Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 octobre 2017

La Toussaint suite

Basilique byzantine OrthodoxeLa Toussaint, suite

 

La plus grande fête idolâtre de la planète Terre, deux

 

 

milliards et demi de fidèles

 

 

 

 

 

La détérioration spirituelle de la secte des Nazôréens est grande surtout que depuis un siècle les fidèles sont nommés « chrétiens ». Plus de deux mille « Lettres et Épîtres » circulent dans tout le Bassin Méditerranéen. Les quatre Évangiles avec certaines Lettres et Épîtres des Apôtres Pierre, Jean et du Disciple Saül de Tarse, nommé Paul, ainsi que les Livres d’Hénoch, les Jubilés, les Antiquités Bibliques, sont réunies en « Codex » auquel est ajouté à la fin certaines Lettres d’Ignace d’Antioche, d’Hermas le Pasteur, de Polycarpe de Smyrne le tout formant le premier « Canon Biblique ».

En 325 au Concile de Nicée, Constantin le Grand avec son ami Eusèbe de Césarée, choisiront arbitrairement sur tous les « Écrits » ceux qui formeront le nouveau « Canon Biblique ».

Il y a une forte dissension entre les judéo-chrétiens et les hellénistes-chrétiens, surtout sur tous ces humains que l’on déclare « SAINT »

Tous ces humains déclarés « Saint » hommes ou femmes seront vénérés par leurs semblables qui auront sculptés, Rel-Bi - codus. Extrait de la traduction du Codex Sinaïticus.jpgmodelés leurs statues à leurs effigies et seront déposés sur des « Rondes-Basses » et devant cette statue, des humains viendront brûlés un cierges leur récitant moultes prières.

L'Ancien Testament utilise le terme hébreu « qodesh » qui signifie initialement « séparé » et par extension « pur », exempt de fautes, de taches. Le mot grec hagios reprend ce sens dans les écrits du Nouveau Testament.

« La sainteté appartient à Dieu », tel était le message inscrit sur la plaque d'or que portait le Grand Prêtre qui officiait dans le Temple de Jérusalem. Toutes notions primaires de sainteté se rattache à Dieu, qui par son action peut rendre sain en séparant, purifiant l'homme, le peuple ou le lieu.

Dans la nouvelle chrétienté cette action a été très vite déformée. Tout au long de l’Ancien Testament, on retrouve, comme dans le judaïsme, l’affirmation que seul EL-SHADDAÏ est Saint.

Par contre dans le « christianisme », cette Loi juive fut vite manipulée et en voilà la preuve flagrante. Il faut reconnaître qu’il y a des humains qui ont de l’imagination.

« De manière concise, la « sainteté » s'exprime comme le désir et la vocation de tout homme à rejoindre le Christ dans un état que l'on nomme « communion ». Par le baptême et l'adoption filiale qui s'ensuit, les chrétiens sont associés et appelés à cette sainteté, qui est une vocation universelle. Le « saint » est donc la personne qui parvient à cette proximité.

Rel-Bi -  Manuscrit Texte Biblique AT en vieil hébreux.jpgL’apôtre, je dirai plus exactement le Disciple Paul parle des saints pour désigner les humains qui suivaient l’enseignement de Jésus le Nazôréen et vivant dans telle ou telle ville. »

Je réitère le terme « chrétien » n’existe pas encore et le terme « Jésus-Christ » non plus, la Bible parle de « Nazôréen » et les tous premiers humains à suivre l’enseignement Apostolique, sont des Hébreux, Araméens, la « Mouvance des Nazôréens » c’est répandu en premier à Jérusalem et la Palestine, mais aussi à ceux de la Diaspora en Alexandrie en Égypte, et en Asie Mineur à Antioche. Ces thermes ont été ajoutés au quatrième siècle quand Alexandre le Grand commanda cinquante exemplaires de la Nouvelle Bible, Ancien et Nouveau Testament avec les livres qu’il avait choisi arbitrairement avec son ami Eusèbe de Césarée au Concile de Nicée en l’an 325 de l’EC.

Le « Christianisme » étant devenu officiellement religion d’État en 381 au Concile de Constantinople sous l’Empereur Romain Théodose 1er --- 347-395 --- l’Église grecque décide de fêter les « Saints », tous les chrétiens martyrs, mort pour leur foi en les déclarants « Saints », après les Apôtres et les premiers Disciples de Disciples. Nous sommes à la fin du IVème siècle.

Petite anecdote

« « En 394, l’Empereur Romain Théodose 1er fut l’auteur du décret interdisant les Jeux olympiques accusés de diffuser le paganisme --- Les jeux ne seront rétablis que 1502 ans plus tard en Grèce ---. » » 

Cette fête de la « Toussaint » a longtemps eu lieu après les Pâques ou suite à la Pentecôte. Au Vème siècle, elle est célébrée en Syrie le vendredi de Pâques. A Rome, une fête en l'honneur des saints et martyrs était célébrée le dimanche après la Pentecôte.

Revenons à des faits authentiques, confirmés par les historiens !Panthéon de Rome

Voici d'abord l'histoire de la consécration du Panthéon Temple des « Dieux » romains

 Les Romains devenus maîtres de tout le Bassin Méditerranéen, de l’Europe Occidental et d’une partie de l’Asie, avaient construit un Temple énorme dans Rome, au milieu duquel ils avaient placé leur idole Mithra, Dieu de la lumière, et tout à l'entour étaient les idoles de toutes les provinces conquises la face tournée vers l'idole des Romains dont la naissance était fêtée le 25 décembre.

 Mais bientôt ce Temple ne suffit plus aux Romains, qui construisirent pour chaque Dieu un Temple particulier. Comme tous les Dieux ne pouvaient pas avoir un Temple à eux dans la ville, les Romains, pour mieux étaler leur foi, construisirent en l'honneur de tous les Dieux un Temple plus admirable encore que tous les autres, qu’ils nommèrent « Panthéon ».

Pour tromper le peuple, les prêtres des petits temples contèrent que la déesse Cybèle, qui était la mère de tous les dieux, leur était apparue. Cette déesse leur aurait dit que, si Rome voulait remporter la victoire sur toutes les nations, on eût à élever, à tous les dieux, ses fils, un Temple magnifique. Ce Temple fut donc construit sur une base circulaire, pour symboliser l'éternité des dieux.

Le Panthéon de Rome fut un édifice religieux antique situé sur le Champ de Mars, construit en -27 de J-C. au début du règne d’Auguste ( -63-+14 de J-C.) sur l'ordre d'Agrippa. Endommagé par plusieurs incendies, le Temple fut entièrement reconstruit en 123-125 d’EC sous Hadrien. Le plan du nouvel édifice est exceptionnel, sans Panthéon dans le coupoleprécédent dans l’architecture romaine.

Le temple abritait de nombreuses statues, dont celles d’Arès, ( qui est la planète Mars), père de Romulus, celle d’Aphrodite, ( qui est la planète Venus), divinité ancestrale de la gens Iulia ( une gens est un groupe familial patrilinéaire portant le même nom descendant par les mâles d’un ancêtre commun, donc ici la descendance est les Iulii vieille famille de la Rome antique dont la descendance serait le Troyen Iule), ainsi que celle du divin Jules César. L’entrée était gardée de part et d’autre par les statues d’Auguste et d’Agrippa, tous deux consuls en 27 av. J.-C., ce qui respectait, en apparence, la parité républicaine des pouvoirs et confirmait l’ascension d’Agrippa comme héritier potentiel d’Auguste.

L’Empire Romain de désagrège.

Je ne peux vous écrire comment le christianisme a pris une telle ampleur, car cela serait trop long, mais bientôt je vous expliquerais comment cette religion en est arrivé à gouverner le monde.

 Je vais encore me faire des ennemis, mais contre les faits historiques, il n’y a pas grand-chose à faire !

 Si !

Accepter la vérité !

Théodose empereur Romain chrétien, pendant les persécutions contre les « païens » à la fin du IVème siècle, fit fermer tous les Temples des Dieux Romains y compris le Panthéon, mais ceux-ci restèrent propriété de l’Empire.

L’évêché de Rome au Vème siècle déclare ceci :

« La sainteté exprime l'état de communion avec Dieu, dans l'Église, par le baptême. »

Étaient réputés « Saints » et vénérés comme tels tous les humains baptisés devenus martyrs et décédés par les persécutions en sus des apôtres.Sous la couplole du Panthéon romain

D'autres Saints, comme certains ascètes --- humains ayant formé des ordres religieux ou monastique tel que François d’Assise, Dominique, Benoit, Augustin, Basile ---, seront vénérés plus tard. Ainsi, dès les premiers temps du christianisme, tous les fidèles sont appelés à la sainteté et peuvent être dignes de vénération posthume, aussi bien hommes que femmes, les philosophes comme les simples d’esprit, quelle que soit leur condition sociale, esclave ou aristocrate ce qui est une nouveauté radicale[]. De plus, ce n’est pas, jusqu’à l’invention de la procédure de canonisation au XIIIème siècle, la hiérarchie qui décide de la sainteté, mais la vox populi.

Au VIème siècle les Byzantins reprirent le contrôle de Rome. Le Panthéon, autrefois monument public, était resté propriété impériale.

Or, sous le règne de l'empereur Flavius Phocas Auguste – 547- 610 – empereur byzantin de 602 à 610 --, reconnu officiellement, en 607, par un Édit, la primauté universelle de l’Évêque de Rome, interdisant au patriarche de Constantinople de porter le titre de « Patriarche œcuménique ».

Vous, Lectrices et Lecteurs, vous constaterez que le terme « Pape » n’existe pas encore en lisant ce qui est écrit ci-dessus. Ceci est l’histoire réelle de notre civilisation que nous ne pouvons démentir.

Évêque de Rome de 607 à 608 Boniface III, reçu comme cadeau de l'empereur Flavius Phocas l’ancien Panthéon de Rome.

Boniface IV, Évêque de Rome de 608 à 615, successeur de Boniface III, transformât ce temple romain, le Panthéon, dédié aux Dieux de l’Empire Romain.

Mais avant de continuer voici ce qu’écrit un anonyme romain, je le cite :

« Aux yeux d’un ancien Romain, s’il eût paru étrange d’admettre les pratiquants dans la cella (– le sanctuaire --), au lieu de célébrer le culte à ciel ouvert devant le temple, l’ensevelissement de dépouilles humaines dans le temple était un sacrilège. Toute inhumation était bannie, non seulement dans l’aire du temple, mais aussi dans l’espace sacré le « pomerium » de Rome.(-- le pomerium de Rome est la limite de cette ville tracé par Romulus à la fondation de la  cité en 753 av. J-C. ---). L’installation des reliques dans le Panthéon est un signe parmi d’autres de la disparition de ce tabou plus que millénaire. »

Boniface IV fait enlever toutes les idoles de ce temple, les remplaçant par des « Saints », et consacra ce Panthéon comme une église chrétienne à la Vierge Marie et aux martyrs lui donnant le nom de « Sainte-Marie aux Martyrs », titre qu’elle porte encore aujourd’hui. Il fit transférer des restes anonymes prélevés dans les catacombes et installer un autel sur ces reliques.

Le 13 mai 610, ce fut la consécration de cette église « sanctuaire des Martyrs », par Boniface IV, celui-ci décrétant que tous les restes des corps des « Saints » martyrs qui étaient amenés dans ce sanctuaire, seraient honorés ce jour, pour mémoire.

 Rel-Sozomène conte Histoire de l'Église.jpgDès lors la fête de la Toussaint fut fêtée le 13 mai.

Juste un petit rappel

Les Celtes vécurent il y a 2500 ans dans ce qu’on appelait à l’époque, l’Irlande, l’Angleterre, la petite Bretagne, la Gaule, une partie de l’Europe Central, jusqu’en Asie Mineure en Galatie.

L’immortalité de l’âme était une des croyances des anciens Celtes, ce qui explique peut-être les témoignages sur leur vaillance et leur intrépidité au combat, puisque la peur de la mort était absente.

La vie des Celtes était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses dont deux majeurs. Le « Samhain » au 31 octobre ou 1er novembre de notre calendrier, correspond au début de l'année et de la saison sombre. C'est une fête de passage, de transition, elle dure une semaine, trois jours avant et trois jours après.

C’est à la fois le début de l’année nouvelle et la fin de celle qui s’achève. Elle est marquée par des rites druidiques, des assemblées, des beuveries et des banquets rituels. Elle a la particularité d’être ouverte sur l’Autre Monde, le sidh celui des morts, et donc de favoriser le rapport des hommes avec les dieux. C’est la période de possibles rencontres mythiques entre certains hommes et les dieux des « Tuatha Dé Danann » On la retrouve en Gaule sous le nom de Samonios, le mot désigne le mois qui correspond approximativement à novembre, attestée par le calendrier de Coligny.

L’autre est « Beltaine » au 30 avril ou 1er mai qui marque une rupture dans l’année, c’est le passage de la saison sombre à la saison claire, lumineuse. Cela entraîne aussi un changement de vie puisque c’est l’ouverture des activités diurnes : reprise de la chasse, de la guerre, des razzias, des conquêtes pour les guerriers, début des travaux agraires et champêtres pour les agriculteurs et les éleveurs.Tous les Saints

Le premier siècle avant l’EC, Jules César envahie la Gaule puis une partie de l’Angleterre. Tous ces pays Celtes subirent l’influence des fêtes religieuses romaine.

Feralia, qui était célébré le 21 février, était le jour romain destiné à honorer les morts, mais n’était en fait qu’un jour de beuverie et d’orgies populaires, comme toujours avec les fêtes romaines.

Le jour de Pomona, célébré le 1er novembre, l’était en l’honneur de Pomona, la déesse romaine des fruits, des arbres et de la fertilité. Son symbole sacré était la pomme.

Pendant deux siècles les coutumes de « Samhain » se mélangèrent aux coutumes romaines de Pomona et de Feralia, ce qui fait que les deux religions furent « blanchies », « lavées » de leur origine.

Puis les siècles suivants vinrent s’ajouter la nouvelle religion de la mouvance de Jésus de Nazareth, celle que l’on appelait à son origine la « Secte des Nazôréens, Nazaréens » qui subissait des persécutions épisodiques au gré des Empereurs Romains qui se succédaient. Au milieu du troisième siècle, après la mort de Jésus le Nazôréen par la torture de la crucifixion romaine, les humains adeptes de la Secte des Nazôréens porteront le nom de « Chrétiens ».

Cette religion le « Christianisme » en 312 de l’EC ne représente que dix-pourcent de la population religieuse. Pendant les premières années de l’Église dite maintenant chrétienne, en effet nous sommes maintenant milieu du troisième, début du quatrième siècle, les fidèles observaient des anniversaires spéciaux pour les martyrs qui avaient été exécutés pour leurs croyances. Bientôt il n’y eut plus assez de jours dans l’année pour désigner des jours civils spéciaux pour chaque martyr individuel, alors les chrétiens observèrent un jour de fête en l’honneur de tous les martyrs.

 Au cinquième siècle, les diocèses voisins commencèrent à échanger leurs fêtes, à transférer des reliques, à les diviser et à se réunir pour célébrer en commun les fêtes.

« Fréquemment, des groupes de martyrs, ce sont les humains qui étaient réunis pendant les persécutions et qui subissaient leur sort sans se rebeller, pardonnant leurs persécuteurs, souffrirent le même jour ce qui naturellement mena à une commémoration commune… Le nombre de martyrs devint si grand qu’un jour séparé ne put être assigné à chacun. Toutefois, l’Église croyant que chaque martyr devait être vénéré désigna un jour commun pour tous » (Encyclopédie catholique).

Alors, l’Église chrétienne sous l’Évêque de Rome Grégoire IV décida, avec l’appui du gouvernement de Flavius Honorius, de « blanchir » la fête romaine de Feralia du 21 février, fête des morts, et celle de Lémuria du 9 au 13 mai fête des Lémures, qui sont des spectres malfaisants.

 Fatigué de réprimander les Romains pour leurs réjouissances bien arrosées soi-disant pour honorer les morts et leur spectre, et souhaitant plus de convertis, le pape Boniface IV en 609 apr. J.-C., déclara que Feralia ainsi que Lémuria serait une fête chrétienne. Au lieu d’honorer tous les morts, et des spectres, ils devaient maintenant honorer seulement les « Saints » décédés. Au lieu des réjouissances et de l’alcool, ce serait maintenant un jour de prières et de méditation. Au lieu de l’appeler Feralia et Lémuria, il changea le nom en « Toussaint ». Puis il changea le jour de sa célébration du 21 février au 13 mai. Boniface IV consacra, le 13 mai 610, le Panthéon à Rome à la Sainte Vierge et à tous les martyrs, date anniversaire de la dédicace de cette église. (Encyclopédie catholique).

Pendant ce temps, les Celtes continuaient à observer la fête de leur Dieu Samain le 1er novembre sous une forme ou une autre. L’Église catholique s’en aperçut, et le pape Grégoire IV ordonne que cette fête, la Toussaint, soit célébrée dans le monde entier. Pour certains, c’est à l’occasion de cette décision, prise en 835, que la fête de la Toussaint est fixée au 1er Novembre. Sur le conseil de Grégoire IV, l’empereur Louis le Pieux institua la fête de tous les saints sur tout le territoire de l’empire carolingien dont la majorité était de culture religieuse Celte.

Le jour prit le nom du Jour de tous les Saints.

Rel-Saints - Congrégation de tous les.jpgVoilà comment une fête païenne Celte du 1er novembre devint une solennité chrétienne dans tout l’Empire romain et carolingien.

Là, il y a quand même matière à réflexion !

Pour vous « Chrétien », je vais faire un peu de science religieuse, mais cette science est la vôtre, celle de votre religion ---- et qui confirme tout ce que j’écris sur votre idolâtrie.

Mais combien parmi-vous sont dans l’ignorance ?

Alors, j’écris afin que vous dessilliez votre esprit !

Vous êtes responsable de vous !

Le jour de votre « Grand Sommeil », après un long voyage, pour vous rendre directement au Tribunal Céleste, vous ne pourrez pas dire : « Je ne savais pas ! »

« « --Les saints inscrits au martyrologe romain sont ceux pour lesquels l'Église déclare être sûre qu'ils sont au Paradis. Ils font donc l'objet d'un culte public dit culte de dulie lequel s'oppose au culte de lâtrie qui n'est dû qu'à Dieu.

Comment des humains aussi imparfaits peuvent-ils déclarés de telle certitude, puisqu’ils ne sont pas « Dieu », EL-SHADDAÏ ?

La fête de la « Toussaint » vient de naître !

La plus grande fête de l’idolâtrie vient de naitre aussi ! Je suis un menteur ? Que neni ! Vous chrétiens catholiques, ce jour vous allez bien prier et honorer toutes les statues hommes ou femmes devant les piliers de votre Temple Église, Chapelle, Cathédrale en signant de ce signe reconnaissable par Sammaël, ce signe de croix, faisant brûler un cierge et prier cette statue de pierre qui ne vous répondra jamais. Ce n’est pas de l’idolâtrie, alors dites-moi ce que sais ? … ?

Sa Montagne Saine Sion

 

 

Je vous laisse passer ce jour de la « Toussaint » et le lendemain 2 Novembre « fête des morts ,» jour de l’hypocrisie !  Ce jour de tous les « Saints » qui ne sont pas « SAIN » car c’est la « Grande Fête de l’Idolâtrie » qui fait la joie de SAMMAËL, Roi de la Terre et de ses environs, Prince du mal, ennemi d’EL-SHADDAÏ.

Le jour de la « Toussaint » un jour à éviter car il est tout sauf « SAIN »

Je n’ai plus rien à dire si sauf ceci dit par EL-SHADDAÏ : « Sortez-d ’elle mon peuple ! »

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

27 octobre 2017

La Toussaint

399px-Amiens_cathedral_nave-west.jpgLa Toussaint

 

Première grande fête de l’Idolâtrie

 

La « Toussaint », histoire de cette fête religieuse chrétienne avec toutes les dissensions qui existent dans ce christianisme qui, théoriquement, devrait être la religion du seul et unique Dieu de toutes choses, cet Être Suprême, que je nomme EL-SHADDAÏ, comme Abraham et sa descendance et non de ce nom vulgaire de « DIEU »

Cette religion, le « Christianisme », devrait être une religion d’amour fraternel, un parangon pour la race humaine, comme elle le fut à sa Genèse, avec un autre « Nom » qui était la mouvance des « Nazôréens, Messianistes, Galiléens, Nazaréens ». Je peux vous le dire, Lectrices et Lecteurs, nous en sommes très loin, et je certifierai même que c’est la religion du Prince de ce Monde, SAMMAËL, celui que vous appelez Satan, Diable, Belzébuth, Mastéma, Béliar, et tellement d’autre noms. Je vous laisse le choix de me démentir après votre lecture.

Pour les humains qui commencent à me lire, je fais toujours de l’historique quand j’écris sur la religion car il est important pour moi d’être le plus près possible de la vérité pour vous prouver que je m’appuie sur la réalité historique comme sur les textes bibliques et apocryphes.

En premier la fête de la Toussaint, le 1er novembre, est une fête de la chrétienté catholique, les chrétiens orthodoxes la fêtant vers les Pâques, quant aux protestants ils ne vénèrent pas les « Saints » --- soi-disant ? … ?

Est-ce une fête biblique ?

Existe-t-il un enseignement biblique qui nous oblige à vénérer des « Saints » ?

D’après le dogme catholique cette fête se fonde sur des textes bibliques tels que l’Apocalypse de Jean VII : 2-14, la première lettre de ce Jean III, et l’évangile de Matthieu V : 1-12.

Il faut vraiment être ingénieux pour trouver un rapprochement avec cette fête de la « Toussaint ».

Je dois être vraiment un imbécile !

Si l’un de vous trouve une seule phrase où il faut vénérer des humains morts, je suis à son écoute sur le champ !

Comme chaque année le dernier jour du mois d’Octobre, une fête Scandinave, pays du nord de l’Europe, exportée aux USA par les colons en 1750-1800, est célébrée, je parle de l’Halloween.

Halloween fête scandinave, mais surtout d’origine Celte, se fête le 31 Octobre. La culture « Celte » apparaît vers le VIIIème siècle avant la naissance de Jésus le Nazôréen.Maître des Cieux Belphégore

Personnellement je suis convaincu que la culture Celtes avec sa langue le gaëlique est une résultante de la tour de Babel quand les humains furent dispersés sur toute la surface de la Terre selon leur aspect et leurs langues. Ceux que l’on nommera les galiciens sont ces humains qui suivirent les cotes des mers, mais aussi les grandes plaines et plateaux, de l’Anatolie point de départ où ils reviendront des millénaires après, en Galatie, traversant le Bosphore, séparant la Mer Noire de la Mer de Marmara, Mer Méditerranée, suivant la route de Sofia, Belgrade, Zagreb, Trieste, Milan, col du Mont Cenis, Grenoble, Nîmes, Béziers, Toulouse, Bordeaux, Bayonne, Bilbao, La Corogne en Galice. Ce peuple en Galice ce format une langue grammaticale, et l’humain étant un nomade une partie de ces humains remontèrent à Bordeaux puis vers le Nord donnant leur nom les « Gales » qui devinrent les « Gaules ». Ces Celtes s’installèrent en Petite Bretagne, puis traversèrent la Mer du Nord et la Manche et s’établirent dans cette grande île qui deviendra la Grande Bretagne, l’Écosse et le Pays de Galles, avec une autre grande ile à côté de celle-ci, je parle de l’Irlande puis le Nord de l’Europe juste avant les pays Scandinaves jusqu’au Danube, tous étaient de langue Celtes soit le Gaëlique

La culture spirituelle de tous ces peuples était le druidisme. Ils croyaient en un Dieu le Samhain qui s’écrit aussi Samhan, Samain.

La mythologie celtique est pauvre en document ce qui fait que les connaissances sont lacunaires et les seules sources que les historiens et exégètes possèdent sont indirectes, les vestiges archéologiques, les témoignages de ceux qui les ont côtoyés comme les Grecs et les Romains, Jules César avec ses écrits sur « la guerre des Gaules », et les littératures médiévales galloise et irlandaise. Comme les autres peuples de l’antiquité, les Celtes avaient une culture religieuse polythéiste dans laquelle officiait le classe sacerdotal druidisme. Cette religion s’est progressivement dissoute dans la culture de l’Empire Romain des dix décennies avant l’Ère Commune (EC.), à l’exception de l’Irlande et de l’Écosse où la civilisation celtique résista jusqu’à l’arrivé au Vème, VIème siècle du christianisme qui évangélisa ces deux Nations en faisant des concessions sur leurs fêtes païennes, les christianisant.

Il faut reconnaître que les Prêtres druidismes, privilégiaient l’oral sur l’écriture car peu d’humains savaient lire ce qui devint pour eux une perte du témoignage, les paroles s’envolent seuls les écrits restent d’où des informations données au compte-goutte. La civilisation celtique a concerné une grande partie de l’Europe pendant plusieurs siècles.

Dans la mythologie celtique le « Samhain » est la fête religieuse qui célèbre le début de la saison « Sombre » de l’année, en opposé à la saison « Claire ». Le Samhain est une fête de transition, le passage d’une année à l’autre, et d’ouverture vers « l’Autre Monde », celui des dieux. Elle est mentionnée dans de nombreux récits épiques irlandais car, de par sa définition, elle est propice aux événements magiques et mythiques. Son importance chez les Celtes est indéniable, incontestable puisque nous la retrouvons en Gaule sous les trois nuits de Samain durant le mois de Somonios, notre mois de Novembre, sur le calendrier de Coligny.

Le mot « Halloween » est un mot typiquement anglais son étymologie ayant aucun rapport avec la langue Celtes, le gaëlique. En effet en langue anglaise « Hallows » qui est une forme archaïque de « Holy » qui signifie « saint » et de « even » qui signifie « soir » Ce « even » est devenue « evening », puis « e’en » pour finir par « een » Ce qui en français devenait le « soir de tous les saints » devenant « Toussaint »

dr-Druides sous les chênes.jpgContrairement à la pensée générale, si les celtes privilégiaient l’orale, ils connaissaient l’écriture comme l’alphabet étrusque ou grec, et ils ont quand même inventé un système particulier de notation qui est l’écriture oghamique

L’immortalité de l’âme était une des croyances des Celtes, ce qui explique, peut-être, les témoignages sur leur vaillance et leur intrépidité au combat, puisque la peur de la mort était absente.

L’Encyclopédie Britannique dit ce qui suit :

« Samhain, fin de l’été celte, une des fêtes du calendrier les plus importantes et les plus sinistres de l’année celte. Lors de Samhain, célébrée le 1er novembre, on croyait que le monde des dieux était rendu visible aux yeux de l’humanité et que ces dieux jouaient des tours à leurs adorateurs humains. Il s’agissait d’un temps plein de danger, rempli de frayeur et d’événements surnaturels. La période était remplie d’offrandes et de sacrifices de toutes sortes. On les croyait essentiels, car sans eux, les Celtes pensaient qu’ils ne pourraient surmonter les périls de la saison et résister aux actions des dieux. Samhain fut un important précurseur de l’Halloween. »

« La nuit du 31 octobre, la veille du Nouvel An, les Celtes, après avoir fait les récoltes et les avoir engrangées en prévision de l’hiver, commençait leur fête. D’abord, ils éteignaient les feux de cuisine dans leurs maisons. Puis les druides, prêtres celtes, qui signifie, « Savant, Savoir, Sagesse », se rencontraient au sommet des collines dans les profondes forêts de chênes, ils considéraient cet arbre comme sacré, et ils préparaient d’énormes feux sacrés afin d’effrayer les mauvais esprits et honorer leur dieu soleil. Ensuite, les gens brûlaient de leur récolte et de leurs animaux en sacrifice à leurs dieux tout en dansant autour alors que la « saison du soleil » les quittait et que la « saison de la noirceur » faisait son apparition. Les Celtes portaient des costumes faits de peaux et de têtes d’animaux, et se prédisaient l’avenir. Le matin suivant, ils rallumaient leurs feux de cuisine à partir des feux sacrés pour se dégager des esprits méchants et être protégés pendant la saison hivernale. »

Le nom de Samhain signifie « réunion », c’est une fête obligatoire de toute la société celtique qui donne lieu à des assemblées et des banquets rituels ; son caractère païen la place sous l’autorité de la classe sacerdotale des druides.

Le 31 Octobre dans notre époque moderne est la fête de l’Halloween, veille de la « Toussaint » fête religieuse, et dernier jour de l’année Celte qui équivaut à notre Saint Sylvestre, le 1er Novembre étant le premier jour de l’année Celte jour de célébration du Dieu Samhain, sachant que « Halloween » signifie « soir de tous les Saints » et il n’existe aucune relation avec la croyance celtique..

En dépit de son nom d'origine chrétienne et anglaise, la grande majorité des sources présentent Halloween comme un héritage de la fête païenne de Samhain – Samain – , le jour de l’An Celtes.dr-Le barde.jpg

Les siècles passent ! En Palestine les romains viennent de crucifier un humain du nom de Jésus de Nazareth et ses Disciples dont douze seront nommés Apôtres, par leur force intellectuelle et spirituelle, surtout à Jérusalem, puis en Asie Mineur, spécialement à Antioche, et en basse Égypte, particulièrement à Alexandrie, par leur intelligence au-dessus de la moyenne de l’époque feront beaucoup de Disciples et la « Mouvance des Nazôréen » naitra.

Cette mouvance deviendra de plus en plus forte dans tout le Bassin Méditerranéen et dans les pays limitrophes, ainsi que dans la classe élevée romaine, sans dépasser les dix pourcents de toutes les religions de l’époque. Les siècles continuent à passer jusqu’au IIIème siècle ou l’Empereur Romain Constantin le Grand, qui après sa victoire au Pont de Milvius en Octobre 312 sur Maxence, déclarera la « Mouvance des Nazôréen » qui sont appelés « Chrétiens » depuis un demi-siècle, religion de l’empire romain et tenant sa promesse du Pont de Milvius se fera baptiser « Chrétien ».

Histoire des premiers humains de la mouvance de Jésus le Nazaréen, les « Nazôréens », « Nazaréens », « Galiléen »

Néron en 64 de l’EC, n’a jamais employé le terme « chrétien » puisque celui-ci n’existait pas encore. Cet Empereur Romain persécuta les « Nazôréens », « Nazaréens », les adeptes de « Jésus de Nazareth », les « Messianistes », les « Galiléens » quitte à me répéter, mais jamais des « Chrétiens »

Les Nazôréens ou nazaréens, en grec nazôraios, sont une secte décrite en premier lieu au IVème siècle par l'hérésiologue chrétien Épiphane de Salamine. Épiphane, dans son Panarion, avait distingué ces « nazôréens », qu'il considérait comme des hérétiques, du titre de « nazôréen » donné par la communauté juive à Jésus et aux premiers chrétiens.

Walter de Gruyter écrit à Berlin dans La critique sociale et religieuse du christianisme des origines au concile de Nicée (45-325), 2007, 548 p.

 « Eusèbe de Césarée, Jérôme et Épiphane, ont tous les trois compris le titre de « nazôréen » donné à Jésus et aux premiers chrétiens en relation avec Nazareth »

Le mot « nazôréens » est le terme couramment utilisé dans les écrits juifs antiques (– notzrim en hébreu ou nasara en araméen –, ou judéo-chrétiens, nazôraios, en grec, comme dans les évangiles –) pour désigner tous les chrétiens ou tous les groupes chrétiens, au moins jusqu’au IIIème siècle. Matthieu II : 22-23, « Mais, apprenant qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place d'Hérode son père, il craignit de s'y rendre ; averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint s'établir dans une ville appelée Nazareth ; pour que s'accomplît l'oracle des prophètes : « Il sera appelé Nazôréen ».  Il en est de même dans la littérature arabe et musulmane ancienne, dans des textes arméniens et dans le Coran. La Bible avant les retouches par des copistes zélés nommait Jésus le « Nazôréen » comme les prophéties l’avait annoncée

Jésus le Nazaréen est décédé en l’an 33 de l’EC, --(Ère Commune = EC) sans doute dans sa quarantième année, le nombre 40 ayant une grande portée symbolique dans les écritures bibliques, par la torture romaine de la crucifixion. Trois jours après il ressuscitera, vainquant la mort, et restera encore sur Terre quarante jours, encore le nombre quarante, pendant lesquels il sera vue par plus de cinq cent cinquante humains, et il continuera à enseigner personnellement ses Apôtres. Après son ascension dans les Cieux, et la « Pentecôte », les Apôtres et Disciples auront du mal à se séparer.

Rel-Évêque et Serviteurs.jpgN’oublions pas que cette petite communauté vivait ensemble tous les jours depuis trois ans environ. C’est Jésus le Nazaréen qui, involontairement, dirigeait ce groupe disparate d’humains, au nombre de soixante-douze, qui le suivait avec femme et enfants.

Tout ce que je viens d’écrire ci-dessus ne vient pas de mon imagination personnelle, mais sont des faits relatés historiquement. Toujours dans la réalité historique, les douze Apôtres étaient des hébreux pures souches, comme nous dirions en français, ces Apôtres étaient des juifs, par contre dans le reste des Disciples de Jésus le Nazaréen, certains étaient de source helléniste comme Étienne, Philippe, Prochore, Timon ou les évangélistes Luc et Marc.                                                                                                                                                               Les quarante jours se sont écoulés et il est temps pour Jésus le Nazaréen de quitter ce monde terrestre pour rejoindre son Père, laissant les Apôtres dans leur retraite avec leur peur de l’inconnu, car ils doivent attendre le don d’EL-SHADDAÏ qui leur sera donné dans quelques jours.

Dans la peur des représailles des autorités religieuses juives, ils c’étaient barricadés dans une grande bâtisse, se sentant orphelin, car ils savaient que maintenant ils ne verraient plus Jésus le Nazaréen sur la Terre. En attendant ce jour de la Pentecôte, ils en profitèrent pour remplacer Judas Iscariote par Matthias

Si le culte des « Saints » commença vers le milieu du IIème siècle, Saül de Tarse par ses écrits encourage ce culte, à moins que des copistes peu scrupuleux y soient pour quelque chose ?

Ignace d’Antioche, successeur d’Évode en 69, employa ce terme de « chrétien » dans une lettre aux Magnésiens qu’il enverra vers les années 98,99, dans laquelle il ira jusqu'à employer le terme de « christianisme » par deux fois.

Lettre d’Ignace d’Antioche aux Magnésiens X : 1, & 3, « C'est pourquoi faisons-nous ses disciples et apprenons à vivre selon le christianisme. // Il est absurde de parler de Jésus-Christ et de judaïser. Car ce n'est pas le christianisme qui a cru au judaïsme, mais le judaïsme au christianisme, en qui s'est réunie toute langue qui croit en EL-SHADDAÏ. »

Mais ce terme de « chrétien » comme la première fois tomba en désuétude.

Lettre d’Ignace d’Antioche aux Magnésiens IV. Il convient donc de ne pas seulement porter le nom de chrétiens, mais de l'être aussi ; certains, en effet, parlent toujours de l'évêque, mais font tout en dehors de lui.

Puis Polycarpe dans un courrier à Marc Aurèle empereur romain, emploiera ce terme de « Chrétien ». Mais il faudra attendre encore 100 à 150 ans après lui pour que ce terme de « Chrétien » soit généralisé et entre dans l’écriture et le dialecte populaire. » (Soit entre 200 et 250 de J-C.)Temple Chrétien.jpg

Remarque : « Le mot « chrétien » n'est pas le mot usité habituellement par le Nouveau Testament pour désigner les disciples de Jésus. Ceux-ci s'appellent, ou sont appelés, la « Voie », « l'Église », « les Églises » ou les « Nazaréens », du nom de Nazareth, la ville d'origine de Jésus. »

Dès le Ier siècle, l’Évêque de Rome, successeur de Pierre, croit pouvoir en plusieurs circonstances imposer son point de vue dans des conflits de quelque importance :

« L’ensemble des croyants de tous les pays, doit demeurer en accord avec l’Église de Rome. Au plan de la discipline et surtout de la foi, l’Église de Rome est un modèle pour les autres Églises ; on y vient de partout » --- Encyclopédie Universalis--- Irénée de Lyon, Adversus haereses, III,2

Tous les humains que je viens de vous écrire ci-dessus seront déclaré « SAINT », et feront partie de ce que la chrétienté nomme : en premier les « Pères Apostoliques » puis les « Pères de l’Église »

Tous ces humains sont décédés soit en martyres, soit de mort naturel dû à la vieillesse ou à la maladie.

La secte de « Jésus de Nazareth » ou plus couramment des « Nazôréens, Nazaréniens, Nazaréens » que l’on nommera christianisme se détériore. En effet des humains se sont aperçut que l’on pouvait devenir important et riche. On commence à établir une hiérarchie pyramidale. Il y aura conflit entre le titre Évêque et Presbytre et le premier l’emportera. L’Évêque devient important, ce n’est plus un « pasteur », c’est un « Noble » un « Roi », en un mot un « Évêque »

La base des croyants se rattachent à des souvenirs, alors ils vont à la quête des reliques, ossements, vêtements, objets, etc ..., des Apôtres et Disciples de la première heure et commencent à les vénérer 

Nous sommes maintenant à la fin du IIème siècle. Tous ceux qui ont connu les premiers Nazôréens, les disciples des Disciples de Jésus, sont tous décédés ou à un âge avancé. Les enseignements de Jésus de Nazareth sont bien loin. L’enseignement des humains commence à faire office de paroles sacrées.

L’évêque des prémices, c’est-à-dire l’enseignant, le gardien, le surveillant du « troupeau » n’est plus, maintenant c’est « Monseigneur l’ÉVÊQUE, le Chef, le Noble, le Roi », celui qui s’enrichie avec l’argent des pauvres. Le « Diacre » n’est plus le serviteur de ses semblables, c’est le serviteur de l’Évêque.

On parle maintenant de l’Évêque de Rome, Jérusalem, Éphèse, Constantinople, Laodicée, Antioche, Corinthe, etc, … le Pape n’existe pas encore

La fête de la « Toussaint » n’existe pas encore.

Tous ces Évêques sont déclarés « Saints » à leur mort.

Nous sommes maintenant au IVème siècle. Constantin le Grand pour être Empereur de tout l’empire doit battre Maxence. Ce dernier tient la voie principale qui mène à Rome au Pont de Milvius. Le combat est inégal, car il est de, un pour dix, soit un soldat de Constantin pour dix soldats de Maxence. Nous sommes le 28 Octobre 312. Constantin voit dans le ciel des nuages de haute altitude qui forme un chrisme. Constantin prend cela pour un signe « Divin » et jure qu’il se fera « chrétien » s’il gagne la bataille. Il fait mettre une croix en rouge sang sur tous les boucliers de ses soldats et part au combat. Il gagnera cette bataille et deviendra Empereur de l’empire Romain. Tenant sa promesse le « Christianisme » deviendra religion de l’empire, et les persécutions s’inversent.

 Il n’y a toujours pas de fête de la « Toussaint »

Salutations cordiales

J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

23 octobre 2017

lp de qc, chap. N° 13 - Patriarches, Livre du Juste

Mythologie, vestiges HarappaLes géologues avec les archéologues ont déterré précieusement, minutieusement des squelettes humains des deux sexes dans leur position initiale, dans les rues de la ville protohistorique de Mohenjo-Daro, et dans d’autres vestiges sur la surface du globe, dont la grandeur était entre trois et quatre mètres. Ceci était la taille normale des humains de l’ère antédiluvienne et la mesure d’une coudée, est la longueur qui existe entre l’os du coude et le bout du doigt majeur de la main soit environ cent dix, cent vingt centimètres (110-120cm)

Genèses VI : 1-& suiv. « Les patriarches se succèdent, Adam engendra Seth qui engendra Énosh, qui engendra Quénâm, qui engendra Mahalaël, qui engendra Yered, qui engendra Hénoch et cet humain marcha avec EL-SHADDAÏ, qui l’appela son « Scribe de Justice », qui engendra Mathusalem le patriarche qui vécut le plus vieux de la planète Terre, qui engendra Lamech, qui engendra Noa dit Noé dans la Bible, quand Noé termina l’Arche tous les Patriarches étaient décédés »

A l’ère de Mahalaël, mais surtout de Yered EL-SHADDAÏ envoya des Veilleurs sur la Terre pour apprendre aux humains la justice et l’équité. « Dans ses jours de Yered, les anges du Seigneur descendirent sur la terre, ceux qu'on appelle les Veilleurs, afin d'apprendre aux enfants des hommes à pratiquer le droit et l'équité sur la terre. » Les Anges du mal que l’on nommait des « Daimonts » étaient ces Anges partisans de Sammaël et qui allaient vers les humains, qui n’oublions pas étaient presque parfait en dehors de cette tare génétique de la mort Ruines Mohenjo-Daropuisqu’ils vivaient jusqu’à neuf cents ans et plus sans atteindre les mille ans, pour leur apprendre les mauvaises choses qu’ils retransmettaient à leur progéniture, c’est comme cela que les humains devenaient de plus en plus mauvais.

 

 

 

Patriarches, Livre du Juste

 

 

Chapitre N° 13

 

 

La Bible dit très rapidement que tout fut créé et façonné en six jours, mais combien de temps dure un jour ? La Galaxie « Terre » est relativement jeune, voire très jeune selon certains géologues, astrologues spécialisés sur la formation de la croute terrestre et sur le développement de l’Univers qui continue toujours à s’agrandir, cela est prouvé par Hubble et les sondes comme « Voyager 1 et 2 ». EL-SHADDAÏ créa la végétation avec ses lois de reproduction selon l’espèce et le genre, mais il ne faut pas oublier que la première « Terre », celle avant le « Déluge », était comme une serre, Genèse II : 5-6, « EL-SHADDAÏ n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, toutefois un flot montait de la terre et arrosait la surface du sol » la différence de température entre l’équateur et les pôles n’excédait pas une vingtaine de degré centigrade, mais tout cela je vous l’ai déjà écrit. Les animaux sauvages et domestiques furent imaginés le sixième jour et à la fin de ce sixième jour l’homme fut façonné, modelé, sculpté des mains d’EL-SHADDAÏ, mais combien de temps sépare la création de l’Homme à celle de la Femme, puisque l’homme était déjà sur la terre de la Terre quand l’Être Suprême l’endormit pour lui prendre un bas de côte pour confectionner la Femme ? Combien de temps l’Homme resta seul sur la Terre, une, deux, trois décennies où plus ?  La création de la femelle pour l’Homme est obligatoirement dans le sixième jour attendu que le septième jour EL-SHADDAÏ le sanctifie comme jour de repos donc il ne peut pas avoir créé Ève ce septième jour !

 El-Shaddaï écrit pour les humains (Copier).jpg

 

 

En faisant des recherches pour vous j’ai trouvé un nouveau Livre Biblique que je nommerai ma quatrième Bible, « Livre du Juste », rangé par la chrétienté dans les apocryphes et pourtant ce livre d’origine hébraïque est cité dans les « Écritures Canoniques », Josué X : 13, « Et le soleil s'arrêta, et la lune se tint immobile jusqu'à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. Cela n'est-il pas écrit dans le Livre du Juste ? Le soleil se tint immobile au milieu du ciel et près d'un jour entier retarda son coucher. », mais aussi en II Samuel I : 18, qui dit : « Il dit c'est pour apprendre l'arc aux fils de Juda ; c'est écrit au Livre du Juste »,

je n’ai pas eu le temps de rechercher d’autres versets, mais comme j’ai commencé à m’instruire avec ce « Livre du Juste » je vais aussi vous en faire profiter car je suis comme toujours à la recherche de la vérité pour croire avec sincérité en ce Dieu seul et unique, que je nomme EL-SHADDAÏ.

Ce livre, le « Livre du Juste », nomme l’Être Suprême « Jéhova », mais rien à voir avec la secte protestante des « Témoins de Jéhova », alors pour éviter toute confusion j’ai remplacé ce nom « Jéhova » par « EL-SHADDAÏ » en général, mais aussi en « Élohim », « Adonaï » et « Yahvé »

Livre du Juste II : 1-6Ascension Hénoch

« 1 - Or Adam, à l’âge de cent trente ans, connut de nouveau Ève, sa femme ; elle conçut et enfanta un fils à la ressemblance, à l'image d'Adam, et elle le nomma Seth, disant : « Dieu m'a donné un autre fils à la place d'Abel, tué par Caïn »

2 - Seth ayant vécu cent cinq ans engendra un fils qu'il nomma Énos, et les hommes commençaient à se multiplier sur la terre, mais aussi à pervertir leur âme et leur cœur au point de se révolter de plus en plus contre EL-SHADDAÏ, servant des dieux étrangers

4 - Ils se fabriquaient des simulacres en cuivre, en fer, en bois, en pierre, et les servaient : chacun se faisant son dieu et l'adorant.

5 - Et la colère d’Elohim s'enflamma à cause de leurs œuvres et de leurs abominations sur la terre.

6 - Alors EL-SHADDAÏ fit déborder vers eux les eaux du fleuve Guihôn, qui en fit périr un grand nombre en dévastant un tiers de la terre. Malgré cela les hommes ne revenaient pas de leur mauvaise voie, et leur main était encore étendue pour opérer ce qui déplaît aux yeux d’EL-SHADDAÏ. »

Cette immense inondation provoqua des déplacements importants des plaques terrestres occasionnant des éruptions volcaniques grandioses faisant monter la température de la terre en surface que la terre et la roche devenait liquide et desséchait, brûlait tout sur des milliers de kilomètres carrés.

Toujours dans le deuxième chapitre de ce « Livre du Juste » versets 12-13

« 12. Et Caïnân savait par sa sagesse qu'Elohim détruirait les fils des hommes pour avoir fauté sur la terre, et que l’Être Suprême, dans la suite des jours, amènerait sur eux les eaux du déluge.

13. Et en ces jours Caïnân écrivit sur des tablettes de pierre, ce qui devait se passer dans le temps à venir, et il les déposa dans ses archives. »

Caïnân qui marchait avec les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ, n’était pourtant pas dans une descendance d’adorateur de l’Être Suprême puisque Énos son père, orthographié aussi Énosh, vivait dans la luxure et la perversion.El-Shaddaï créa la Galaxie Terre (Copier).jpg

Chronologie jusqu’à Hénoch puis Noah : Adam a cent trente ans quand Ève donne naissance à Seth et ce dernier à cent cinq ans à la naissance d’Énosh son fils qui engendra Caïnân à l’âge de quatre-vingt-dix ans. Caïnân était d’une grande sagesse, d’une intelligence remarquable, connaissant toutes les sciences, et il gouvernait les humains, les ramenant pour certains vers EL-SHADDAÏ, car il maîtrisait les esprits et les démons. Ce fut le premier à écrire sur les Tables de pierre la prophétie sur le Déluge, qu'il déposa dans ses archives. Caïnân âgé de soixante-dix ans engendra trois fils et deux filles, le premier né se nommant Malaléël, écrit aussi Mahalaël, et Livre du Juste II : 37, « Malaléel fils de Caïnan ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Jared. Et Jared ayant vécu deux cent soixante-deux ans, engendra Hénoch. »

Depuis qu’Adam fut déposé sur la terre de la Terre par l’Être Suprême et que l’Homme reçu le « Souffle de Vie ou l’Haleine de Vie ou encore un Vent de Vie » il y eu jusqu’à la naissance d’Hénoch sept-cent-vingt-deux années.

« Et Hénoch ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Mathusala. Après avoir engendré Mathusala, Hénoch marcha avec EL-SHADDAÏ, le servant, et abhorrant les voies des impies. Son âme adhérait à l'enseignement d’EL-SHADDAÏ, à l'intelligence et à la prudence. » Livre du Juste III : 1-2

Je reprends la chronologie des Textes du « Livre de Juste » : Hénoch a sept-cent-vingt-deux ans depuis que l’Homme devint une âme vivante sur la Terre, et à partir de soixante-cinq ans il eut trois fils et deux filles qui sont : « Livre du Juste III : 13, « Mathusala et Élisua et Élimélech, //, et leurs sœurs étaient, Melcha et Noéma. Mathusala ou Mathusalem ayant vécu quatre-vingt-sept ans engendra Lamech. » »

Depuis la naissance de son premier-né, Mathusalem, Hénoch se retira de la vie des hommes, abhorrant les voies des impies, suivant les enseignements d’EL-SHADDAÏ avec intelligence et sagesse.

Dans la cent vingt-deuxième année d’Hénoch un Ange venu des Cieux l’interpella et Hénoch dit : « Me voici ! »

L’Ange répondit : « Hénoch sort de ta retraite et va vers les hommes et instruit-les des voies d’EL-SHADDAÏ ! »

 

 

devant 400 000 humains Hénoch s'élève !

 

 

 

 

 

 

Hénoch enseigna les humains dans les sciences d’EL-SHADDAÏ et tous les Rois, tant les plus grands que les autres ainsi que les chefs venaient écouter Hénoch et ils étaient au nombre de cent-trente à se soumettre à lui le priant de régner sur eux et avec eux, et Hénoch accepta. Après quelques décennies Hénoch se retira une seconde fois de la vie des humains, pour prier EL-SHADDAÏ et recevoir son enseignement. L’Être Suprême lui fit voir toute la vie de l’humanité d’Adam jusqu’à la dernière génération, Hénoch regarda l’avenir de l’humanité avec le Déluge, puis le premier Temple, la destruction du second, la venue de Jésus le Nazôréen sur la Terre, puis la dépravation de l’humain dans les dernières générations comme jamais cela n’avait existé sur la terre de la Terre, tout, il vit tout sans exception, jusqu’à la génération finale.

Pendant les deux-cent-quarante-trois ans de la vie universelle d’Hénoch les humains vivaient heureux sur la terre de la Terre, et cette dernière donnait du fruit les humains la cultivant dans les enseignements et les voies d’Adonaï.

Hors Hénoch fut prévenu par un Ange qu’il allait monter aux Cieux pour enseigner les « Fils d’EL-SHADDAÏ » comme il avait enseigné les fils d’Adam, et les Rois, les Princes, et tous ceux qui avaient un Titre, un Grade, de toute la surface de la planète Terre, étaient environs huit-cents mille à suivre et écouter tous les enseignements, toutes les sciences, toutes les Lois et Préceptes de l’Être Suprême sortant de la bouche d’Hénoch, qu’ils considéraient comme leur Roi, dans ces derniers jours de présence sur la terre de la Terre.

Livre du Juste IV : 1-3, « Or, tous les jours qu'Hénoch avait vécu sur la terre étaient de trois cent soixante-cinq ans.

centre de notre galaxieC'est dans la cent-treizième année de la vie de Lamech, fils de Mathusala, qu'Hénoch monta au ciel.

Après l'ascension d'Hénoch au ciel tous les rois de la terre se levèrent et prirent Mathusala son fils et le sacrèrent pour les gouverner à la place de son père. »

Tout de suite après la mort d’Hénoch, les humains prirent Mathusalem, son fils, comme guide, mais malheureusement une partie des humains commencèrent à se révolter contre ses enseignements, sur toutes les sciences d’EL-SHADDAÏ, et se livrèrent au pillage, brigandage, extorsion et pillage, tout ce qui était mauvais et Élohim s’irrita contre les humains et la terre produisait des chardons, de l’ivraie au lieu du blé et l’orge et les champs n’étaient que de mauvaises herbes que l’humain n’avait pas semées. Malgré cela l’humain continuait dans sa mauvaise voie. Après qu’Hénoch, devant une multitude de Rois, de Princes, de Haut Dignitaires, de Chefs et de Gradés, environ quatre cents mille hommes de pieds, c’était élevé de la terre de la Terre dans un magnifique char étincelant, tiré par quatre splendides chevaux éblouissant de feu vers les Cieux, EL-SHADDAÏ avait envoyé ses Veilleurs pour instruire les humains sur la justice et l’équité. Mais ces Vigiles trouvèrent les filles des hommes très belles, et ils décidèrent de s’accoupler à elles et Yered le père d’Hénoch avait six cent trente ans quand commencèrent ces abominations.

Hénoch décéda en l’an 1087 du jour où Adam reçut le « Souffle de Vie » et qu’il devint une âme vivante, et Yered, le père d’Hénoch avait six-cent-vingt-sept ans, et le fils premier-né d’Hénoch, Mathusalem, avait trois-cents ans et Noé était dans sa trente-et-unième année.

Hénoch vécut peu de temps par rapport aux autres Patriarches antédiluviens, mais pendant deux-cent-quarante-trois ans d’enseignements de toutes les sciences, les humains vécurent heureux, car ils craignaient Hénoch qui avait un visage étincelant, brillant comme mille soleils, puisque l’on voyait à cette époque antédiluvienne le soleil voilé, comme nous le voyons aujourd’hui, le matin, un jour de léger brouillard ou de brume, simplement que le visage d’Hénoch était éblouissant comme le sera, celui de Moïse quand il descendra de la montagne du Sinaï.

Avant Hénoch l’humanité était mauvaise, mais c’était un mal de comportement, d’agissement, car l’humain ne parlait qu’une seule langue, n’avait qu’une seule couleur de peau, ni blanc, ni noire, plus ou moins prononcé selon que l’humain vivait au niveau de l’équateur, des latitudes du Cancer et du Capricorne ou aux Pôles Nord et Sud. Il se nourrissait comme les animaux, herbivores et fructivore, mais il n’était pas carnassier. Les humains se faisaient la guerre entre clans ou pour un morceau de territoire, mais le plus souvent pour avoir les femmes.

L’humanité est devenue mauvaise, vraiment mauvaise et très rapidement après le décès d’Hénoch. En effet les « Princes » de SAMMAËL s’aperçurent que les filles des hommes étaient très belles, mais de tout cela je vous l’ai écrit en détail dans le « chapitre 10 ». Sémyaza qui était leur chef ne prit pas la responsabilité tout seul, voilà pourquoi les chefs de groupe de dix, de ces deux cents Anges qui descendirent sur toute la Terre pour s’unirent avec les femmes des hommes, et avoir des enfants, passèrent un « anathème » entre eux sur le Mont Hermon. Tous les textes apocryphes sont un peu laconiques sans donner un moment précis : « Ceci s’est passé dans les jours de Yered » et tous les jours de Yered durent de quatre-cent-soixante à mille quatre-cent-vingt-deux du jour où Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une âme vivante, ce qui fait que Yered vécut neuf-cent­­-soixante-deux ans.le cœur de la Galaxie Terre vue d'Hubble

Dans tous les Écrits Bibliques ou Apocryphes nous sentons que l’Être Suprême à un profond amour pour l’être humain, et qu’il l’aime par-dessus tout. Il faut reconnaître que cet être humain est sa plus belle création, il n’existe rien d’aussi merveilleux dans tout l’Univers par sa beauté et sa complexité, car à l’origine il a été créé pour vivre éternellement et par la science d’aujourd’hui nous savons que le vieillissement est contre nature. Pourquoi les cellules humaines arrêtent de se reproduire ? … ?

Alors il fallait que l’humain devienne une abomination pour qu’EL-SHADDAÏ désire l’effacer de la surface de la Terre, ainsi que toute sa création d’êtres vivants.

En ces temps les humains s'étaient multipliés en fils et en filles, et s'éloignaient d’EL-SHADDAÏ, et ils apprenaient les uns aux autres leurs mauvaises pratiques, et ils offensaient EL-SHADDAÏ de plus en plus.

Chacun se faisait son dieu à lui. Ils arrachaient et ravissaient les uns aux autres leurs biens, et la terre était pleine d'oppression et d'iniquité.

Les Veilleurs enlevaient de force toutes les femmes qui leur plaisaient, même celles qui appartenaient à des maris. Et ses Anges sachant qu’ils ne remonteraient jamais plus aux cieux étaient pire que les deux cents Anges déchus.

Les Anges déchus apprirent aux humains toutes les technologies militaires dans l’art de tuer en masse son semblable, mais ils professèrent aussi les femmes dans l’art du maquillage, des parures, des bagues en métal précieux comme l’or et l’argent, mais aussi en pierres précieuses. Ces mêmes Anges inculquèrent l’astronomie, l’astrologie, les drogues par les plantes et les remèdes, initièrent les humains à la divination et la luxure.

En ces jours de Yered les Vigiles ou Veilleurs prirent du bétail de la terre, les bêtes des champs et les oiseaux des ciels, et firent le mélange des animaux d'une espèce avec une autre, afin de, avec cela, provoquer, braver EL-SHADDAÏ. Et l’Être Suprême vit que toute la terre était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie, tant l'homme que la bête.

Et EL-SHADDAÏ dit : « Je vais effacer de dessus la terre depuis l'homme jusqu'à l'oiseau du ciel, le bétail et les bêtes des champs ; car je me repens de les avoir créés. » Livre du Juste IV : 15-19

Un peu de chronologie avec le Livre du Juste V : 1-8

5 : 1, « En l'année quatre-vingt-quatrième de la vie de Noé, mourut Énos, fils de Seth, âgé de neuf cent cinq ans. » -- Énos fils de Seth est né en l’an deux-cent-trente-cinq du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante » et il décéda après neuf-cent-cinq ans de vie soit en l’an mille cent quarante.

5 : 2, « Et dans la cent-soixante-dix-neuvième année de la vie de Noé mourut Caïnan, fils d'Énos. Et tous les jours de Caïnan furent de neuf cent dix ans. » – Caïnân fils d’Énos est né en l’an trois-cent-vingt-cinq du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante » et il décéda après neuf-cent-dix ans de vie, soit en l’an mille deux-cent-trente-cinq

5 : 3, « Et dans la deux cent trente-quatrième année de la vie de Noé mourut Malaléel, fils de Caïnan. Et tous les jours de Malaléel furent de huit cent quatre-vingt-quinze ans. » – Malaléël premier-né de Caïnân en l’an trois-cent-quatre-vingt-quinze du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante », et après huit-cent-quatre-vingt-quinze ans de vie, il décéda en l’an mille-deux-cent-quatre-vingt-dix

5 : 4, « Et Jared, fils de Malaléel, mourut en ce temps-là, dans la trois cent soixante-sixième année de la vie de Noé. » Yered fils de Malaléël est né en l’an quatre-cent-soixante du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante », et après neuf-cent-soixante-deux ans de vie, il décéda en l’an mille quatre-cent-vingt-deux.

5 : 6, « Il arriva après un grand nombre de jours, en l'année trois cent soixante-sixième de la vie de Noé, lorsque eurent fini de mourir du milieu des hommes tous ceux qui avaient été fidèles à EL-SHADDAÏ, que ce Dieu réunit Noé et Mathusalem le seul patriarche encore en vie en l’an mille quatre-cent-vingt-deux date de la mort de Yered et leur dit :

5 : 7, « Convoquez tous les hommes, et annoncez-leur ces paroles : Voici ce que dit EL-SHADDAÏ : « Revenez de vos mauvaises voies, quittez vos œuvres criminelles, et il révoquera la sentence qu'il a prononcée contre la terre, et elle ne sera pas mise à exécution. »

5 : 8, Je vous accorde, encore cent vingt ans pour vous convertir. » »

Or, tous ceux qui étaient fidèles à EL-SHADDAÏ mouraient en ces jours-là, afin qu'ils ne voient pas le désastre dont ce Dieu avait décidé d'accabler la race d'Adam.

Esp-sa.-Trinité - Miranda.jpg     

 

Le père de Noé, Lamech, naquit en l’an huit-cent-soixante-quatorze du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante » et ses jours de vie sur la terre de la Terre furent de sept-cent-soixante-dix-sept ans, mais il ne marcha pas droit avec EL-SHADDAÏ et quand il décéda, son fils Noé avait cinq-cent-quatre-vingt-quinze ans et l’année de sa mort était l’an mille six-cent-cinquante et un du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante ».

J’ai voulu comparer les Écrits et Dates des Jubilés avec le Livre du Juste et là, bizarrement, rien ne correspond, même pas l’épouse de Noé, car pour les Jubilés elle se nomme Emzara fille de Rakeel et dans le Livre du Juste, c’est l’une des filles de Hénoch fils de Lamech du nom de Noéma, âgée de cinq-cent-quatre-vingt ans, et Noah à quatre-cent-quatre-vingt-dix-huit ans quand il l’épouse, et Noéma, deuxième fille d’Hénoch est né en l’an neuf-cent-soixante-quatorze du jour ou Adam reçut le « Souffle de Vie » et devint une « âme vivante ».

Pourquoi EL-SHADDAÏ en est-il venu à occasionner un « Déluge » pour réduire à néant des millénaires de Création, comme Il sera obligé de réduire l’humain à néant dans les dernières générations. Nous ses « Enfants » Il nous demande d’observer ses commandements et ses ordonnances, la justice, d’honorer père et mère, d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, de nous garder de l’adultère, de la fornication, de rejeter toute impureté, toute iniquité et de bannir le contre nature comme l’homosexualité et la pédophilie. Car à cause de toutes ces choses, il y a bien longtemps, un « Déluge » est survenu tuant tout ce qui était vivant, nommément dû à la fornication par laquelle les Veilleurs allèrent à l’encontre de la Loi de leurs ordonnances avec les filles des hommes. Ils eurent des fils les Néphilims, ses géants qui dévoraient tout sur la terre, bêtes sauvages et domestiques, mais aussi le cannibalisme mangeant l’être humain, se tuant entre eux pour se dévorer, s’anéantir, et le sang coulait beaucoup à cette époque

La semaine prochaine est la fête d’Halloween sur presque toute la Terre, des Amériques, à l’Australie pour finir sur l’Europe car j’ignore si cela se fête dans le Continent Asiatique.

C’est aussi le fête des morts et pour toute la chrétienté celle de tous les Saints.

Je nomme cette fête de tous les « Saints » la plus grande fête mondiale de l’idolâtrie

Ce sera le thème la semaine prochaine puis je reviendrai sur ce « Déluge »

Portez-vous bien !

Prenez soin de votre maisonnée dans l’amour du seul et unique Dieu qui existe dans tout l’Univers, celui que je nomme EL-SHADDAÏ

Salutations cordiales à Tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

15 octobre 2017

lp de qc, chap. N° 12 - Les jours de création

Rel-Ange des Cieux déchus.jpgDerniers paragraphes et dernières phrases du chapitre précédent

Les « Daimonts » trouvèrent les filles des humains très belles et ils voulurent s’accoupler avec pour avoir des enfants, alors ils allèrent demander l’autorisation à leur chef, le Prince Semyaza. Ils furent deux cents par groupe de dix, leur chef compris et ils s’éparpillèrent sur toute la Terre, choisissant les filles des hommes pour s’apparier et avoir une progéniture.

 Mais les Veilleurs d’EL-SHADDAÏ qui aurait dû être intègre, eux aussi trouvèrent les filles des hommes très belles et ils s’unirent à elle et eurent un lignage de géant. Tous ces Êtres gigantesques enseignèrent aux humains une technologie très avancée ; comment trouver les minerais d’uranium, et comment se servir de ce minerai pour façonner les centrales électriques, les piles atomiques, les bombes nucléaires, mais aussi la technologie des armes nucléaires avec des avions de chasse dix fois plus sophistiqués que nos meilleurs avions modernes. Il a été prouvé par les géologues, archéologues et paléontologues que les humains antédiluviens se déplaçaient d’une capitale à l’autre avec des aéronefs d’une rapidité que nous ne connaissons pas. Toujours par les mêmes scientifiques nous apprenons que ces humains antédiluviens parlaient un même langage et un même aspect sur toute la Terre et leur technologie en armement était très supérieur à la nôtre puisqu’ils pouvaient détruire une armée complète avec un rayon laser.Rel-Ange=Nephilim-femme des hommes.jpg

Quand nous regardons en un siècle ce que l’humain a inventé, a façonné au point de faire des bombes nucléaires atomiques, à hydrogène, bombe H, à neutron, mais aussi des fusées pour emmener des humains sur la « Lune », et ces derniers marchèrent dessus le 21 Juillet 1969, des avions supersoniques comme le « Concorde » alors qu’il ne se sert que de douze pourcent de son cerveau, dix-huit pourcent maximum pour ces scientifiques qui inventèrent tout ce que je viens de citer, alors pensez à ces humains qui étaient parfait à quatre-vingt-dix-huit pourcent, ce qu’ils ont pu inventer, fabriquer, eux qui vivaient neuf-cents ans en moyenne ?

A bien y réfléchir que nous sommes petits devant nos ancêtres ?

 

 

Les jours de la création

 

 

Chapitre N° 12

 

Comme promis dans le chapitre précédent, je reviens à ces six jours de création de la Bible ; selon ce « Livre », un jour serait égal à mille ans ; alors essayons de raisonner avec sagesse et discernement ; scientifiquement il est prouvé que l’Univers existe depuis des milliards de milliards d’année. Dans la Voie Lactée, il y avait un tas d’étoiles en formation et cette « Voie » ou cette région de l’Univers était encore glaciale et sombre. « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit d’EL-SHADDAÏ se mouvait au-dessus des eaux. » Genèse I : 1-2, de Louis Segond. Ce Dieu seul et unique commanda, ordonna  à la matière de se réunir avec les gaz pour former des planètes et des soleils afin d’organiser une galaxie et il imposa à la Lumière de se faire voir et il sépara la Lumière des Ténèbres ; des étoiles naquirent dans       la galaxie pour éclairer les planètes, météorites, aérolites, astéroïdes, et l’Être Suprême apprécia la Lumière, les Bibles terminant ce verset que je ne trouve pas juste par, Genèse de Louis Segond I : 5, « Et EL-SHADDAÏ appela la lumière Jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Et il y eut un soir, et gal-Voie Lactée.jpgil y eut un matin : « Premier Jour » »

En réalité le « Jour » n’existe pas encore car, dans la « Voie Lactée », qui doit son nom à la mythologie mésopotamienne, la mère des Dieux Astharté, donnant le sein à sa progéniture, cette dernière évacuant un trop plein de lait maternel, qui fut représentée par le « Le Chemin du Lait » soit « la Voie Lactée », notre galaxie était en formation et la Terre avait une mer liquide et gazeuse sur toute sa surface se mélangeant sans délimitation réelle.

 

           

 

 

 

EL-SHADDAÏ sépara les eaux liquides qui restèrent sur la Terre des eaux gazeuse qui s’élevèrent au-dessus de la Terre, et ce qui était au-dessus de la Terre, le Firmament, il le dénomma « Ciel », « Et il y eut un soir, il y eut un matin : Deuxième Jour ». Genèse Louis Segond I : 6-8.

EL-SHADDAÏ venait de nommer les gaz d’eau au-dessus de la Terre « Ciel ». Puis il ordonna aux eaux du dessus la Terre de se réunirent toutes ensembles dans un seul lieu afin que l’Aride apparaisse. L’Aride, le Continent fut désigné sous le nom « terre » et la masse des eaux, fut appelé « mer » et EL-SHADDAÏ trouva cela bon.gal-Voie Lavtée visivle Cevennes.jpg

En vérité, quel est le temps exact de ces deux jours ? Deux mille années ? Mille ans par jour ? Où un peu plus de mille années pour le premier jour et seulement quelques siècles pour le second jour ? … ? La Galaxie Terre est toujours en formation car ce Dieu et ses Anges n’ont posé que des étoiles qui sont des points lumineux définissant la lumière du premier jour puisque ces étoiles rompaient les « Ténèbres ».

Voilà ce qui ne peut pas exister dans ce troisième jour. Dans les lignes d’écriture ci-dessus j’explique que l’Être Suprême sépare les eaux afin que la terre ferme apparaisse sur la planète Terre, mais il n’y a pas encore la « VIE » et il manque énormément d’ingrédients donc dans ce troisième jour aucune verdure ne peut pousser, végétale et arboricole.

Les humains de confession chrétienne et leurs plus hauts dirigeants affirment que les Livres Bibliques ont été écrit sous inspiration Divine, alors si cela est vrai, comme je suis un croyant, mais surtout pas un chrétien, musulman, bouddhiste où autres, je pense que cela est dû à une erreur de copistes qui a interverti les versets du troisième jour avec ceux du quatrième, alors vérifions ! … !

Louis Second, Genèse I : 11-13, « Puis l’Être Suprême dit : Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi. 

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le troisième jour. »

Genèse : 14-19 « EL-SHADDAÏ dit : Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.

EL-SHADDAÏ fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles.

EL-SHADDAÏ les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. EL-SHADDAÏ vit que cela était bon.

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le quatrième jour ».

Maintenant que vous venez de lire ces versets Bibliques de 11 à 19, je vous laisse réfléchir, raisonner. J’ai pris la version protestante de Louis Segond de 1910 car c’est le meilleur Texte Biblique que j’ai trouvé pour ce qui nous intéresse.

Les versets quatorze à dix-neuf sont dans le troisième jours voilà ce que cela donne, offre : Louis Second Genèse I : 9-10, et après 14-19,

« EL-SHADDAÏ dit : Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.

L’Être Suprême appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Élohim vit que cela était bon. »

Genèse : 14-19 « EL-SHADDAÏ dit : Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.

EL-SHADDAÏ fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles.

L’Être Suprême les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. EL-SHADDAÏ vit que cela était bon »

« Ainsi, il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le troisième jour ».

Maintenant pour le quatrième jour, voici ce que donne le Texte de la Genèse de Louis Segond I : 11-13

« Puis EL-SHADDAÏ dit : Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.

La terre produisit de la verdure, de l'herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. L’Être Suprême vit que cela était bon

Ainsi, il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le quatrième jour »

Maintenant que vous venez de finir la lecture complète de ces versets, quel est votre raisonnement ? Ai-je eu raison de changer de place ces versets dans les jours ? J’apprécierai un commentaire de votre part !

En venant de relire le chapitre complet dans la version de la « Bible de Jérusalem » et la version protestante « Darby » j’ai maintenant la certitude que mon changement est parfaitement logique. En effet dans ce troisième jour, le grand luminaire « Soleil » est établi pour briller quelques milliards d’années dans le centre de la Galaxie, et un certain nombre de planète, douze en l’occurrence attachées les unes aux autres par un fil invisible mais toutes dans l’attraction de ce Luminaire, tournant autour de cet astre sur un parcours elliptique plus où moins prononcé.

 gal-système solaire.jpg

 

 

EL-SHADDAÏ, ce Dieu seul et unique fut désireux qu’il y ait vie sur une planète qu’il nomma « Terre » et dans la plus grande Galaxie de la Voie Lactée il installa un grand Luminaire qu’il nomma « Soleil » puis il établit les planètes, toutes différentes les unes par rapport aux autres et ayant une influence sur la planète Terre comme par exemple le deuxième astre le plus près du Soleil, Vénus, qui est la première étoile vers l’est à être visible à l’œil nu le soir que l’on nomme « Étoile du Berger » et aussi la première étoile visible le matin, à l’aurore en direction de l’est qui prend le nom du premier Ange créé, et le premier à se révolter contre son Concepteur, son Créateur, et il sera nommé « Mastéma » qui signifie « Daimont » écrit en langue française « Démon ». EL-SHADDAÏ installa la planète « Terre » à une distance de l’astre « Soleil » pour que les différents rayons ne soient pas trop brûlants, mais ne soient pas trop froids non plus, donc la distance devait être juste pour le parcours elliptique autour de ce luminaire en une année afin que gal-notre système solaire.jpgles quatre saisons fussent marquées sur toute la « Terre », cette dernière ayant une rotation complète de vingt-quatre heures sur elle-même.

Là, avec certitude et justice je peux écrire il y a « un Jour », il y a « une Nuit », il y a « un Soir », il y a « un Matin » !  

Toujours sur la même logique, je peux certifier maintenant, que la vie peut commencer sur la Terre, et toujours avec la même certitude je dirai que la vie microscopique a déjà esquissé un début car les ingrédients sont là, une température de serre, la mer, la terre, un soleil pour chauffer et éclairer, la nuit pour se reposer, la journée pour se développer et grandir.  

L’Être Suprême en ce quatrième jours avait fait pousser tout ce qui est verdure et bon à manger, chacun selon son espèce, son genre.

Puis Il ordonna à tous ce qui est liquide de produire des animaux de toutes sortes sachant nager, se déplacer, dans l’élément liquide pour que ce soit un grouillement d’êtres vivants et Lui façonna tous ces grands poissons, ces serpents et monstres marins qui glissent dans les eaux chacun selon son espèce, selon son genre et Il en fit de même pour toute la gent ailée chacun selon son espèce, selon son genre, bêtes et bestioles, que ce soit un foisonnement dans les aires au-dessus de la terre.

EL-SHADDAÏ vit que tout cela était bon, il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le cinquième jour

 Amie fidèle Toscane.jpg

 

 

Après cela l’Être Suprême ordonna à la terre de façonner des êtres vivants bêtes et bestioles et toutes celles qui rampent sur et dans la terre pour l’aérer et Lui créa tous les animaux sauvages et domestiques purs et impurs, chacun selon son espèce, chacun selon son genre et Il regarda tout le travail accompli avec l’ordre qu’Il avait donné à tous ces êtres vivants : « Multipliez-vous et remplissez la terre de la Terre »

EL-SHADDAÏ arrivait à la fin de son sixième jour, et contemplait tout le labeur accompli et Il trouva cela très bon, alors Il dit : « Faisons l’Homme à mon image, à notre ressemblance, à mon reflet » ! Alors l’Être Suprême façonna l’Homme à son image, son reflet, leur ressemblance, Il le modela, sculpta en déployant un tronc surmonté d’un cou puis d’une tête sur laquelle il déposa des cheveux pour l’embellir, ainsi qu’une moustache et une barbe, puis il ajouta les membres supérieur et inférieur terminant par les mains en haut et les pieds en bas, à tout cela il agença les artères, les veines, les nerfs et des muscles, d’une harmonie splendide, merveilleuse. Rien ne fut plus beau, plus magnifique, plus admirable, plus éblouissant que l’être Humain dans tout l’Univers. Aucune création ne fut plus éclatante dans tous les Cieux, comme dans tout l’Univers, que l’Homme, que l’Humain, par sa complexité, son harmonie, sa perfection, son « Auguste »

 

 

Rel-El-Shaddaï, l'Homme dans ses mains ....jpg

Et le septième jour il se reposa du travail accompli et il le sanctifia !

Je viens de remettre en ordre les jours de création, simplement que nous ignorons le temps d’un jour. Que savons-nous réellement ? Pour que la Galaxie Terre sois formée il a fallu des milliards d’année. Une chose est certaine les dix planètes attachées à notre système solaire ne se sont pas posées là par hasard car il faudrait des innombrables hasards, donc en en vient à la foi religieuse avec un nombre incalculable de questions dont jamais nous aurons le réponse ou peut-être après le grand sommeil du corps car quoi que nous fassions nous serons toujours quelque chose sur la terre de la Terre voilà pourquoi au commencement il a été écrit sur les Tables Célestes : « Souvient-toi terre de la Terre car au grand jour du Jugement il te faudra rendre les os de chacun avec leur chair afin qu’il soit présent comme à l’origine pour qu’il soit reconnu par ses semblables pour le premier Jugement, car au second il n’y a pas de résurrection, leur corps servira de nourriture à la terre et aux bêtes sauvages et leur esprit partira pour le néant, et plus jamais nous parlerons de lui. »

Je tenais à mettre en ordre ces versets bibliques ai-je tort, ai-je raison, mon juge est celui qui est au-dessus de ma tête que je nomme EL-SHADDAÏ

Je ne pensais pas que l’explication pour la compréhension des versets bibliques prendraient autant de temps, mais pour moi je trouvais cela important, donc je vais revenir sur nos ancêtres antédiluviens

Portez-vous bien et prenez soin de vous et de votre maisonnée en suivant mes principes d’EL-SHADDAÏ et les enseignements de son fils Jésus le Nazôréen qui n’est pas un Dieu, mais notre Roi et notre assesseur. Aimons notre prochain comme nous-même ! Ne convoitons pas ces biens !

Salutations cordiales !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO » 

08 octobre 2017

lp de qc, chap. N° 11 - Technologie thermonucléaire antédiluvienne

Archeo- Site de Oklo Gabon coffrage à droite protège un réacteur nucléaire.jpgDerniers paragraphes avec les dernières phrases.

 

 Au Pakistan et en Inde, dans la vallée de l’Indus, se trouvent les ruines de plusieurs cités antiques, détruites de façon brutale. Elles ne sont pas mentionnées dans l’histoire : nous pouvons en conclure qu’elles sont antérieures aux temps historiques. On les soupçonne d’être quelques-unes des cités Rishis du mythique empire de Rama. Les deux plus grandes villes sont aujourd’hui appelées Mohenjo-Dâro et Harappâ mais ces noms sont modernes. Chacune d’elles pouvait loger jusqu’à deux-cents mille habitants.

S’agirait-il des cités des Vrishis et des Andhakas ces trois villes détruites par Ghurka et sa foudre de fer ? Les archéologues ont découvert dans cette zone les restes d’une ville de la civilisation de la vallée du Thar comportant des traces d’explosion nucléaire survenue il y a plusieurs millénaires.

Il semble en tout cas que ces villes aient été détruites en un instant : sur la chaussée, les fouilles ont permis de découvrir des squelettes fauchés en pleine activité. Après des millénaires, ces squelettes sont encore aussi radioactifs qu’à Hiroshima. Cette radioactivité élevée a entraîné des problèmes sanitaires graves, si bien que le gouvernement indien a été contraint de fermer le site de fouilles et d’interdire la zone.

« C'est si contraignant d'imaginer qu'une civilisation ait eu la technologie nucléaire avant nous. La poussière radioactive crédibilise les enregistrements anciens qui décrivent des guerres atomiques. » ( Rusty James)vestige de la ville de Harappa

Le désert du Thar, d’une superficie de deux-cents mille kilomètres carrés, est appelé Mârusthali, « le Pays de la Mort » en Inde, et au Pakistan, il porte le nom de désert du Cholistan qui signifie « Mortelle »

Cette zone est devenue désertique entre neuf mille à huit mille ans avant l’EC ou J-C. À cette époque le fleuve Sarasvatî s’enfonçait dans le désert et ne laissait qu’un lit asséché qui réapparaissait au Pakistan

Sous le désert du Thar il n’y a pas que du pétrole et du charbon, il y a aussi la cinquième plus grande nappe phréatique d’eau douce du monde.

 

 

 

Technologie thermonucléaire antédiluvienne

 

 

 

Chapitre N°11

 

 

En 1921, des fouilles débutèrent à Harappa, cité Indienne du troisième millénaire, mais qui réellement est plutôt du huit et septième millénaire avant l’Ère Commune, l’EC., ou Jésus-Christ, J-C., avec les murs d’enceintes imposants, et les archéologues furent stupéfait de la complexité de l’urbanisme de cette ville qui s’étendait sur un périmètre de cent cinquante à deux cents hectares minimums, les habitations divisées en quartier avec une logique qui nous échappe, car il n’y a ni Temples, ni Palais, sauf des édifices étranges, divisés en bloc, susceptibles de porter une construction de bois. D’après l’archéologie cette civilisation était pointilleuse sur l’ordre, la propreté et l’hygiène, car les maisons possédaient salle de bain, latrine, un système de drainage des eaux usées et aussi l’équivalent de nos décharges publiques et industrielles ou l’on déposait les rebuts du travail des peaux, du cuivre, bronze, fer, gravas, etc …

En 1922, un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste mis au jour à 640 km d’Harappa les ruines d’une civilisation protohistorique, c’est une véritable métropole qui sortit de terre, « Mohenjo-Daro », surnommée la « Colline des Morts », faisant toujours l’objet de recherches mais aussi de vives controverses.

Mais qui était cette civilisation restée si longtemps dans l’ombre ?

Malgré la connaissance de nos archéologues, paléontologues, géologues, nous n’avons, à ce jour, toujours pas déchiffré leur écriture, ainsi que leur langage

Une explosion mystérieuse et de proportion atomique apparaît dans la cité de Mohenjo-Daro, dont la rumeur prétend, depuis longtemps, qu'elle serait une des Sept cités de Rishi. De plus, les mythologies égyptienne et sumérienne parlent elles aussi de ces échanges nucléaires durant la guerre entre les dieux qui conduisaient chacun leur propre chariot flamboyant ? 

Bien sûr, on a du mal à imaginer qu’à une époque aussi lointaine des armes nucléaires ont pu être utilisées. Le texte est troublant quand on le met en parallèle avec les dernières découvertes. Pourrait-il s’agir d’un phénomène naturel qui aurait provoqué un cataclysme ? L’épicentre du choc a été détecté au centre de la ville. A cet endroit, toutes les maisons ont été nivelées. A la périphérie, les destructions sont moins importantes.

L’énigme de Mohenjo-Daro reste entière pour le moment. Cependant, si l’on suppose qu’une catastrophe s’est abattue sur cette cité, cela n’explique pas l’abandon des autres villes. Mohenjo-Daro et Harappa sont les métropoles les plus connues mais il existait au moins trois autres villes aussi importantes. Il y en avait d’autres mais de moindre importance.

squelettes humains de 3m à 4m antediluviensL’analyse moderne a confirmé que des fragments de la ville avaient fondu au contact d’une très haute température. Les douzaines de squelettes qui ont été trouvés dans la région de Mohenjo-Daro présentent une radioactivité excédant la norme de presque cinquante fois.

« Quand les fouilles de Mohenjo-Daro et Harappa parvinrent au niveau des rues, des squelettes éparpillés apparurent, souvent mains jointes et affalés dans les rues, comme frappés par une tragédie atroce et instantanée. Insistons : ces hommes gisaient simplement dans les rues, sans sépulture. Or, ces squelettes sont âgés, au dire même des archéologues les plus prudents, de milliers d'année ! Comment expliquer cela ? Pourquoi ces corps n'ont-ils ni pourri ni été dévorés par des animaux ? D'où vient qu'ils ne présentent aucune trace de mort violente ?

 

  

Ces squelettes sont parmi les plus radioactifs jamais trouvés, à égalité avec ceux de Nagasaki et d'Hiroshima. Des chercheurs russes ont notamment découvert un squelette présentant un taux de radioactivité cinquante fois supérieur à la normale. L'archéologue russe A. Gorbovsky a fait état dans Riddles of Ancient History, 1966, du haut niveau d'irradiation présenté par les squelettes. Des milliers d'objets fondus - baptisés « pierres noires » - ont également été trouvés à Mohenjo-Daro, qui semble être des fragments de récipients en terre soudés par une chaleur extrême. » ("La technologie des dieux" de David Childress)

Selon un article de la Pravda du 17 janvier 1994, les archéologues Davenport et Vincenti auraient découvert à Mohenjo-Daro des grosses strates comportant de l’argile et du sable fondu à haute température, transformés en verre de couleur verte, similaires aux traces d’explosion nucléaires du désert du Nevada après chaque tir.

Ce qui est le plus troublant dans ce dernier article, c’est qu’ils nous précisent, que les squelettes trouvés à Mohenjo-Daro avaient un taux de radioactivité cinquante fois supérieur à la normale …

Exactement, la dose de radiations du Gobisquelette grandeur humaine antédiluvien

Davenport et Vincenti sont des archéologues et pas des physiciens …Ils n’avaient aucune raison de rapprocher ce taux de celui du Gobi, probablement pas inconnu à l’époque, mais certainement tenu secret …Il n’y a que quelques petites années, même pas 10 ans, qu’internet est totalement ouvert et permet de tout connaître, ou presque …

Et ce ne peut être un nombre donné au hasard, car même si ce sont des archéologues et pas des physiciens ils restent tout de même des scientifiques …Et ils n’auraient jamais inventé un taux représentant une explosion unique aussi puissante que vingt fois toute la radioactivité émise par la terre entière pendant un an.

Ce site constitue un véritable mystère, affirment les archéologues, qui auraient juré, avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus, au Pakistan, il y a environ dix à huit mille ans. Depuis 1921, une succession de découvertes dont la cité d’Harappa puis celle de Mohenjo-Daro ont prouvé l’existence d’une culture jusqu’alors inconnue.

Mohenjo-Daro, cité antédiluvienne, de la protohistoire dont les radiations atomiques sont cinquante fois supérieures à la normal obligeant le gouvernement Hindou à fermer les fouilles par contre cette citée est très bien conçue. On peut la comparer aux grandes villes américaines. D’ailleurs, les archéologues ont surnommé cette cité « le Manhattan de l’âge de bronze » qui est quand même plus jolie que la « Colline de la Mort »

Dans beaucoup de région sont découvert des artéfacts et pour expliquer la présence de ces artefacts, une hypothèse : ils ont été fabriqués par une civilisation avancée, détruite par une catastrophe naturelle ou technologique bien avant notre propre genèse, car on en a trouvé en Amérique du Nord, du Sud, en Grande-Bretagne et partout en Europe, en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.

Parmi ces indices, il en est un qui relève d’une technologie préhistorique de pointe qui aurait détruit son berceau culturel : les traces à jamais silencieuses mais révélatrices, de guerres nucléaires.

« Je veux bien croire que certaines zones ont été vitrifiées par le souffle chaud de météorites, mais je ne pense pas que l’on puisse attribuer à ce phénomène naturel les quelques vingt-huit étendues de roches pulvérisées et noircies qui couvrent chacune des surfaces de l’ordre de 18000 km2 en Arabie occidentale. Ces pierres aux bords tranchants sont rassemblées comme les vestiges de cités. Les experts ont établi qu’elles n’étaient pas d’origine volcanique, mais semblaient dater d’une époque où l’Arabie était un pays fertile et luxuriant avant d’être soudainement calciné à l’état de désert. » B Emeric David

Nous savons aujourd’hui que le Sahara a été une zone tropicale à la végétation abondante, très pluvieuse et sillonnée de grandes rivières. Les scientifiques ont découvert des zones où des terres jadis cultivées sont aujourd’hui couvertes d’une couche de sable formant les déserts, et dessous ce sable, à plusieurs mètres ce même sable vitrifié sur une fine couche d’une couleur verdâtre sur des kilomètres. Des chercheurs ont aussi trouvé une énorme réserve d’eau sous ces déserts. Celle-ci ne peut être que le résultat de pluies abondantes ayant précédé la dévastation par le feu.

  reste des roches en fusion 

 

Le 25 décembre 2007, un scientifique français effectuant des fouilles dans la région de Khamis Bani Sa’ad dans le district de Tehema, province de Hodeidah, au Yémen, confirma que des pièces archéologiques trouvées sur place dataient de dix mille ans et moins av. J.-C. Avant la survenue d’un changement radical de climat, les habitants étaient des pêcheurs et avaient domestiqué certains animaux actuellement disparus de cette région, dont une espèce de cheval que l’on ne trouve plus qu’en Asie Centrale.

La Chine maoïste a effectué près du lac de Lob Nor, dans le désert de Gobi, des essais nucléaires qui ont laissé de grandes plaques de sable vitrifié. Mais il y a aussi dans ce désert un certain nombre de traces similaires vieilles de milliers d’années.

En mission avec une équipe en Afrique centrale, Albion W. Hart, un des premiers ingénieurs diplômés du Massachusetts Institute of Technology, cherchant à atteindre une région quasi inaccessible, dut traverser une grande étendue désertique. Stupéfait, il découvrit une vaste zone vitrifiée verte qui couvrait le sable à perte de vue et qu’il fut incapable d’expliquer. Or, dans Rocks and Minerais (n°396, 1972), Margarethe Casson écrit :

« Plus tard dans sa vie, Hart, traversa la région de White Sands, côté Nevada, après les premières explosions atomiques et reconnut le même type de fusion de silice que ce qu’il avait vu en Afrique cinquante ans plus tôt ».

En 1947, des fouilles effectuées dans la vallée de l’Euphrate, au sud de l’Iraklieu où certaines traditions situent le Jardin d’Éden et où les anciens habitants de Sumer rencontrèrent l’homme-dieu Ea — mirent au jour une couche de verre vitrifié de couleur verte, les archéologues ne purent que relever la ressemblance de cette matière, vieille de plusieurs milliers d’années, avec celle gisant sur le sol désertique de White Sands, au Nouveau-Mexique, après les premiers essais nucléaires des temps modernes.

Un certain nombre d’éléments récemment découverts indiquent que des changements cataclysmiques de la croûte terrestre ont pu entraîner la disparition quasi complète de mondes préhistoriques. Les indices géologiques montrent que ces changements, aussi soudains que profonds, pourraient avoir submergé et anéanti d’anciens peuples et leurs cultures.

De larges zones de verre coulé de couleur verte et des cités vitrifiées sont apparues dans des fouilles archéologiques : à Pierrelatte du Gabon, dans la vallée de l’Euphrate, dans les déserts du Sahara, de Gobi, de Mojave, en Écosse, dans lAncien et le Moyen Empire d’Égypte, et au centre-sud de la Turquie.sol vitrifié par les roches en fusion

Des voyageurs qui s’étaient aventurés au cœur des forêts indiennes ont trouvés les ruines de cités dont les murs, sous l’effet de la chaleur, étaient devenus d’immenses dalles de cristal. Les ruines des Sept Cités, dans la province de Piaui, près de l’équateur, au Brésil, offrent un spectacle d’un monstrueux chaos. Aucune explication géologique n’a encore été proposée par les archéologues dont certains, au vu des pierres calcinées, détruites et fondues, ont évoqué Sodome et Gomorrhe

 

. Enfin, signalons de grandes surfaces circulaires ou polygonales de matière dure ressemblant à du verre opaque dans le désert de Mojave, en Californie. Les traces profondes d’un feu intense En 1850, William Walker explorant la Death Valley déclara y avoir trouvé une cité en ruine. Parmi les débris, les pierres de l’extrémité d’un grand édifice avaient été fondues et vitrifiées. Walker ajouta que la région entière entre la rivière Gila et St John était parsemée de vestiges montrant des traces d’échauffement si intense que la pierre en avait fondu. Des dallages et des maisons de pierre portaient de larges fissures témoignant d’un éclatement par le feu.

Les cités et les forteresses vitrifiées découvertes par Walker m’intriguent encore plus que les surfaces de verre coulé verdâtres. Les maçonneries de certains forts et tours sur des collines d’Écosse, d’Irlande et d’Angleterre ont été calcinées par des températures infiniment plus élevées que celle de la foudre. D’autres forteresses perchées, depuis les îles de Lofoten, au large de la Norvège, jusqu’aux Canaries, au large de l’Afrique, sont devenue des « fortins fondus » ; selon les termes d’Erich A. von Fange, « les blocs empilés de leurs murs circulaires ont été transformés en verre… par une intense chaleur ». On croyait que Catal Hüyük était l’une des plus anciennes cités du monde, mais des vestiges archéologiques révèlent qu’après un développement civilisé, elle s’est brusquement éteinte.

Les archéologues ont découvert avec surprise d’épaisses couches de briques calcinées. Les éléments de construction avaient été coulés l’un sur l’autre par une chaleur qui avait pénétré à plus d’un mètre sous le sol et carbonisé la terre, les ossements de personnes inhumées et les offrandes enterrées avec elles ; la décomposition bactérienne en avait été interrompue. On a mis au jour un grand ziggourat babylonien fendu jusqu’aux fondations comme s’il avait subi un feu très intense. Dans d’autres parties des ruines, des pans de maçonnerie étaient vitrifiés et partiellement réduits en masses fondues, ainsi que certains blocs isolés à proximité des ruines.

A Pierrelatte du Gabon, des chercheurs du CEA, -- Commissariat à l’Énergie Atomique. -- ont trouvé en 1972 les traces d’une réaction nucléaire spontanée dans la carrière d’uranium d’Oklo. Les scientifiques se sont aperçus que le minerai contenait une proportion anormalement basse d’U235, tel celui que l’on trouve dans le carburant d’uranium appauvri issu de réacteurs atomiques. Le minerai contenait aussi quatre éléments rares typiques de l’uranium appauvri.

NALe 25 septembre 1972, l’administrateur de CEA, André Giraud, annonce qu’un réacteur nucléaire vieux de deux milliards d’années a été découvert sur le site de la mine d’uranium d’Oklo.

Anguille sous roche, le réacteur nucléaire d’Oklo, réacteur atomique dont je vous ai déjà parlé, a rajeuni brusquement et sa vieillesse ne dépasse pas dix mille ans, et de sources scientifiques certaines serait même plus jeune mais est antédiluvien, bizarre, bizarre, voire étrange ! … !

À notre époque, des matériaux de cette nature ne sont connus que sur des sites d’essais nucléaires où le sable a été vitrifié par la chaleur. L’éventualité de guerres nucléaires préhistoriques est un constat très dérangeant pour certains.

Mais d’autre part, des scientifiques ont trouvé des gisements d’uranium qui semblent avoir été minés et exploités dans l’antiquité.

S’il se confirme qu’en des temps reculés des civilisations ont connu l’anéantissement atomique, peut-être y a-t-il urgence à ce que nous comprenions vraiment nos comportements !

En résumé, alors que le monde moderne n’a pas connu la puissance de l’atome avant les années 40, une étonnante quantité d’indices témoignent d’effets nucléaires remontant à la préhistoire : sables des déserts parsemés de verre, murs de pierres vitrifiés de certains forts, antiques cités détruites apparemment par une chaleur intense, tout cela bien hors de portée des moyens et des feux d’armées primitives

 

Schéma de la bombe d’Hiroshima et de Nagasaki

 

 

1.   Ailerons stabilisateurs

2.   Cône de queue

3.   Entrée d'air

4.   Détonateur par pression

5.   Conteneur en plomb – protection --

6.   Bras du détonateur

7.   Tête du détonateur

8.   Charge explosive – cordite --

9.   Projectile en uranium 235

10. Cylindre du canon

11. Cible en uranium 235 avec réceptacle, le réflecteur de neutrons se trouve à son sommet

12. Sondes pour la télémétrie – altimètre --

13.  Fusibles d'armement de la bombe -- insérés peu avant le largage --

 

 

Bombe atomic nommée Little Boy sur Nagasaki

 

Je reviens maintenant au spirituel puisque depuis deux, trois chapitres j’ai développé le scientifique en priorité avec un peu de spirituel.

Si nous suivons la Bible, et que nous considérons les textes comme véridiques, nous croyons en un Être supérieur à l’humain, puisque nous sommes façonné à sa ressemblance, son reflet, comme dans une glace qui nous rejette notre image, d’une beauté sans égale, d’une intelligence phénoménale, d’une instruction incommensurable, lui le Créateur de tout ce qui vit, et tout vit, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, car la terre de la Terre respire, la mer respire, ou plus exactement l’eau respire, en un mot tout ce qu’il y a sur et sous la terre, dans les aires, dans les mers, respireCham-nuclear_explosion1.jpg

EL-SHADDAÏ, ce Dieu seul et unique créa en premier l’Univers puis la Voie Lactée avec sa Galaxie, « Terre » et son luminaire « Soleil », l’astre qui éclairerait et chaufferait toutes les planètes attirées par lui le tout formant cette Galaxie avec son « Firmament », et le commencement de ses « Cieux ». La Bible dit très rapidement que tout fut créé et façonné en six jours, mais combien de temps dure un jour sachant que l’Univers a des milliards de milliards de nos années, que la Galaxie « Terre » est relativement jeune, voire très jeune d’après certains géologues, quelques millièmes de milliards de nos années, quant aux animaux difficile à dire, sachant qu’ils ont été sur Terre bien avant l’humain, mais que des espèces ont complètement disparue pour un même nombre qui naissaient, l’équilibre de la nature, et l’espèce humaine est apparue qui a tout déréglée cette stabilité, cette harmonie. Et avant les animaux Il créa la végétation avec ses lois de reproduction selon l’espèce et le genre, mais il ne faut pas oublier que la première « Terre », celle avant le « Déluge », était comme une serre, Genèse II : 5-6, « EL-SHADDAÏ n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, toutefois un flot montait de la terre et arrosait la surface du sol » la différence de température entre l’équateur et les pôles n’excédait pas une vingtaine de degré centigrade, mais tout cela je vous l’ai déjà écrit.

  Nephilim squelette

 

Les géologues avec les archéologues ont déterré précieusement, minutieusement des squelettes humains des deux sexes dans leur position initiale, dans les rues de la ville protohistorique de Mohenjo-Daro, et dans d’autres vestiges sur la surface du globe, dont la grandeur était entre trois et quatre mètres. Ceci était la taille normale des humains de l’ère antédiluvienne et la mesure d’une coudée, est la longueur qui existe entre l’os du coude et le bout du doigt majeur de la main soit environ cent dix, cent vingt centimètres (110-120cm)

Selon la Bible un jour serait égal à mille ans ; alors essayons de raisonner avec sagesse et discernement ; scientifiquement il est prouvé que l’Univers existe depuis des milliards de milliards d’année ; l’auteur de la Bible est plutôt brouillon car dans ses exposés de jour beaucoup de chose sont impossible, exemple le quatrième jour devrait être le deuxième. Pour moi l’Univers existe ainsi que la Voie Lactée. Dans cette voie la Galaxie Terre n’est pas formée Je reprendrai ce thème dans le prochain chapitre

Genèses VI : 1-& suiv. « Les patriarches se succèdent, Adam engendra Seth qui engendra Énosh, qui engendra Quénâm, qui engendra Mahalaël, qui engendra Yered, qui engendra Hénoch et cet humain marcha avec EL-SHADDAÏ, qui l’appela son « Scribe de Justice », qui engendra Mathusalem le patriarche qui vécut le plus vieux de la planète Terre, qui engendra Lamech, qui engendra Noa dit Noé dans la Bible, quand Noé termina l’Arche tous les Patriarches étaient décédés »

A l’ère de Mahalaël, mais surtout de Yered EL-SHADDAÏ envoya des Veilleurs sur la Terre pour apprendre aux humains la justice et l’équité. « Dans ses jours de Yered, les anges du Seigneur descendirent sur la terre, ceux qu'on appelle les Veilleurs, afin d'apprendre aux enfants des hommes à pratiquer le droit et l'équité sur la terre. » Les Anges du mal que l’on nommait des « Daimonts » étaient ces Anges partisans de Sammaël et qui allaient vers les humains, qui n’oublions pas étaient presque parfait en dehors de cette tare génétique de la mort puisqu’ils vivaient jusqu’à neuf cents ans et plus sans atteindre les mille ans, pour leur apprendre les mauvaises choses qu’ils retransmettaient à leur progéniture, c’est comme cela que les humains devenaient de plus en plus mauvais.

Parmi ces « Daimonts » il y en a qui trouvaient les filles des humains très belles et ils voulurent s’accoupler avec pour avoir des enfants, alors ils allèrent demander l’autorisation à leur chef qui était le Prince Semyaza. Ils furent deux cents par groupe de dix avec leur chef et ils s’éparpillèrent sur toute la Terre. Sur toute la Terre ils choisirent les filles des hommes et s’apparièrent pour avoir une progéniture.

 Mais les Veilleurs d’EL-SHADDAÏ qui aurait dû être intègre, eux aussi trouvèrent les filles des hommes très belles et ils s’unirent à elle et eurent un lignage de géant. Tous ces Êtres gigantesques enseignèrent aux humains une technologie très avancée ; comment trouver les minerais d’uranium, et comment se servir de ce minerai pour façonner les centrales électriques, les piles atomiques, les bombes nucléaires, mais aussi la technologie des armes nucléaires avec des avions de chasse dix fois plus sophistiqués que nos meilleurs avions modernes. Il a été prouvé par les géologues, archéologues et paléontologues que les humains antédiluviens se déplaçaient d’une capitale à l’autre avec des aéronefs d’une rapidité que nous ne connaissons pas. Toujours par les mêmes scientifiques nous apprenons que ces humains antédiluviens parlaient un même langage sur toute la Terre et leur technologie en armement était très supérieur à la nôtre puisqu’ils pouvaient détruire une armée complète avec un rayon laser. Je vais revenir sur ce thème dans le prochain chapitreTête crâne d'un géant antédiluvien

Quand nous regardons en un siècle ce que l’humain a inventé, a façonné au point de faire des bombes nucléaires atomiques, à hydrogène, bombe H, à neutron, mais aussi des fusées pour emmener des humains sur la « Lune », et ces derniers marchèrent dessus le 21 Juillet 1969, des avions supersoniques comme le « Concorde » alors qu’il ne se sert que de douze pourcent de son cerveau, dix-huit pourcent maximum pour ces scientifiques qui inventèrent tout ce que je viens de citer, alors pensez à ces humains qui étaient parfait à quatre-vingt-dix-huit pourcent, ce qu’ils ont pu inventer, fabriquer, eux qui vivaient neuf-cents ans en moyenne ?

A bien y réfléchir que nous sommes petits devant nos ancêtres ?

Ne faisons pas comme ces humains antédiluviens, aimons, adorons ce Dieu seul et unique et suivons ces Lois de justice qu’il nous a enseigné ainsi que son Fils unique, Jésus le Nazôréen, qui n’est pas un Dieu, confirmation dans l’évangile de Jean XX : 17, et qui nous a donné un enseignement d’amour en aimant notre prochain comme nous-mêmes !

Portez-vous bien ! Prenez soins de vous, de votre maisonnée !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »