’il se trouve codifié dans la Loi, expression parfaite de la Sagesse. Après différents parfums naturels qui entre dans la composition de l’huile d’onction, c’est à l’encens liturgique que Ben Sira la compare, galbanum, et labdanum sont des gommes résines aromatiques comme la myrrhe ; l’onyx est une sécrétassions de certains mollusques utilisés dans la fabrication de l’encens. --), mais elle est en même temps un témoin contre le « Peuple », Exode XXXI : 26-27, (– J’ai lu tous le chapitre XXXI et à la fin m’a gorge fut serrée par les larmes car EL SHADDAÏ allait rendre son peuple heureux, ne manquants de rien et ces humains allaient encore une fois se détourner de leur Dieu, pourquoi ? …. Trop heureux, se croyant invincible, j’essaie de comprendre, alors je vais poser ces deux versets, mais lisez-le complètement avec le cœur et à la fin vous serez dans le même état que moi --), versets 26-27, : « « Prenez le livre de cette Loi. Placez-le à côté de l'arche de l'alliance d’EL SHADDAÏ votre Dieu. Qu'il y serve de témoin contre toi. Car je connais ton esprit rebelle et la raideur de ta nuque. Si aujourd'hui, alors que je suis encore vivant avec vous, vous êtes rebelles à EL SHADDAÏ, combien plus le serez-vous après ma mort. », car sa transgression rend vaine les promesses et entraine la malédiction d’EL SHADDAÏ. Elle demeurera comme une instruction et une contrainte préparant les âmes à la venue de Jésus le Nazôréen qui scellera une « Nouvelle Alliance » celle-là indestructible.

L’apôtre Paul expliquera contre les judaïsant, ce rôle temporaire de la Loi.

Montagnes Sinaï présence du Très-HautLa localisation du Sinaï est difficile. Depuis le IVème siècle de notre ère la tradition chrétienne le place au Sud de la péninsule Arabique qui en tire son nom du djebel Mousa, 2245m. Une opinion actuellement répandue invoque les traits de caractère volcanique dans la description de la « Théophanie » biblique Exode XIX : 16 +, (---l’itinéraire de Nombre XXXIII : ce chapitre, avec ses notes, appartient à une couche secondaire de la rédaction sacerdotale. Il utilise des indications géographiques contenues dans les Livres de l’Exode, Nombres, Deutéronome, mais plus de la moitié des noms sont nouveaux et proviennent d’autres documents. Le trajet du Sinaï Éçyôn-Guébèr versets 16-35 de ce chapitre, utilise une liste d’étapes du Nord-Ouest de l’Arabie qui a donné occasion à une localisation su Sinaï dans cette région. Les versets 41-49 de ce chapitre XXXIII utilise un autre « routier » qui décrit le chemin le plus direct entre Cadès et le Nord de l’Arnon, mais ce trajet est inconciliable avec les indications des sources anciennes, détour par Éçyôn-Guébèr en dehors de Moab er Édom. ----), pour situer le Sinaï en Arabie où les volcans étaient encore en activité à l’époque historique. Ces arguments ne sont pas décisifs, les notes mentionnées et d’autres textes supposent une localisation plus proche de l’Égypte et du Sud de la Palestine

En conséquence une autre théorie situe le Sinaï près de Cadès en s’appuyant sur les textes qui mettent Séïr, Édom, et le mont Parân en rapport avec la manifestation divine. Cadès n’a jamais été associé au désert du Sinaï et certains textes mettent clairement celui-ci loin de Cadès. La localisation dans le sud de la Péninsule Arabique reste le plus vraisemblable. Malgré l’importance durable des événements et de la législation rattachée au Sinaï, les Israélites semblent avoir vite oublié sa situation précise.

Ma montagnes Sainte l'HorebLa montagne de l’Horeb fut la montagne d’EL SHADDAÏ, dans le Sinaï. C’était une région très volcanique à l’époque de Jethro, le beau-père de Moïse et c’est aussi sur cette montagne que furent gravé par le doigt de l’Être Suprême, sur « des Tables de Pierre » le « Décalogue » et que fut institué le « Code de l’Alliance » C’est au pied de cette montagne volcanique à l’époque, que Moïse par « l’Alliance du Sang » fera d’Israël le bien personnel et sacré d’EL SHADDAÏ. En effet c’est Lui qui va chercher son « Peuple » la descendance l’Abraham, qui s’est formé en quatre-cent-trente ans en pays étranger. Cette région du Mont Sinaï entourée de volcans comme chez nous en Auvergne était très fertile sur certains contreforts, voilà pourquoi pendant l’Exode les israélites restaient plus d’une année au même endroit, et qu’ils restèrent quarante années dans le désert  du Sinaï qui à l’époque, il y a trois mille deux-cent-trente-huit ans était plutôt luxuriant en prairies, forêts, et steppes car une terre volcanique est réputée pour sa fertilité, mais aussi pour ses métaux, or, argent, nickel, minerai de fer, etc.

Traversée de la Mer RougeC’est sur ces contreforts qu’EL SHADDAÏ dicta à Moïse comment construire l’Arche d’Alliance ainsi que ses dimensions mais aussi que les humains reçurent les Lois et les acceptèrent et ceci à partir du troisième mois d’errance dans les montagnes du Sinaï. En lisant la Bible et surtout la comprendre, je reconnais que je suis petit en esprit et que les humains de l’époque de Jésus le Nazôréen était beaucoup plus intelligent que nous, mais que les humains de l’ère de Moïse était plus compétent que ceux de Jésus le Nazôréen. IL fut reconnu par tous les historiens que Jésus le Nazôréen possédait une connaissance et une intelligence très largement supérieur à ses contemporains.

Quand EL SHADDAÏ fit construite la « Tente du Rendez-Vous » elle fut façonnée d’une certaine manière, avec un parvis, une pièce nommé le « Saint » qui devrait plutôt s’écrire ainsi « le SAIN » car cette pièce devait être propre, limpide, sans tache et c’est dans cette pièce que le Grand Prêtre après le décès de Josué, car Josué comme Moïse entrait dans le « SAIN des SAINS » (saint des saints) pour palabrer avec EL SHADDAÏ et surtout recevoir la marche à suivre pour entrer « en Terre Promise ». Quand les Israélites suivaient les instructions données par EL SHADDAÏ, c’est ce dernier qui se battait pour eux et les pertes en vie humaine étaient négative

Un fait aussi très important pour moi, trois mois après la sortie d’Égypte, EL SHADDAÏ sur les contreforts de sa « Montagnes Sainte, l’Horeb », posa avec son « Peuple » une « Alliance » qui n’allait pas être éternelle comme celle passé avec Noé et « l’Arc-en-Ciel », « Alliance éternelle », puis avec Abraham par la « circoncision », « Alliance éternelle », mais cette « Alliance » avec son « Arche » ne serait pas « éternelle ! »

galette non levéeEn effet combien de fois ce « Peuple » c’est détourné de son « Dieu » pour aller prier Baal, Tammuz, Astarté la Reine du Ciel » ? Combien de fois EL SHADDAÏ a eu pitié d’eux et alla les rechercher, combien de fois depuis Moïse ? Peuple au cœur dur, à la nuque raide ! Et pourtant ce Dieu fit des prodiges avec ce peuple ingrat !

A l’ère de Josué les hébreux étaient un peuple de nomade qui se sont sédentarisés à la vitesse qu’ils prenaient possessions de la « Terre Promise », mais après Josué et les descendant direct de ce dernier les Israélites ne firent que trahir « l’Alliance de Moïse », allant adorer des « Dieux » façonnés par la main des hommes, alors disons que pendant deux siècles, deux siècles et demi, ils suivirent les Lois et Préceptes de leur « Dieu » écrit dans « l’Alliance de Moïse », et après ils recommencèrent à adorer des dieux de matières qui les entrainaient dans la misère matérielle, agraire, pascale et surtout spirituelle, alors ils suppliaient EL SHADDAÏ qui prenait pitié d’eux, punissant sévèrement les adorateurs des Baal, Astarté, Sidom, Moab, etc

Un an après c’est à la « Montagnes d’EL SHADDAÏ, la Montagne d’Horeb » que se fêta la première Pâque et le souvenir de la sortie d’Égypte était encore très fort. Le mois d’Abib premier mois de l’année du calendrier israélien, le quatorzième jour, - (je vous rappelle que la journée israélienne commence après le coucher du soleil.), après le coucher du soleil, entre les deux soirs, vous consommerez la pâque, avec une viande rôtie dont l’os n’a pas été brisé, et vous la mangerez avez un « pain non levé », un « pain de misère », et le lendemain le quinzième jours vous ferez une sainte assemblée –( le terme exacte est une saine assemblée )-, et pendant sept jours vous mangerez un pain Azyme, un pain sans levain ….

arche allianceTenteA la Pâque le repas pascal du pain Azyme vient que comme les Israélites devaient partir d’un moment à l’autre, la maîtresse de maison n’avait pas le temps de faire un levain alors elle façonna un pain rapide sans levain celui que nous allons manger à la Pâque, le Samedi 31 Mars entre les deux soirs, et le coucher de soleil sera à 20 heure pour toute la France, Belgique, Luxembourg et Suisse donc nous pourrons consommer cette Pâque « entre les deux soirs » à partir de 20h jusqu’à 23h30mn.

Je réitère cette Pâque et non « les Pâques » comme le christianisme la fête, est la seule fête qu’il nous commande de commémorer. Nous ne sommes pas hébreux, nous ne sommes pas circoncis pour la majorité d’entre-nous, mais nous sommes quand même ses enfants, car nous sommes circoncis de cœur et d’esprit, car nous croyons en un seul et unique « Dieu », celui qui créa les Cieux et la Terre. Oui de notre plein grès, volontairement nous suivons les « Enseignements » de son fils, Jésus le Nazôréen, Notre Roi, mais pas notre Dieu, car nous n’avons qu’un seul Dieu son Père, que je nomme « EL SHADDAÏ », que certains nomme comme les hébreux « Yahvé » que d’autres le nomme « Être Suprême » ou encore « Très-Haut », peu importe le nom puisque nous croyons en un seul et unique Dieu, c’est cela qui compte, pas besoin de croix, de statues, d’images, de crucifix même et surtout pas tout ces objets idolâtres qui sont à porter des yeux, des mains, nous nous n’avons pas besoin de cela notre cœur, notre esprit suffit ensuivant simplement ces choses routes simples, tu aimeras ton semblable comme toi-même, tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, tu ne commettras pas l’adultère, du prieras et adoreras qu’un seul et unique Dieu celui qui t’a créé

A la semaine prochaine celle de Pâque, portez-vous bien ! Prenez soin de vous !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »