Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 septembre 2017

lp de qc, chap. N° 10 - Hénoch, les Géants et les guerres nucléaires

Rel-Bible SPaoloFol010RInitGenesis-fuori le Mura- Couverture Livre Genèse.jpgDerniers paragraphes et dernières phrases du chapitre précédent

 

L’original du livre d’Hénoch est perdu, mais il existe un nombre important de copie en Grec, Latin, Slave et le plus important en Guez traduit directement de l’hébreu et de l’araméen. Je ne vais pas vous poser le prologue du Livre d’Hénoch qui est vraiment ardu

« La version éthiopienne est la seule qui paraisse complète. Elle nous est connue par vingt -six manuscrits qui se trouvent dans les grandes bibliothèques de l'Europe : en Angleterre (Bodléienne, British Muséum, etc.), en France (collection d'Abbadie et Bibliothèque nationale), en Allemagne (Francfort, Berlin), en Italie, etc. L'Angleterre en possède quatorze, dont neuf au British Muséum et deux à la Bodléienne ; la France, huit, dont six dans la collection d'Abbadie (aujourd'hui à la Bibliothèque nationale) et deux à la Bibliothèque nationale, etc. On emploie pour les désigner les lettres de l'alphabet, dans l'ordre introduit successivement par Dillmann, Charles et Flemming »

A : Bodleianus, 4. — B : Bodleianus, 5. — C : Francofurtensis Riipp.  II, 1. — D : Curzon. [1]. — E : Curzon. [2]. — F : Brit. Mus. Add. 24185 (Wright, Catalog of Ethiop. ikfss., Londres, 1877, n° 5). —G : Brit. Mus. Orient., 485 (Wright, n" 6). —H : Brit. Mus. Orient., 484 (Wright, no 7). — J : Brit. Mus. Orient., 486 (Wright, n" 8). — K : Brit. Mus. Orient., 490 (Wright, n° 12). — L : Brit. Mus. Add., 24990 (Wright, n° 13). — M : Brit. Mus. Orient., 491 (Wright, n° 15).—N : Brit. Mus. Orient., 492 (Wright, no 16). —O : Brit. Mus. Orient., 499 (Wright, n" 23). — P : Lindesianus, 23 (au comte de Lindsay). —Q : Berolinensis Peterm., 11, Nachtr. : no 29. — R : Abbadianus, 16. — S: Abbadianus, 30. — T : Abbadianus, 35. — U : Abbadianus, 53. — V : Abbadianus, 99. — W : Abbadianus, 197. — X: Romanus, 71. — Y : Monacensis, 30. — Z : Parisinus, 50. — Z'' : Parisinus, 49.Rel-Bible-Rouleaux de texte biblique.jpg

Plusieurs de ces manuscrits sont des copies de la Bible éthiopienne, dans lesquelles Hénoch se trouve placé au milieu des livres de l'Ancien Testament, quelquefois avant celui de Job. Comme les autres manuscrits éthiopiens, ils sont tous écrits sur parchemin.

Après U, qui remonte peut-être au XVème siècle, les plus anciens, G et Q, remontent au XVIème siècle, quelques-uns, P, T, X, Y, Z, et peut-être W, au XVIIème"; la plupart, A, B, G, D, E, H, J, K, L, M, N, 0, S, W (?), Z (copie de B) seulement au XVIIIème , et trois F, R, V, au XIXème siècle.

Dillmann lui-même mitigé sa première opinion dans un de ses derniers articles et admet un original « hébreu -araméen » »

 

 

 

 

 

 

 

Énoch, les géants et les guerres

 

nucléaires

 

 

Chapitre N° 10

 

 

Le « Mal » est né dans les Cieux, le jour où le premier Ange créé, Sammaël, se rebella contre son Concepteur, Fondateur, à cause de l’Homme, du tout premier humain qui était juste une marionnette sans vie, dans le creux de la main de son Inventeur, Bâtisseur, Créateur, et la similitude, la ressemblance était si époustouflante que tous les Anges voyant l’image d’EL-SHADDAÏ dans le creux de sa main,  se prosternaient devant l’Homme, devant l’image de leur Dieu, mais ce premier Ange, Sammaël, refusa l’allégeance devant cette image façonnée de terre et d’eau, lui qui venait de la poussière du Cosmos et du feu.

 Rel-Ange=Nephilim, geantHeinrich-Lossow.jpg

    

 

Le « Mal » par cette rébellion venait de naître, mais n’a pas eu le temps de se propager dans l’Univers des Cieux, car cet Être Suprême dans une grande colère, s’irrita contre Sammaël et tous ceux qui voulurent l’imiter et le suivre en les plongeant dans une profonde torpeur, les bannissant des Cieux et les jetant sur la Terre et ses environs.

L’Homme en premier fut déposé sur la Terre, puis EL-SHADDAÏ lui façonna une compagne après avoir pris une basse-côte du thorax du premier humain, et pendant tout ce temps, Sammaël et les Siens étaient toujours endormis.

Ce fut quand EL-SHADDAÏ réveilla Sammaël et tous les siens de leur léthargie que ce dernier jeta un « Défi » à son Concepteur et par la même jura que l’humain serait chassé du Territoire d’Eden comme lui avait été chassé des Cieux.

Sur ce premier point il gagna largement !

Voilà comment le « Mal » fut entré sur la Terre !

Livre de I Hénoch, Chapitre VI : 1-7

« L'union des anges avec les filles des hommes.

1, Or, lorsque les enfants des hommes se furent multipliés, il leur naquit en ces jours des filles belles et jolies ; 2. et les anges a, fils des cieux1, les virent, et ils les désirèrent, ils se dirent entre eux :

« Allons, choisissons-nous des femmes parmi les enfants des hommes et engendrons-nous des enfants. »Rel-Anges jetés des Cieux.jpg

3. Alors Semyaza, leur chef, leur dit :

« Je crains que vous ne vouliez peut-être pas (réellement) accomplir cette œuvre, et je serai, moi seul, responsable d'un grand péché. »

4. Mais tous lui répondirent2 :

« Faisons tous un serment, et promettons-nous tous les uns aux autres avec anathème3 2 de ne pas changer de desseinb, mais de l’exécuter réellement. »

5. Alors ils jurèrent tous ensemble et s'engagèrent là-dessus les uns envers les autres avec anathème4. 6. Or ils étaientc en tout deux centsd, et ils descendirent sur Ardis, le sommet du mont Hermon ; et ils l'appelèrent « mont Hermon » parce que c'est sur lui5 qu'ils avaient juré et s'étaient engagés les uns envers les autres avec anathème.

7. Et voici les noms de leurs chefs : Semyaza, leur princee ; Arakib, Aramiel, Kôkabiel6, Tamiel, Ramiel, Daniel, Ezéqiel, Baraqiel7, Pasaël, Armaros, Batariel, Ananiel, Zaqilê8, Samsapeel9, Satariel10, Touriel11, Yomeyal12, Arazeyal13 ». 8. Ce sont leurs chefs de dizaine14. »

 

1)Q : « les anges, fils des hommes. »

2) Tous les mss, excepté G, M : « lui répondirent et dirent, » comme le Syncelle :xαί εΐπσυ

3) « Promettons-nous tous avec anathème » manque dans Q.

4) G ajoute en surcharge à la fin du. 5 : « où péchèrent les anges avec les filles des hommes. »

5) « Sur lui » manque dans le V groupe et A, D, R, Y, — Voir George le Syncelle. 

6) Q : « Kôkabâel. »—T, U : « Kôkabel. » Cf. la note sur le )f. 7.

7) Au lieu de « Baraqiel », A, E, V ont lu « Saraqueyal », confondant h avec s, ce qui est assez facile en éthiopien

8) T : « Zaqêlê. » — Q : « Zeqesê. » — Tous les autres mss., à l'exception de G : « Zaqêbê. » — La véritable leçon est celle du grec, « Baqiel. » -i M : « Sâmpsepésêel. » — T, U : « Sempsapebêel. » — Le2 groupe à l'exception de C, E, V : « Semsâwêel. » Cette dernière leçon est celle qui se rapproche le plus du grec SejjMi^X.

9) Q : « Artiel, » au lieu de « Satariel ». — M : « Sartael. »

10) G : « Wariel, » au lieu de « Touriel ».

11) M, Q et le 2 groupe : « Yomyael. »

12) T : « Karaziel. »

13) T2 et le 2® groupe : « Ce sont les chefs des deux cents anges. »

a)« Le Syncelle : « ... les Serviteurs, et ils s'égarèrent à leur suite, (les filles des hommes) et ils dirent les uns aux autres. »

b) « De ne pas nous détourner de ce dessein jusqu'à ce que nous l'ayons accompli et que nous ayons fait cette action. »

C) D'après le grec du Syncelle : « Ceux-ci (les serviteurs mentionnés au f. 2 du même chap., au lieu des anges fils des cieux) étaient donc deux cents, qui descendirent dans les jours de Yered sur la cime du mont Hermon, et ils l'appelèrent le mont Hermon, parce que... » etc., comme dans l'éthiopien.

d)- Le nombre des conjurés manque dans le texte grec retrouvé à Gizeh, ainsi que la mention du lieu où ils descendent.

e)- La liste des chefs dans le grec diffère du texte éthiopien par les noms, Tordre et le nombre. D'ailleurs, les deux textes grecs eux-mêmes ne sont pas d'accord. Tandis que le texte éthiopien n'en donne que dix-huit, le texte de Gizeh en nomme vingt et un, et le texte conservé par le Syncelle, vingt, qu'il numérote avec soin. Le nombre vingt est probablement le nombre primitif, car à deux cents anges [f. 6) devaient correspondre vingt chefs de dizaine, à moins de compter à part et en plus Semyaza comme chef suprême. Infra, LXIX, 2, l'éthiopien en donne aussi vingt et un. Texte grec de Gizeh : « Semiaza, Arathak Kimbra, Sammane, Daniel, Aredrôs, Semiel, Iômeiel, Ghôchariel, Ezekiel, Batriel, Sathiel, Atriel, Tamiel, Barakiel, Ananthna, Thôniel, Ramiel, Aseal, Rakeeil, Touriel. » — Texte conservé par le Syncelle : « 1° Semiaza, leur chef, 2° Atarkouph, 3° Arakiel, 4° Chobabiel, 5° Orammamê, 6° Ramiel, 7° Sampsik, 8° Zaldel, 9° Balkiel, 10° Azaël, 11° Pharmaros, 12° Amariel, 13° Anagêmas, W Thausaël, 15° Samiel, 16° Sarinas, 17° Thôêmiel, 18° Turiel, 19° Joumiel, 20° Sariel. »

1. Cf. Genèse, VI : 1-4. « Lorsque les hommes eurent commencé à être nombreux sur la surface de la terre, et qu'il leur fut né des filles, les fils de Sammaël virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qui leur plurent. Et EL-SHADDAÏ dit : « Mon esprit ne demeurera pas toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » Or les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et cela quand les fils de Sammaël se furent unis aux filles des hommes, et qu'elles leur eurent donné des enfants ; ce sont là les héros renommés dès les temps anciens. » Cf. Philon, De gigantibus ; S. Justin, Apologie, I, S ; Pseudo-Clément, Ilom., vin, I 2 et S.; Clément d'Alexandrie., Stromates, V, I, 10 ; Tertullien., De virgin. Velan. Vu ; Adv. Marcion, v, 18; De idole, IX ; Lactance, Inst., n, 15 ; Commodianus, Instructionne I, 3 ; S. Augustin, De civitate Dei, XV, 23, etc. — Les Jubilés, IV : 10, donnent une raison différente de la descente des anges : « Dans ses jours de Yered, les anges du Seigneur descendirent sur la terre, ceux qu'on appelle les veilleurs, afin d'apprendre aux enfants des hommes à pratiquer le droit et l'équité sur la terre. »

6, Telle est la traduction du texte éthiopien actuel. Mais le texte exact nous a été conservé par le Syncelle : 1. Le traducteur éthiopien, ou bien n'a pas trouvé dans son exemplaire, ou bien a omis de traduire. Taïç -/ a bloqué les mots làplSelç, dont il a fait Ardîs, qu'il a joint à ce qui suit par l'explication za-we'etû, « c'est-à-dire. » De plus, les mots ot xaxaêâv-Tsçj,  «ceux qui descendirent » qu'il aurait fallu traduire a-iwaradû, ont été traduits wa-waradû, « et ils descendirent, » Cf. Flemming, -Das Buch Henoch, p. 25, Ug. 10, note, et Charles, Thebook of Enoch, p. 63, note 6. — Il y a un jeu de mots sur « Hermon » et « anathème », en hébreu herem.

7. Les manuscrits éthiopiens présentent un assez grand nombre de variantes dans les noms des chefs (voir plus haut, notes 1, 2, 3, 4, etc.). Beaucoup s'expliquent par des confusions de lettres. Nous n'avons donné que les plus importantes. — Arakib = 'ApaxiïiX du Syncelle et 'ApaOâx du grec de Gizeh. — Aramiel = 'Opa {j.(j.a|jLYi du Syncelle et Ktfigpà (?) du grec de Gizeh. Presque tous les manuscrits éthiopiens réunissent ces deux noms en un seul. G et Y seuls les séparent, mais inexactement : Araki, Baramiel pour Arakib, Aramiel. Cf. Dillmann, Das Buch Henoch, p. 93-95. — Kôkabiel (voir plus haut les variantes, note 1), peut-être le nom babylonien de la planète Jupiter, « l'étoile de Bel, » c'est-à-dire « du Seigneur » par excellence, Marduk, le grand dieu de Babylone. Les Grecs l'ont pour cette raison appelée Zeùç. Epiphane, Adv. haser., XVI, 2, la nomme Kwxè6 pâaX, et les Mandéens l'appellent eux aussi Kaukebîl.

 

Je viens de vous poser des textes rébarbatifs, mais je pense que cela était nécessaire pour la compréhension des écritures suivantes. Les Anges du mal, ces Serviteurs de Sammaël, s’accouplèrent avec les filles des hommes qu’ils trouvèrent très belles, mais le Très-Haut dans le même temps avait envoyés des Anges sur la Terre que l’on appelait des Veilleurs, des Vigiles pour apprendre la justice et l’équités aux hommes, mais eux aussi virent que les filles des hommes étaient très belles et comme les Serviteurs ils s’accouplèrent avec les femmes des hommes.

Les Jubilés chapitre IV : 15

« Et dans la deuxième semaine du dixième jubilé Mahalalel prit Dinah pour femme, la fille de Barakiel et fille du frère de son père, et dans la sixième année de la troisième semaine elle lui donna un fils et il appela de ce nom Jared, car dans ces jours les anges du Seigneur, ceux qui sont appelés les Vigiles, descendirent sur la terre afin qu’ils instruisent les enfants des hommes et qu’ils fassent jugement et justice sur la terre. »

Leurs progénitures devinrent des géants, des ogres de trois cent coudés ce qui faisait entre cent-trente et cent-soixante-dix mètres de hauteur. Ils mangeaient tout ce que les humains produisaient, mais comme ils n’arrivaient pas à se rassasier ils mangeaient tout ce qui se mouvait sur la Terre, dans les aires et dans les mers, et mêmes le cannibalisme. L’iniquité, l’abomination, l’adultère, le sang des animaux et des humains coulaient sur la Terre.

Antédil-géant, ogre.jpg 

 

 

Toujours dans le même temps à l’époque de Mahalaël et Yered, Henoch VIII : 1-9,

« 1. Azaziel enseigna encore aux hommes à faire des épées, des couteaux, des boucliers, des cuirasses et des miroirs ; il leur apprit la fabrication des bracelets et des ornements, l'usage de la peinture, l'art de se peindre les sourcils, d'employer les pierres précieuses, et toutes espèces de teintures, de sorte que le monde fut corrompu.

2. L'impiété s'accrut ; la fornication se multiplia, les créatures transgressèrent et corrompirent toutes leurs voies.

3. Amarazak enseigna tous les sortilèges, tous les enchantements et les propriétés de racines.

4. Armers enseigna l'art de résoudre les sortilèges.

5. Barkayal enseigna l'art d'observer les étoiles.

6. Akibeel enseigna les signes.

7. Tamiel enseigna l'astronomie.

8. Et Asaradel enseigna les mouvements de la lune.

9. Et les hommes sur le point de périr élevèrent leurs voix, et leurs voix montèrent jusqu'au ciel. »

L’humanité commença à diminuer sur la Terre et le cri des humains monta jusqu’aux Cieux

EL-SHADDAÏ commença à regretter d’avoir inventé, créé l’Homme, l’Humain, alors il décida de faire périr tout ce qui vit sur la Terre.Antedil-geant, Boris-Vallejo.jpg

Puis de sa hauteur, regardant la Terre avec toutes ses abominations, cette iniquité, IL mit dans l’esprit de ses ogres, de ses géants de se combattre les uns contre les autres afin qu’ils s’exterminassent jusqu’au dernier et c’est ce qu’ils firent.

« Maintenant je vais nettoyer la terre de la Terre de toutes ces souillures ! » Et regardant la Terre il pensa à la descendance d’Hénoch et Mathusalem engendra Lamech qui engendra Noé et, malgré le monde d’iniquité qu’il y avait autour d’eux, ils restèrent fidèles à EL-SHADDAÏ respectant ses Lois et Préceptes.

Ce Dieu seul et unique voulait toujours nettoyer cette Terre de sa luxure, débauche, dépravation par un immense « Déluge », alors « IL » aida Noé et sa famille. Par un songe « IL » donna les côtes de construction d’une grande caisse en bois à plusieurs étages que l’on nomma « Arche ».

Quelques décennies d’année avant « IL » prévint Noé « qu’IL » allait faire pleuvoir sur la Terre. Cela a dû étonner Noé car il ne pleuvait pas sur la Terre, Genèse II : 6, « Toutefois, un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol ». Comme souvent je l’écrirai, la Bible est misogyne, car elle parle de la gent mâle, et les plus connus, mais rarement du sexe féminin sauf s’il a une grande importance, notoriété.

Donc Noé a eu combien de « filles » avant le Déluge ? Noé, d’après la Bible, eut son fils Sem à l’âge de cinq-cents ans, mais elle ne dit pas que c’est son premier né, donc il est logique de penser que cet homme eut des filles cela est certain, et sûrement des fils dont « un premier-né » avant Sem ? La Bible comme l’Écriture Apocryphe font un silence de plomb ! Pourquoi ? De plus il est impossible que Noé ait attendu cinq cents ans avant d’avoir son premier enfant, ceci est contre toute logique, surtout à une époque où les Patriarches sont encore vivants, et que la Loi divine dit : « Multipliez-vous et remplissez la Terre ! » et sachant Noé proche d’EL-SHADDAÏ, alors ! …. Je pense avoir raison et que mon raisonnement ait logique. La Bible parle d’eux car ils suivent leur père, et il est logique de penser que des filles de Noé avec leur époux sont en accord spirituellement, ainsi que leurs progénitures avec Noé et qu’ils suivent les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ, ce qui fait que, pour construire cette « Arche » il devait y avoir plus d’une centaine de personnes.

Pensez à ces hommes mesurant entre trois et quatre mètres pesant deux cents à trois cents kilogrammes, imaginez-vous cette corpulence, cette force ? Et ils n’étaient pas de trop pour cette immense construction sous les quolibets, railleries de leurs semblables.

J’arrête les écritures avec Noé et revient à l’ère antédiluvienne, à cette époque où les humains vivaient neuf cents ans et plus puisque d’Adam à Noé la moyenne humaine de l’âge est de neuf-cent-douze ans.

Juste une petite constatation sur notre époque avant de revenir à cette ère antédiluvienne. Reportons-nous aux années de 1870 sous Napoléon III : pour la guerre la France vient d’inventer la mitrailleuse, les voies ferroviaires sont à leurs balbutiements, dans les villes les déplacements se font avec les omnibus. En un siècle, cent ans, le modernisme évolue à une vitesse vertigineuse avec le « chemin de fer » la voiture particulière à essence allant de 15 km/h en 1850 à plus de 300 km/h en 1950. En 1958 les humains ont marché sur la lune, les avions volent à deux fois le « mur du son 2448 km/h ». En 2017 le téléphone est portable, il y a l’ordinateur qui remplace le papier, les machines è écrire, sans compter sur le frigidaire, la machine à laver le linge, la vaisselle. Sur toute la Terre les nouvelles circulent en deux secondes, les humains se parlent d’un Continent à l’autre. La technologie mondiale avance à une rapidité phénoménale et en cette fin d’année 2017 nous sommes au bord d’une guerre nucléaire entre la Corée du Nord et les USA.

 Avion de chasse-combat aérien (Copier).jpg

                            

 

Depuis Adam les humains se multiplient sur la Terre, la remplissent et ne parlent qu’un seul langage Seth, Énosh, Quénâm, Mahalaël, Yered, sont les Patriarches de la descendance de Seth, mais il y a aussi « la descendance de Caïn qui engendra Énoch et il procréa Ciram, Cuut et Madah. Ciram engendra Matusaël qui engendra Lamech. Lamech prit deux femmes Ada et Sella, Ada enfanta Yubab qui devint le père des bergers et Yobal qui fut le premier musicien en jouant de la cithare, de la lyre et du chalumeau. Sella accoucha de Tobel, enfanta Miza et Teffa. Tobel montra à ses semblables l’art de travailler le plomb, l’étain, le fer, l’airain, l’argent et l’or. En ce temps-là les habitants de la Terre avait commencé à faire le mal, en allant chacun vers la femme de son prochain pour la souiller, à faire des images taillées et à les adorer. »

Maintenant parlons de l’avance technologique de ces humains, sachant que leurs outils, les clous, vis, et autres ne se corrodaient pas et étaient d’une dureté que nous ne connaissons pas. De plus les arbres étaient comme tout, gigantesques comparés à notre ère, et d’une forte densité. Je suis convaincu que les humains antédiluviens avaient inventé un système de déplacement et de levage que nous ignorons complètement, puisqu’ils vivaient dans des villes. Je réitère, ces humains étaient beaucoup plus intelligents que nous, car leurs ascendants venaient de la perfection.Omnibus-Project Gutenberg.jpg

Au niveau outils où engins de travaux publics nous ignorons leurs avances, par contre au niveau armement les archéologues avec les géologues et les paléontologues ont la preuve d’une avance technologique très avancée, beaucoup plus en avance que la nôtre, puisqu’ils connaissaient l’arme nucléaire, mais aussi le laser et le guidage des missiles par ondes sonores. Toujours par la géologie et l’archéologie associée nous savons qu’ils possédaient des engins de levage plus expérimentés et plus puissant puisqu’ils pouvaient lever des charges cent fois supérieur à nôtre grue la plus puissante.

Les guerres nucléaires :

« Tous les textes que nous avons déjà étudiés et les réalités retrouvées sur le terrain dans la vallée de l’Indus et le désert du Thar, domaine des indo-européens, démontrent, une que les guerres du Ramayana sont des guerres nucléaires, une preuve flagrante c’est qu’aujourd’hui encore, dans la vallée du Thar qui est devenu depuis ce temps un désert il y a une radioactivité équivalente à celle du désert de Gobi, cinquante fois supérieure à la normale, soit 82ms/an »

La deuxième guerre du Gobi racontée par les légendes chinoises précise que l’empereur céleste Huangdi était furieux contre Yi d’avoir fait tant de dégâts et de destructions sur la terre la rendant inhabitable. En effet il a poursuivi les atlantes avec ses armes nucléaires jusqu’à Sumer dévastant ainsi une grande partie de terres auparavant fertiles.

Mais dans les védas, le Ramayana, comme dans le Mahabharata, il y a bien d’autres passages qui citent des batailles aériennes et l’utilisation de l’arme nucléaire avec la description de ses effets et de ses conséquences

Il n'y a pas de restes de l'ancienne technologie aérienne Indienne mais des références sur ces machines volantes sont communes dans les anciens textes indiens. Plusieurs épopées épiques anciennes décrivent leur utilisation en temps de guerre.

Les scripts prennent bien soin de censurer le fait que tous leurs écrits sont basés sur des sources authentiques. Malheureusement, quatre-vingt-quinze pourcents de ces documents ne sont pas traduits.

Les épopées anciennes les plus connues, traduites de l'ancien texte Sanskrit, sont la Mahabharata et le Ramayana.

Ces deux épopées décrivent des guerres anciennes dont la férocité a détruit l'ancien monde préhistorique. La guerre entre les combattants se faisait avec de puissants engins aériens, le plus connu est le « Vimana ».  Aussi bien le Mahabharata que le Ramayana décrivent le Vimana comme étant un appareil aérien en forme de dôme circulaire ou de cigare.

Un des aspects le plus surprenant des épopées indiennes est que ces guerres sont similaires aux techniques des combats aériens modernes. Les textes décrivent des méthodes pour préserver l'essence en volant à différentes altitudes, des atterrissages d'urgence causé par la menace ennemie, et des dommages provoqués par les impacts des oiseaux. D'autres strophes préviennent sur l'importance à éviter, en haute altitude, les tempêtes et comment absorber l'énergie des rayons du soleil pour recharger les appareils volants. Le « Vaimanika Sastra » dédit des diagrammes décrivant les trois types d'appareils volants.

L'empire Rama est décrit dans le Mahabharata et le Ramayana. Ils le décrivent comme une civilisation ayant une technologie supérieure et dans laquelle la caste noble était capable de voyager partout sur Terre et sur la lune et même vers les étoiles. L'appareil Vailixi avait la plupart du temps la forme d'un cigare, plus rond qu’un Vimana, et pouvait voyager à travers l'eau aussi bien que l'air

 Ant-ruine, vestige de harappa-2.jpg

      

 

L'empire possédait sept grandes capitales appelées les sept cités Rishi. Les nobles voyageaient d'une cité à l'autre par les airs bien qu'un texte Jain, daté du huitième millénaire avant JC, dit que des chariots aériens étaient utilisés pour le transport normal et étaient appelés Pushpaka et pouvaient emmener beaucoup de personnes d'une capitale a une autre. A plus haut de l'empire, il y avait beaucoup de machines volantes traversant les cieux et qui montraient l'éclat jaune de leurs moteurs aux spectateurs nocturnes.

En Inde, les scientifiques ont déterré une ancienne cité contenant des preuves d'une explosion atomique datant de dix mille à huit mille ans et qui a détruit la plupart des immeubles et probablement un demi-million de personnes. Les radiations sont encore si intenses que la zone est extrêmement dangereuse.  Un article du World Island Review de janvier 1992 parle d’une épaisse couche de cendres radioactives qui recouvre plus de 4, 827 km2 de surface à Rajasthan, à 16, 090 km2 à l'ouest de Jodhpur.

Un des chercheurs, estime que la bombe nucléaire utilisée devait être de la taille de celles lancées sur le Japon en 1945. Le Mahabharata décrit clairement une explosion catastrophique qui toucha le continent.ant-ruine, indian-mythology-and-modern-technology-.jpg

Autres écrits du Mahabharata nous raconte les effets de l’arme suprême :

« C’est une coquille, qui étincelait comme le feu, mais sans dégager de fumée

Quand la coquille a touché le sol, le ciel est devenu obscur , les tornades et les tempêtes ont ravagé les villes Une horrible explosion a brûlé des milliers de gens et d’animaux , les réduisant en cendres »

Un autre extrait du Mahabharata raconte :

« Ghurka surgit dans son puissant « Vimana » et détruisit les trois cités des Vrishis et des Andhakas avec un projectile unique chargé de toute la puissance de l’Univers. Une colonne incandescente de fumée, et de flammes aussi lumineuses que dix mille soleils s’élevèrent dans toute sa splendeur.

C’était une arme inconnue, une foudre de fer, un gigantesque messager de mort qui réduisit en cendres la race entière des Vrishis et des Andhakas …

… Les cadavres étaient tellement brûlés qu’ils étaient méconnaissables Leurs cheveux et leurs ongles tombaient

La poterie se cassait sans raison apparente et les oiseaux devenaient blancs

Au bout de quelques heures, toute nourriture était infectée …

Pour échapper à ce feu les soldats se jetaient dans les rivières pour laver leur corps et leur équipement … »

Kisari Mohan Ganguli, historien, dit que les textes sacrés indiens sont remplis de telles descriptions qui ressemblent à une explosion atomique comme elle fut testée à Hiroshima et Nagasaki. Il dit que les références mentionnent des chariots volants dans le ciel et des armes finales.

 Champignon atomique.jpg

          

 

Une ancienne bataille est décrite dans le Drona Parva, une section du Mahabharata.

« Le passage parle de combats dans lesquels les explosions des armes finales décimaient des armées entières, repoussants des masses de soldats avec leurs coursiers et leurs éléphants comme s'ils étaient des brindilles. » dit Ganguli « a la place de champignon atomique, l'auteur décrit une explosion perpendiculaire avec ses nuages de poussières se soulevant comme des parasols géants en train de s'ouvrir. Il y a des commentaires à propos de la contamination de la nourriture et les cheveux tombants des gens. » Francis Taylor, archéologue, dit que des gravures se trouvant dans des temples proches suggèrent qu'ils priaient pour être épargnés de la grande lumière qui venait mettre en ruine la ville.

 Au Pakistan et en Inde, dans la vallée de l’Indus, se trouvent les ruines de plusieurs cités antiques, détruites de façon brutale. Elles ne sont pas mentionnées dans l’histoire : nous pouvons en conclure qu’elles sont antérieures aux temps historiques. On les soupçonne d’être quelques-unes des cités Rishis du mythique empire de Rama. Les deux plus grandes villes sont aujourd’hui appelées Mohenjo-Dâro et Harappâ mais ces noms sont Cham-hydrogen-bomb-.jpgmodernes. Chacune d’elles pouvait loger jusqu’à deux-cents mille habitants.

S’agirait-il des cités des Vrishis et des Andhakas ces trois villes détruites par Ghurka et sa foudre de fer ? Les archéologues ont découvert dans cette zone les restes d’une ville de la civilisation de la vallée du Thar comportant des traces d’explosion nucléaire survenue il y a plusieurs millénaires.

Il semble en tout cas que ces villes aient été détruites en un instant : sur la chaussée, les fouilles ont permis de découvrir des squelettes fauchés en pleine activité. Après des millénaires, ces squelettes sont encore aussi radioactifs qu’à Hiroshima. Cette radioactivité élevée a entraîné des problèmes sanitaires graves, si bien que le gouvernement indien a été contraint de fermer le site de fouilles et d’interdire la zone.

« C'est si contraignant d'imaginer qu'une civilisation ait eu la technologie nucléaire avant nous. La poussière radioactive crédibilise les enregistrements anciens qui décrivent des guerres atomiques. » (Source Rusty James)

Le désert du Thar, d’une superficie de deux-cents mille kilomètres carrés, est appelé Mârusthali, « le Pays de la Mort » en Inde, et au Pakistan, il porte le nom de désert du Cholistan qui signifie « Mortelle »

Cette zone est devenue désertique entre neuf mille à huit mille ans avant l’EC ou J-C. À cette époque le fleuve Sarasvatî s’enfonçait dans le désert et ne laissait qu’un lit asséché qui réapparaissait au Pakistan

Sous le désert du Thar il n’y a pas que du pétrole et du charbon, il y a aussi la cinquième plus grande nappe phréatique d’eau douce du monde.

Je vais continuer dans le prochain chapitre sur les guerres nucléaire qui malheureusement ont existé !

Au fur et à mesure que j’avance dans mes découvertes et lecture, je suis étonné de tout ce que les médias nous cachent, dû sans doute à la politique et à la religion.

Alors vous mes semblables fortifiez-vous dans la croyance d’un seul et unique Dieu que je nomme EL-SHADDAÏ, comme son « Nom » est écrit dans la Genèse de la Bible, sept fois comme une plénitude, car je réitère Jésus le Nazôréen, le « Jésus-Christ » des chrétiens n’est pas un Dieu, et beaucoup trop d’humains prie un morceau de bois en forme de croix avec un homme cloué dessus, comme des idolâtres qu’ils sont, en oubliant de prier le seul véritable Dieu, son Père, qui est l’unique Dieu de tout l’Univers.

C’est « LUI » qu’il faut prier !

Comme le dit son propre fils : « Sans mon Père je ne suis rien, car je ne fais que la volonté de mon Père » Se sont les propres paroles de son fils dans tout l’évangile de Jean, l’Apôtre qu’il aimait le plus, voilà pourquoi sur la croix il lui confia sa mère

Portez-vous bien et prenez soins de votre maisonnée !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

22 septembre 2017

lp de qc, chap. N° 9 - Fresque, Vimanas et Bible

Derniers paragraphes et phrases du précédent chapitre

 

L'ensemble du déluge ne s'est pas limité à un seul grand raz de marée. Il y a eu en tout plusieurs impacts dans différentes parties du monde. En outre, des tremblements de terre partaient de la croûte terrestre partout éventrée, et produisaient dans la mer les raz de marée redoutés - les tsunamis. Les différents impacts et les éruptions de la croûte terrestre produisirent plusieurs raz de marée gigantesques, qui furent accompagnés de vagues secondaires et qui se recouvrirent et s'accumulèrent dans diverses parties du monde.

Le poids de l’eau déclencha des éruptions volcaniques qui mirent le feu à des grandes forêts de conifères, et la température de la terre monta faisant tout fondre sur des milliers de kilomètres, les traces géologiques en sont témoins.

« L'impulsion thermique irradiée à une grande vitesse par le foyer de l'explosion peut être considérée comme le début d'un violent incendie mondial. L'ouragan et la tempête de chaleur brûlante ainsi déclenchés pouvaient avancer à la vitesse de 1200 km/h, et abattaient encore des forêts comme des allumettes à plusieurs milliers de kilomètres de distance. Les fragments et les retombées incandescentes de précipitations radioactives provoquèrent de grands incendies dévastateurs qui s'étendirent à partir de plusieurs centres dans toutes les directions. La chaleur incandescente fit éclater les rocs, assécha les fleuves et fit bouillir les lacs et les mers. La comparaison avec les grands incendies dans les villes et les sinistres habituels fait conclure à des températures bien supérieures à 1500°C. C'est pourquoi les mythes n'exagèrent pas quand ils parlent des minéraux liquéfiés dans les montagnes.

Ainsi, la religion de la Perse ancienne parle-t-elle conformément à la vérité de métaux qui se liquéfièrent dans les montagnes et se répandirent comme un flot incandescent sur la terre. Le point de fusion du cuivre est par exemple de1083°C, celui de l'argent de 961 °C, de l'or de 1063°C et du fer pur de 1535 °C. Ces températures sont dépassées lors d'un incendie de taille mondiale, et ce savoir montre que les anciens mythes ne flottent pas dans la lueur d'une tradition fécondée par l'imagination. »

Aujourd’hui nous sommes au début d’une ère atomique qui a déjà, semblerait-il, existé.

 Partout où il y a eu des essais nucléaires la roche, les sédiments, et surtout le sable, car presque tous les essais ont été pratiqué dans des desserts, pour la France dans le Sahara algérien, pour les Royaumes Unis le Désert de Sable et celui de Victoria en Australie, pour la Chine le désert de Gobi, pour l’Inde celui de Thar dont je reparlerai, pour le Pakistan celui de Cholistan, qui est le même désert que l’Inde seul le nom change, pour les États-Unis, - USA -, les plateaux du Colorado et celui de Mojaves, et pour finir la Sibérie qui n’est pas considérée comme désertique, et dans tous ces lieux il y a sur des hectares de terre vitrifiées d’une couleur de vert sale, opaque.

 Antédi-machine dentelée.jpg

 

On ne connaît de la machine d'Anticythère qu'un exemplaire, dont les fragments ont été trouvés en 1901, dans l’épave d’une galère romaine, longue d'une trentaine de mètres, près de l'île grecque d’Anticythère entre Cythère et la Crète, par des pêcheurs au large de la côte, qui a été datée comme antérieure à 87 av. J.-C.

 « Pour moi, ces sujets prouvent définitivement l’existence des Nephilims, les Anges déchus, qui, étaient nettement plus avancés que nous technologiquement parlant aussi bien que surnaturellement plus fort. » Hans Joachim Zillmer

Ce mystérieux dispositif mécanique est décrit comme le premier ordinateur analogique du monde. Les scientifiques s’accordent à dire qu’il est réel et remonte aux alentours du IIème siècle avant JC, ce qui signifie qu’il est âgé de plus de deux mille cent, deux mille deux-cents ans.

La machine d'Anticythère est le plus vieux mécanisme à engrenages connu. Ses fragments sont conservés au Musée National archéologique d’Athènes 

 

 

 

Fresque, Vimanas et Bible

 

 

Chapitre N° 9

 

Depuis les deux derniers chapitres je vous écris dans le bizarre, l’étrange, le mystère qui a existé avec certitude, mais un grand peintre, d’opinion religieuse chrétienne, qui peint avec prémonition au XVIIème siècle dans une église à Montalcino en Italie voilà encore plus étrange

 eucharistie exaltation

 

 

Trois œuvres d’art remarquables sont situées dans l’église récemment restaurée de San Pietro, à Montalcino, province de Florence, en Italie. La fresque située immédiatement derrière l’autel est appelée « la Glorification de l’Eucharistie » et a été peinte juste avant l’an 1600 par l’artiste Ventura Salimbeni. Bien qu’il ait peint le monde avec une colombe planant au-dessus, un examen plus attentif fait que cette œuvre est rare et inhabituelle du fait qu’elle dispose d’un dispositif apparemment mécanique, qui ressemble à un satellite de surveillance.

Si vous contemplez cette fresque avec attention, image à votre gauche, vous constaterez que l’image en plein centre ressemble à si méprendre, de loin, à celle d’un poste de télévision.


 

Cette gravure pieuse disséquée sur votre gauche nous montre le « Fils » et le « Père » avec une représentation de « l’Esprit d’Intelligence », un oiseau, une colombe blanche qui pour la chrétienté représente quelque chose qui n’existe pas « l’Esprit-Saint ou le Saint-Esprit », en effet « l’Esprit », c’est-à-dire « l’Intelligence », est invisible,Ancien peintre-spoutnik.jpg impalpable, intouchable et nous arrivons à connaître l’importance « d’Esprit » de notre semblable grâce à ses paroles, ses actions.

Le dispositif, la Terre ronde, dispose clairement d’antennes télescopiques. Au centre, cette protubérance apparaît-être l’œil d’une caméra ou celui d’un projecteur de lumière. Je réitère, cette fresque est peinte dans une église que la chrétienté restaure avec les fonds du Vatican et la générosité des fidèles. Le peintre était-il un visionnaire ? Où, avait-il l’esprit embué, pour ne pas comprendre ce qu’il peignait ? … Que de choses de notre monde moderne sur cette toile ? Je m’aventure légèrement, mais cet homme, devait être très pieux, puisque la majorité de ses œuvres ont été faites dans des églises, chapelles, cathédrales, en écrivant par l’image le dernier Livre de Jean sur l’ile de Patmos, l’Apocalypse ou Révélation. Jean, dans sa Révélation, écrit sur les images qui parlent, et ces images qui parlent sont bien représentées dans la toile de gauche au centre. (Apocalypse XIII : 15)

De plus près cette image centrale est un calice voilé, mais la confusion est là !

eucaristie esaltationeVous Lectrices et Lecteurs retenez bien ceci, nous sommes là, au XVIIème siècle ! Alors, maintenant reculons dans le temps et réfléchissons avant et après le Déluge !

Légendes, réalités, avant ou après mais pour certains mystères que je vous ai déjà écrit dans les deux chapitres précédents, je vais continuer mais en mélangeant des textes bibliques éthiopiens et orthodoxes que les catholiques considèrent comme apocryphe, alors que les deux religions citées les vénèrent comme canoniques, et pourtant tous sont chrétiens !

Vous comprenez pourquoi, moi Grandeloupo qui suis un croyant, je suis considéré comme un « Païen » pour les chrétiens, un « Infidèle » pour les musulmans, et si j’avais vécu quelques siècles en arrière, ces charmants chrétiens et musulmans m’auraient fait brûler sur un bûcher, pour le premier, et couper la tête sur un bio pour le second.

Les Vimanas sont l’une des découvertes archéologiques les plus choquantes ! Aquaziam News déclare :

« Elle se réfère à une collection de documents historiques de l’Inde antique qui décrivent un ensemble de machines volantes incroyables et des armes d’une norme technologique encore plus avancées que celles qui existent aujourd’hui. La plus ancienne mention de ces machines se trouve dans les textes sanskrits connus comme le Veda et remontent à environ 1500 avant JC. Une traduction moderne nous dit : « sauter dans l’espace rapidement avec un engin utilisant le feu et l’eau … contenant douze stamghas, piliers, une roue, trois machines, 300 pivots et 60 instruments. »

 Engins volants.jpg

 

Dans les textes du Ramayana il y a des références à des machines volantes qui ont été utilisés pour la commodité de la classe dirigeante. Dans les textes du Mahabharata il y a des descriptions d’avions de combat qui tirent des missiles, qui utilisent le son pour trouver leur cible, et des faisceaux de lumière qui détruisent tout ce qu’ils touchent avec leur énergie. Le crédit pour ces machines a été attribué aux Yavanas qui sont censées être les anciennes civilisations grecques.

Attention, nous avons la surprise de découvrir que les dieux étaient faits de chair et de sang, qu'ils se déplaçaient dans des vaisseaux aériens, les Vimanas, et qu'ils utilisaient des armes ressemblant à s'y méprendre à nos armes modernes de destruction massive.Ant-timbre bizarre.jpg

 L'hypothèse est certes hardie mais la précision du texte, les descriptions qui y sont faites quant aux armes, aux techniques et aux prouesses des « Vimanas » inclinent qu'elle est fondée et qu'elle mérite d'être prise en considération.

 

 

Des machines volantes, des bases spatiales sont décrites dans les anciens Veda indiens jusque dans des particularités et des détails incroyables. Un petit passage de l'épopée en vieil indien Ramajana rend de façon parfaitement distincte la précision des descriptions :  « Rama s'assit dans le char céleste . . . et se prépara au vol. Le véhicule avait deux étages et beaucoup de chambres et de fenêtres. Quand le véhicule s'éleva dans les airs, il fit entendre un long bruit. Le char céleste bri!!ait comme un feu dans une nuit d’été, il ressemblait à une comète dans le ciel et flamboyait comme un embrasement rougeoyant. » On peut aussi lire dans la Bible beaucoup de rapports sur des objets volants et les vols de certains prophètes, en d'autres endroits de la Terre et en certains lieux du firmament. Le livre « La lumière des Pharaons » de Peter Krassa et Reinhard Habeck traitent de la haute technologie et de l'utilisation du Eng-vol. avions de chasse ou planeur.jpgcourant électrique dans l'Égypte ancienne.

Nous trouvons dans l'histoire de la création des Sumériens, Akkadiens, Araméens des rapports non équivoques sur des extraterrestres considérés comme des dieux, ainsi que sur des navires spatiaux, des bases et des fusées de tous les types connus. Les dragons volants, les chars célestes ou les chars de feu sont mentionnés dans tous les mythes de Chine, d'Inde, d'Égypte, d'Israël, d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, ainsi que de l'antiquité grecque.

Revenons maintenant aux textes bibliques

Imaginons !

 Un couple de chaque espèce rentre dans l’Arche ! ….

Dinosaure, Mammouth, Tatous, Tigres, Camélidés, Équidés, etc……plus cent à cent cinquante humains sans compter les enfants de bas âge.

Le « Déluge » à lieu !

 Oui !

Mais comment ! ……

« Il ne pleuvait pas sur la Terre. Toutefois, un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol. » Genèse II : 4

Cela s’explique par l’effet de serre, car la Terre était protégée par une nuée de haute altitude des rayons du soleilChar d'Élie - Ascension dans les cieux.jpg.

C’est juste un petit rappel

La « nuée » de haute altitude se désagrégea, s’effondra, ce qui provoqua le Déluge sur toute la Terre.

 Cet événement eut de grave conséquence sur la planète.

 En premier l’immense écart de température entre l’équateur et les pôles, puisque l’effet de serre avait disparu. Il s’est passé le même phénomène qu’il existe pour fabriquer du froid. Tout le monde sait que nos réfrigérateurs, climatiseurs, fonctionnent grâce à la chaleur. Ce que nous constatons pour nos congélateurs, nous le refusons pour la « Planète », pourtant ce principe chimique est immuable, dans les deux sens.

 Faites couler de l’eau très chaude, ajouter lui de l’eau froide, systématiquement pendant quelques instants, l’eau monte en température avant de chuter.

 Voilà pourquoi nous retrouvons des Mammouths en Sibérie.

Comme suite à ce « Déluge » tout ce qui était vivant sur la Terre, les bêtes, bestioles, volatiles, bêtes sauvages et rampantes, ainsi que l’humain ont subi un changement physiologique dû aux rayons du soleil.

Mais aussi la Terre, les Continents, les Océans, les Mers, des Montagnes se soulevèrent, d’autres s’enfoncèrent, des Iles disparurent, d’autres apparurent et ainsi de suite, car la croûte terrestre n’est pas uniforme, donc avec la masse de l’eau, obligatoirement il y a eu déformation de la surface de la Terre. Faite l’essai avec un grand plastique que vous étalez dans l’herbe, puis vous versez de l’eau dessus et constatez ! ...

Autre chose l’Arche et tout son monde, naviguât pendant une année sur l’eau avant de retrouver la terre ferme. Il y eut des morts chez les animaux comme chez les êtres humains, cela est logique. Ne pouvant trop bouger dans l’Arche l’anatomie de certains animaux se transformât, puis sur la terre, à cause du soleil cette transformation continuât, car ce qui fut valable pour l’humain le fut aussi pour le monde animal et végétal.

Une transformation importante de l’humain allait avoir lieu ! ….

Mais avant retournons aux « Écrits », tous les Écrits ! …

EL-SHADDAÏ répéta aux animaux ce qui avait été dit aux jours de leur création : « Multipliez-vous…………. », mais à l’humain ce qu’il dit confirme la tenue des animaux  par apport à l’homme.

« Fructifiez et multipliez-vous, remplissez la Terre ! …

La crainte et l’effroi que vous inspirerez s’imposeront à tous les animaux de la terre et à tous les oiseaux des Cieux.

Tous ceux dont fourmille le sol et tous les poissons de la mer, il en sera livré à votre main ….. Tous ce qui remue et qui vit vous servira de nourriture, comme l’herbe verte ; je vous ai donné tout cela  ….. Seulement vous ne mangerez point la chair avec son sang, avec son âme …..//…..Qui répand le sang de l’homme, par l’homme son sang sera répandu, car ….. »

Vous remarquerez la différence des Écritures… .. Avant ce Déluge tous les êtres vivants se nourrissaient de verdure. L’humain avait autorité sur tous les animaux quels qu’ils soient, petits et grands, sur et dans la terre, dans les cieux et dans les eaux.

Après cet événement le langage est tout autre !

Ce n’est plus une autorité, mais une crainte et un effroi que l’humain inspirera pour tout ce qui vie et qui remue sur toute la Terre. Pour vivre l’humain comme certains animaux devront manger de la viande.

Une inimitié est née entre l’homme et les animaux et les animaux entre eux car certains serviront de repas pour d’autres comme exemple les gnous, zèbres, antilopes, sont les repas des lions, panthères, tigres, etc.

Une autre gestion, avec d’autres Règles, d’autres Lois étaient nécessaires pour la Terre, car maintenant la nuée de haute altitude qui enveloppait la Terre et qui servait de filtre à certains rayons du soleil, les Ultra-Violets, n’existait plus.

Rel-Archanges la chute par Michel Guido Reni.jpgL’INVENTEUR de l’humain connaissait les dangers de certains rayons du soleil puisqu’il avait posé une protection. Il s’est servi de ces « UV » pour accélérer le « Mystère du vieillissement » de toutes chairs, particulièrement celui de l’être humain car il donna à celui-ci 120 ans de vie maximum, et « IL » s’est aperçu que le fond de l’humain était mauvais, alors même s’il avait pardonné à sa marionnette, il avait une rancœur, une tristesse contre son « pantin »

Après Adam et Ève, « IL » constatât que la descendance de ces deux premiers humains était tournée vers le mal et que, les invisibles qu’il avait créé à sa ressemblance, bien avant Adam et Ève, avec un cerveau afin que, eux aussi soient libre de leurs actes, un certain nombre avait suivi le premier Ange créé Sammaël, qui s’était retourné contre son concepteur et tous avaient été plongé dans un long sommeil et précipité sur la Terre et ses environs qui est le « Firmament ». C’est pendant ce « Temps » de torpeur que l’Homme fut déposé sur la Terre, puis que la femme fut façonnée des mains d’EL-SHADDAÏ et présentée à l’homme sur la Terre en Territoire d’Eden. Tous les deux étaient parfait de corps et d’esprit et le liquide qui coulait dans leurs artères et veines, le sang, était d’une grande pureté. Tous les deux prenaient soin de l’entretien du Territoire et donnaient un nom à tout ce qu’ils voyaient du plus petit au plus grand, faune, flore, insectes, animaux sauvages et domestiques, et c’est pendant ce temps que Sammaël et tous les siens furent libérés de leur léthargie et que ce Dieu seul et unique leur dit :

« Les Cieux vous sont interdits, vous avez la Terre et ses environs comme Royaume pour « un Temps, des Temps et une partie du Temps » et pour toi Sammaël nous verrons lequel de nous deux est « Dieu », puisque tu m’as mis au Défi que pas un seul humain me prierait, et pas un seul suivrait mes Lois et Préceptes ! … »

La pression atmosphérique était moins importante sur la Terre ainsi que l’attraction terrestre voilà une explication des grands arbres, des herbes gigantesques, et des humains de grande corpulence tout comme les animaux

Les patriarches de cette époque ainsi que leurs semblables vivaient jusqu’à neuf cent soixante années et plus sans jamais atteindre le millénaire.

Les humains se multiplièrent sur la Terre, ils remplirent toute la surface de l’Aride, et le mal était dans leur cœur.

EL-SHADDAÏ commençât à regretter d’avoir façonné l’humain, de l’avoir déposé sur la Terre, car plus il se multipliait, plus il devenait méchant et tortueux. Les patriarches se succèdent, Adam engendra Seth qui engendra Énosh, qui engendra Quénâm, qui engendra Mahalaël, qui engendra Yered, qui engendra Hénoch et cet humain marcha avec EL-SHADDAÏ, qui l’appela son « Scribe de Justice », qui engendra Mathusalem le patriarche qui vécut le plus vieux de la planète Terre, qui engendra Lamech, qui engendra Noa dit Noé dans la Bible, quand Noé termina l’Arche tous les Patriarches étaient décédés.

La descendance d’Hénoch jusqu’à Noé marcha avec les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ.

Bien avant la naissance d’Hénoch les « Fils du Ciel », plus exactement les Anges qui suivirent Sammaël dans sa rébellion contre leur Fondateur, vissent que les filles des hommes étaient très belles. Ceci se passe du vivant des Patriarches qui vivent encore, quand le sixième, Yered, prend Baraka fille de Rasouyal pour épouse, et que les Anges du « Mal », les « Serviteurs » de Sammaël, au nombre de deux-cents, prirent une enveloppe humaine, sachant qu’il n’y avait pas de retour et qu’ils s’accouplèrent avec les filles des hommes pour avoir des enfants.

L’original du livre d’Hénoch est perdu, mais il existe un nombre important de copie en Grec, Latin, Slave et le plus important en Guez traduit directement de l’hébreu et de l’araméen. Je ne vais pas vous poser le prologue du Livre d’Hénoch qui est vraiment ardu

« La version éthiopienne est la seule qui paraisse complète. Elle nous est connue par vingt -six manuscrits qui se trouvent dans les grandes bibliothèques de l'Europe : en Angleterre (Bodléienne, British Muséum, etc.), en France (collection d'Abbadie et Bibliothèque nationale), en Allemagne (Francfort, Berlin), en Italie, etc. L'Angleterre en possède quatorze, dont neuf au British Muséum et deux à la Bodléienne ; la France, huit, dont six dans la collection d'Abbadie (aujourd'hui à la Bibliothèque nationale) et deux à la Bibliothèque nationale, etc. On emploie pour les désigner les lettres de l'alphabet, dans l'ordre introduit successivement par Dillmann, Charles et Flemming »

A : Bodleianus, 4. — B : Bodleianus, 5. — C : Francofurtensis Riipp.  II, 1. — D : Curzon. [1]. — E : Curzon. [2]. — F : Brit. Mus. Add. 24185 (Wright, Catalog of Ethiop. ikfss., Londres, 1877, n° 5). —G : Brit. Mus. Orient., 485 (Wright, n" 6). —H : Brit. Mus. Orient., 484 (Wright, no 7). — J : Brit. Mus. Orient., 486 (Wright, n" 8). — K : Brit. Mus. Orient., 490 (Wright, n° 12). — L : Brit. Mus. Add., 24990 (Wright, n° 13). — M : Brit. Mus. Orient., 491 (Wright, n° 15).—N : Brit. Mus. Orient., 492 (Wright, no 16). —O : Brit. Mus. Orient., 499 (Wright, n" 23). — P : Lindesianus, 23 (au comte de Lindsay). —Q : Berolinensis Peterm., 11, Nachtr. : no 29. — R : Abbadianus, 16. — S: Abbadianus, 30. — T : Abbadianus, 35. — U : Abbadianus, 53. — V : Abbadianus, 99. — W : Abbadianus, 197. — X: Romanus, 71. — Y : Monacensis, 30. — Z : Parisinus, 50. — Z'' : Parisinus, 49.

Plusieurs de ces manuscrits sont des copies de la Bible éthiopienne, dans lesquelles Hénoch se trouve placé au milieu des livres de l'Ancien Testament, quelquefois avant celui de Job. Comme les autres manuscrits éthiopiens, ils sont tous écrits sur parchemin.

Après U, qui remonte peut-être au XVème siècle, les plus anciens, G et Q, remontent au XVIème siècle, quelques-uns, P, T, X, Y, Z, et peut-être W, au XVIIème"; la plupart, A, B, G, D, E, H, J, K, L, M, N, 0, S, W (?), Z (copie de B) seulement au XVIIIème , et trois F, R, V, au XIXème siècle.

Dillmann lui-même mitigé sa première opinion dans un de ses derniers articles et admet un original « hébreu -araméen » »

Au début de ce chapitre je vous écrivais sur une fresque de XVIIème siècle, puis sur les Vimanas, vaisseaux des « Dieux » Hindous ayant existé avant le « Déluge ». Il est prouvé par les scientifiques spécialisés que la technologie de l’époque était beaucoup plus avancée que la nôtre puisqu’il se servait de rayon laser et des ondes du son pour faire la guerre avec des armes beaucoup plus destructrices que celle d’aujourd’hui comme l’arme nucléaire, de cela j’écrirai dans le prochain chapitre.

Comme prévenu, j’ai mélangé preuves étranges, bizarres, mais irréfutables de notre civilisation ancienne quoi que « l’Humain » soit jeune, et pas des milliards d’année, tout au plus dix mille ans et je suis généreux, car nous sommes plus près des six mille ans, car aujourd’hui il est prouvé que Darwin fut un faisan avec son « Évolution »

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

13 septembre 2017

lp deqc, chap. N° 8 - 5000-4000 ans avant l'E.C., étrage ....

Dans la Bible, le registre des générations de tous les fils premiers nés, commençant par le premier homme Adam, est indiqué dans leur succession sur une période de 2369 ans. Selon les indications de la Bible, le déluge a eu lieu 1656 ans après la création d'Adam et donc celle de notre monde par Dieu.

Avant de continuer un peu de raisonnement, d’après les géologues et archéologues, un Déluge planétaire a eu lieu cela c’est une certitude, il existe trop de preuve sur la planète Terre, aussi bien sur tous les Continents que dans les fonds marins de toutes les mers. Avant ce cataclysme les humains vivaient sur tout le Globe Terre et ils avaient des connaissances scientifiques plus poussées que les nôtres d’aujourd’hui. Les Néphilims qui descendirent sur la Terre pour s’accoupler avec les filles des hommes étaient parfait d’esprit et avaient énormément de sciences en tout, physique, chimie, et ils enseignèrent les hommes en astrologie, astronomie, botanique, nucléaire, atomique etc …. !

Voyons les Livres d’Hénoch VII : 1-15, VIII : 1-9déluge-musée des beaux arts.jpg

Les humains antédiluviens venaient de parents dont la perfection était encore importante et le sang n’était pas dénaturé comme aujourd’hui. La mémoire comme le QI intellectuel était beaucoup plus évoluée, de cent pourcent des deux premiers humains pour arriver à un QI de soixante voire cinquante pourcent aux humains du Déluge dont la moyenne d’espérance de vie était de 912 ans.

Ces humains antédiluviens vivaient dans des villes, et, qui dit ville, dit aménagement en arrivée d’eau potable, mais aussi système d’évacuation des eaux usées, des excréments humains, animaliers, et autres déchets.

Ce QI continua à diminuer après le déluge pour arriver presque à zéro, et aujourd’hui au XXIème siècle la moyenne du QI des humains est de douze pourcents voire dix-huit, vingt pourcents pour nos scientifiques les plus intelligents de la planète Terre.

Dans le prochain chapitre je continuerai sur les conséquences du Déluge, mais surtout sur les connaissances de nos ancêtres !

 

 

Cinq, quatre mille ans avant l’E.C.,

 

Etrange, bizarre, et si ? … ?

 

Chapitre N° 8

 

Ce cataclysme le Déluge transforma la surface de la Terre. Mais avant pourquoi ce Déluge, pourquoi la voûte de vapeur d’eau qui protégeait la Terre des UV du soleil ainsi que les rayons cosmiques, s’est effondrée d’un seul coup ?

Il y a tout au plus 10 000 ans, le pôle Sud était exempt de glace. Les petites calottes glaciaires présentes au pôle commencèrent à fondre avec le déluge, et le déplacement de l'axe terrestre entraîna le déplacement de cette région arctique en direction de la Sibérie et de l'Alaska. La glaciation associée au déroulement du déluge produisit un climat arctique et une période glaciaire qui dure encore aujourd'hui. Cela signifie que ce n'est pas autrefois, mais à notre époque qu'il y a une ère glaciaire !

Il existe un lien entre le Déluge, l'ère glaciaire, le déplacement de l'axe terrestre et l'anéantissement soudain de presque toutes les créatures sur cette Terre. Des villes antiques se trouvent au-dessous du niveau de la mer, et les socles continentaux situés sous l'eau démontrent que le niveau de la mer était autrefois plus bas.

Dans la Bible déjà, on parle des eaux de la profondeur, ces eaux qui se trouvent sous la voûte et aussi au-dessus. L'eau au-dessus de la voûte pouvait constituer une atmosphère avec de la vapeur d'eau, mais aussi une enveloppe d'eau qui entourait l'ensemble de la Terre

. Les indications tirées de la Bible en relation avec le déluge parleraient en faveur de la thèse de l'eau originaire de la Terre. L'Apocalypse rapporte VI : 14, que : « Le ciel disparut comme un rouleau de livre que l’on enroule, et toutes les montagnes et les îles furent déplacées ». En outre, il est dit dans la Genèse VII : 11, «. // toutes les sources du grand déluge se rompirent et les écluses du ciel s'ouvrirent. La pluie tomba quarante jours et quarante nuits sur la terre. »

Axe de la Terre Nutation.jpgLa traduction évangélique de la Bible utilise, à la place de Déluge le mot Source de la profondeur. Ce choix de mot caractérise mieux l'eau souterraine jaillissant de la terre ou le dégagement de l'eau liée dans la roche. Les écluses du ciel désignent sûrement une pluie intense, ou une enveloppe d'eau a-t-elle cédé ?

Le Prof. Dr Alexander Tollmann, géologue, constate : « ... déluge . . . un chaos dans lequel les eaux du ciel et de la Terre ne pouvaient plus être séparées, parce que l’homme a vu que le flot de la mer et la pluie intense se mêlaient. Et l’on croyait savoir depuis la Chine jusqu'à Babylone et au-delà d’où provenaient les eaux : elles étaient en partie manifestement domiciliées au-dessus de la voûte du ciel, d’où elles tombaient lors de tremblements de terre à la suite d’une « rupture d’une colonne de la voûte du ciel ». Mais elles étaient aussi manifestement stockées dans une deuxième enveloppe d’eau sous la croûte terrestre solide, parce que lors de ce tremblement de terre, « toutes les fontaines de la profondeur se sont rompues » en même temps »

L'Apocalypse XVI : 1-21, continue et fait référence à 7 événements apocalyptiques au moyen de 7 anges : « Allez et versez les 7 coupes pleines de la colère de Dieu sur la terre …//, versa sa coupe sur la terre. Alors se forma un abcès malin et mauvais chez les hommes …//,versa sa coupe dans la mer. Alors elle devint du sang, qui ressemblait au sang d’un mort ; et tous les êtres vivants dans la mer moururent…//,versa sa coupe sur les fleuves et les sources. Alors tout devint sang …//, versa sa coupe sur le soleil. Alors lui fut donné le pouvoir de brûler les hommes avec son feu …//, versa sa coupe sur le trône de la Bête. Alors les ténèbres vinrent sur le règne de la Bête, et les hommes se mordirent la langue de peur et de douleur …//, versa sa coupe sur le grand flot, l’Euphrate. Alors son eau sécha…//, versa sa coupe sur l’air…//. Et il s'ensuivit des éclairs, des voix et du tonnerre ; il se produisit un violent tremblement de terre, comme il n'y en avait jamais eu depuis qu'il y a des hommes sur la terre …//. Toutes les îles disparurent et il n'y eut plus de montagne. Et de puissants blocs de grêle, lourds d’un quintal, se précipitèrent depuis le ciel sur les hommes »

On ne peut pas expliquer ces colorations rouges par du sang, elles se fondent dans la précipitation d'acide nitrique, une conséquence de l'impact, sous forme de pluie corrosive, qui colorait tout en rouge et empoisonnait l'eau, qui de ce fait avait un goût d'absinthe. Les hommes aussi souffraient de cette corrosion comme sous le poison des scorpions.

Cette description de l'Apocalypse est encore plus nette et détaillée. La couleur de la mer, causée par la pluie d'oxyde d'azote et d'acide nitrique, est précisément décrite. Le sang des morts est brun rouge et non rouge clair, comme le sang frais. Cette couleur correspond à celle de l'acide nitrique saturé d'oxyde d'azote. Même les abcès causés par la pluie acide sur la peau des hommes sont décrits. La chaleur énorme à proximité d'un impact fait se vaporiser aussi de grands fleuves.

Les raz de marée gigantesques ont laissé dans les endroits hauts situés des Alpes, dans l'Himalaya et d'autres massifs, des traces marines fossiles que presque chaque randonneur connaît. La chaîne montagneuse des Alpes est une montagne très jeune qui s’est élevée d’un seul coup par plissements et contractions et qui un jour ou l’autre s’élèvera encore de plusieurs centaines de mètre. Les Alpes qui font un demi-cercle, partant de Menton pour finir vers Trieste en Italie, Lubiana en Croatie, le milieu se trouvant en Suisse.Eng-Destruction d'un noyau d'atome.jpg

On a trouvé des restes de grands bateaux et d'ancres de pierre à des altitudes de quatre à cinq mille mètres en Anatolie de l'est, qui est la Turquie d’aujourd’hui, sur le mont Ararat, à la frontière de l’Arménie et de la Géorgie, le lieu éventuel où l'Arche de Noé se serait échouée sur les plateaux du Mont Loubard de la chaine montagneuse Ararat. La Genèse VII : 19-21 parle de la puissance des vagues : « L'eau avait puissamment enflé sur terre et couvrait toutes les hautes montagnes qu'il y a sous tout le ciel. L'eau était montée de quinze coudées au-dessus des montagnes et les avait recouvertes. Alors tous les êtres de chair périrent . . . » .

L'ampleur gigantesque du grand raz de marée est exprimée très clairement : « pardessus toutes les hautes montagnes ». Les découvertes géologiques, les traditions anciennes et d'autres indices, confirment cette proposition, même si l'on peut concéder que les montagnes étaient éventuellement un peu plus basses avant la grande inondation, vu que le déluge seul a dans certains cas fait apparaître définitivement des montagnes par plissement. Les mythes de nombreux peuples dans le monde entier confirment cette inondation inimaginable.

L'Épopée de Gilgamesh mentionne des montagnes plongées dans l'eau. Dans le Livre des morts des Égyptiens, le dieu du soleil Râ parle de la grande inondation qu'il a provoquée, et le dieu Atoum menace d'anéantir la Terre : « Cette terre doit devenir eau, un océan par inondation, comme elle l’était au début ». La catastrophe principale consistait en tremblements de terre, éruptions volcaniques, grandes inondations et en un hiver long. Le Livre des écritures chinoises du VIème siècle av. J-C. parle d'un raz de marée gigantesque qui a inondé le monde entier et plongé sous l'eau les plus hautes montagnes. La légende du peuple des montagnes au sud de Canton parle d'eaux montantes telles que les montagnes les plus élevées étaient rendues pareilles à la mer. Les Eskimos décrivent l'inondation de la même manière : « L'eau coula au-dessus des sommets des montagnes, et la glace emporta tout au-delà. Puis, quand le flot se retira, la glace échoua et constitua partout sur les sommets des montagnes des calottes de glace ». Que ce soit dans le Nord de la Sibérie, en Inde, en Mongolie, au Vietnam, à Sumatra, en Australie ou en Amérique du Sud, les traditions parlent de grandes vagues d'eau qui submergèrent même les hautes montagnes.

Rel-Amérindiens du Nord des USA et du Canada region Québécoise et Grande Rocheuse.jpgLes Cheyennes et d'autres tribus indiennes ont connaissance d'une inondation qui a eu lieu à l'origine. Les Indiens Navajos parlent dans leurs mythes d'une eau semblable à une paroi de falaise sans lacune et d'une inondation semblable à une montagne occupant l'ensemble de l'horizon. Des faits correspondants sont mentionnés dans les traditions des Indiens Choctaw dans la région Oklahoma-Mississippi, ainsi qu'au Pérou et dans des textes aztèques.

L'ensemble du déluge ne s'est pas limité à un seul grand raz de marée. Il y a eu en tout plusieurs impacts dans différentes parties du monde. En outre, des tremblements de terre partaient de la croûte terrestre partout éventrée, et produisaient dans la mer les raz de marée redoutés - les tsunamis. Les différents impacts et les éruptions de la croûte terrestre produisirent plusieurs raz de marée gigantesques, qui furent accompagnés de vagues secondaires et qui se recouvrirent et s'accumulèrent dans diverses parties du monde.

Le poids de l’eau déclencha des éruptions volcaniques qui mirent le feu à des grandes forêts de conifères, et la température de la terre monta faisant tout fondre sur des milliers de kilomètres, les traces géologiques en sont témoins.

Souvenez-vous de ce réacteur atomique découvert au Gabon ? à Oklo dans une mine d’uranium ? Relire le chapitre N° 6 dans lequel je vous parlais des connaissances scientifiques de ces humains antédiluviens. Je reviendrai sur ce thème bientôt !

« L'impulsion thermique irradiée à une grande vitesse par le foyer de l'explosion peut être considérée comme le début d'un violent incendie mondial. L'ouragan et la tempête de chaleur brûlante ainsi déclenchés pouvaient avancer à la vitesse de 1200 km/h, et abattaient encore des forêts comme des allumettes à plusieurs milliers de kilomètres de distance. Les fragments et les retombées incandescentes de précipitations radioactives provoquèrent de grands incendies dévastateurs qui s'étendirent à partir de plusieurs centres dans toutes les directions. La chaleur incandescente fit éclater les rocs, assécha les fleuves et fit bouillir les lacs et les mers. La comparaison avec les grands incendies dans les villes et les sinistres habituels fait conclure à des températures bien supérieures à 1500°C. C'est pourquoi les mythes n'exagèrent pas quand ils parlent des minéraux liquéfiés dans les montagnes.

Ainsi, la religion de la Perse ancienne parle-t-elle conformément à la vérité de métaux qui se liquéfièrent dans les montagnes et se répandirent comme un flot incandescent sur la terre. Le point de fusion du cuivre est par exemple de1083°C, celui de l'argent de 961 °C, de l'or de 1063°C et du fer pur de 1535 °C. Ces températures sont dépassées lors d'un incendie de taille mondiale, et ce savoir montre que les anciens mythes ne flottent pas dans la lueur d'une tradition fécondée par l'imagination. »

Avant de poser des questions, je vais ci-dessous vous étaler des textes et des images qui laissent tous humains sensés dans un embarras intellectuel et spirituel, alors avant toute chose ! …. J’appose !....

Vous Lectrices et Lecteurs, j’ai trop de respect pour vous et pour celui qui est au-dessus de ma tête et dans lequel je crois sincèrement, je parle de ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ, pour vous cacher tout ce que je viens de lire, mais je ne voudrais pas être trop ennuyeux avec mes écrits, là est mon dilemme !Désert-Grand-Canyon.jpg

Alors, je pense que pour tout croyant il est important de savoir, de comprendre notre Genèse, car tous, nous venons d’une espèce qui a été, qui est et qui sera la même que la nôtre. Jamais, je dis bien jamais nous ne reproduirons autre chose que nous, tel que nous sommes, des « Humains », et la seule chose qui pourrait changer c’est notre génétique de vieillesse qui est contre notre nature, car toutes nos cellules sont faites pour se reproduire indéfiniment et cela est prouvé scientifiquement, alors pourquoi nous vieillissons et nous mourons ? … ?

 

 désert- de Gobi.jpg  

 

Aujourd’hui nous sommes au début d’une ère atomique qui a déjà, semblerait-il, existé. Partout où il y a eu des essais nucléaires la roche, les sédiments, et surtout le sable, car presque tous les essais ont été pratiqué dans des desserts, pour la France dans le Sahara algérien, pour les Royaumes Unis le Désert de Sable et celui de Victoria en Australie, pour la Chine le désert de Gobi, pour l’Inde celui de Thar dont je reparlerai, pour le Pakistan celui de Cholistan, qui est le même désert que l’Inde seul le nom change, pour les États-Unis, - USA -, les plateaux du Colorado et celui de Mojaves, et pour finir la Sibérie qui n’est pas considérée comme désertique, et dans tous ces lieux il y a sur des hectares de terre vitrifiées d’une couleur de vert sale, opaque

Le disque de PhaistosAntiq-diskos-von-phaistos-detail-asb-pict-3373.jpg

Une découverte vraiment inhabituelle faite en 1908, située dans un dépôt du temple souterrain qui a été associé à l’ancien site du palais minoen de Phaistos sur l’île de Crète. Fabriqué à partir de terre cuite, le disque est d’environ 15 cm de diamètre et d’un centimètre d’épaisseur avec des symboles imprimés sur les deux faces. Personne n’a jamais été capable de décoder l’étrange écriture sur le disque d’une manière acceptable selon des archéologues ou des étudiants dans le domaine des langues anciennes.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cette pierre est si inhabituelle. Elle est unique en son genre et aucun autre élément, avec peut-être l’exception de la Hache d’Arkalochori, ne porte des inscriptions similaires. L’écriture a été créée en appuyant des caractères préformés dans l’argile, ce qui en fait la première utilisation enregistrée de caractères mobiles. Le disque est largement considéré comme authentique et est exposée dans le musée d’Héraklion de la Crète, Grèce.

 

 Antiq-Disques de  Phaistos.jpg

Lors d’une conférence donnée fin octobre 2014, Gareth Owens, chercheur en linguistique à l’Institut d’enseignement technologique, TEI, de Crète, et John Coleman, professeur de phonétique à Oxford, Royaume-Uni, ont annoncé que le disque reproduisait une prière destinée à la déesse mère, divinité principale du panthéon de la civilisation minoenne, la plus importante de l’âge du bronze du monde grec, 2700-1200 avant J.-C. Ils auraient ainsi identifié à plusieurs reprises le substantif « mère » sur les deux côtés.

Pour parvenir à ces résultats, les deux chercheurs auraient procédé par analogies en s’appuyant sur des études épigraphiques consacrées aux écritures crétoises anciennes, le linéaire A des Minoens, apparu vers 1800 avant J.-C. et le linéaire B des Mycéniens, 1375 avant J.-C., déchiffré en 1952 par le Britannique Michael Ventris.

« En comparant des signes hiéroglyphiques crétois découverts sur des sceaux ou sur les doubles haches d’Arkalochori, IIe millénaire avant J.-C., mis au jour en 1934, avec ceux du linéaire A, puis du linéaire B, nous sommes parvenus à « lire I-QE-KU-RJA » à trois reprises », affirme Gareth Owens. Ce qui se traduirait par « femme, ou déesse, enceinte », I-QE, pouvant selon eux signifier « mère » ou « déesse ». « Nous savons que la religion minoenne comportait un culte de la déesse-mère, mais encore fallait-il le retrouver dans les textes », ajoute-t-il.

La machine d’Anticythère, appelée également mécanisme d’Anticythère, est considérée comme le premier calculateur analogique antique permettant de calculer des positions astronomiques. C’est un mécanisme de bronze comprenant des dizaines de roues dentées, solidaires et disposées sur plusieurs plans. Il est garni de nombreuses inscriptions grecques.


 Antédi-machine dentelée.jpg

De plus, comment savons-nous réellement qu’ils n’ont pas déjà découvert des preuves d’ancienne technologie ? Plusieurs organisations archéologiques notables nous ont menti par le passé, y compris le Smithsonian Institute.

On ne connaît de la machine d'Anticythère qu'un exemplaire, dont les fragments ont été trouvés en 1901, dans l’épave d’une galère romaine, longue d'une trentaine de mètres, près de l'île grecque d’Anticythère entre Cythère et la Crète, par des pêcheurs au large de la côte, qui a été datée comme antérieure à 87 av. J.-C.

 Ce mystérieux dispositif mécanique est décrit comme le premier ordinateur analogique du monde. Les scientifiques s’accordent à dire qu’il est réel et remonte aux alentours du IIème siècle avant JC, ce qui signifie qu’il est âgé de plus de deux mille cent, deux mille deux-cents ans.

La machine d'Anticythère est le plus vieux mécanisme à engrenages connu. Ses fragments sont conservés au Musée National archéologique d’Athènes 

« Pour moi, ces sujets prouvent définitivement l’existence des Nephilims, les Anges déchus, qui, étaient nettement plus avancés que nous technologiquement parlant aussi bien que surnaturellement plus fort. » Hans Joachim Zillmer

Je suis dans l’obligation d’arrêter ce chapitre qui est déjà assez long, mais enregistrez bien ce qui est écrit car vous verrez, je serai obligé de revenir sur un thème qui nous concerne tous, pauvres ou riches, croyants ou athées, quoi que l’athéisme n’existe pas.

Je vais mélanger les écrits bibliques, hénochiens, avec ceux que je viens de découvrir, mais je ne vous poserai pas tout ce que je lis, car je désire que vous veniez vers ce Dieu seul et unique, par vous-mêmes en vous transformant, avec sincérité, et le prier, Lui le seul Dieu, car Jésus le Nazôréen, Jésus-Christ pour la chrétienté, n’est pas un Dieu et ne sera jamais Dieu, car si cela devenait le cas, cela supprimerait l’unicité d’EL-SHADDAÏ, ce qui est impossible. Jésus le Nazôréen ne peut rien faire sans l’approbation de son Père !

En attendant portez-vous bien ! Prenez soins de votre maisonnée !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

03 septembre 2017

lp deqc, chap. N° 7 - Évolution de la Femme ? - Sumériens, ... ?

Ile AtlantideAu chapitre précédent j’avais écrit en majorité sur cette « Grande ILE » mystérieuse de « l’Atlantide » définie par Platon comme un Continent reliant les deux grands Continents Africain et Américain. Les Iles des Açores, Madères et des Canaries sont les sommets visibles des montagnes de ce Continent et de l’autre côté la chaine des Caraïbes avec ces grandes iles comme Cuba, Haïti, République Dominicaine, Jamaïque, et les iles Antillaises sont les vestiges des sommets et plateaux d’altitude de ce Continent reconnu comme tel par tous les géologues.

Aujourd’hui il est difficile de nier son existence !

Platon, 427-347 av. J.-C., décrit l'Atlantide exhaustivement, avec tous les détails de la topographie, les fleuves, les canaux et les montagnes, ainsi que la forme de l'État, le nombre des habitants, des guerriers et des animaux. Il rapporte encore qu'un prêtre égyptien de Saïs, une grande ville dans le delta du Nil, a déclaré :

« ... il y a eu beaucoup de destructions des hommes . . . Ce qui est raconté chez vous aussi, qu'autrefois Phaéton, le fils d’Hélios - après avoir attelé le char de son père, mais sans réussir à le conduire -, a brûlé tout ce qui se trouvait sur la Terre, et que lui-même a été tué par la foudre . . . le vrai en cela est la déviation de la course des astres qui se meuvent dans le ciel autour de la Terre, et l’anéantissement de tout ce qui se trouve sur la Terre, qui s'est produit après de grands intervalles de temps, avec une grande quantité de feu. »

La destruction presque totale de l'ensemble de la Terre est confirmée sans erreur possible. Il ne semble pas s'agir d'une catastrophe locale. La destruction de l'île de l'Atlantide est décrite plus loin :

« Plus tard toutefois, quand des tremblements de terre et des inondations gigantesques se produisirent, en un seul mauvais jour et en une seule mauvaise nuit, tout ce qu'il y avait chez vous de combattants fut englouti, et de même, l’île de l’Atlantide, s'étant abîmée dans la mer, disparut. C'est pourquoi, même aujourd’hui, la mer est devenue là-bas impossible à traverser et à explorer, car la boue très haute que l’île a causée lors de sa destruction empêche la navigation…. »

Je vais certainement revenir sur cette catastrophe planétaire qui avant en engendra d’autres, sur terre et en mer.

 

Dernières phrases du chapitre précédent

 

 Tout ce que je viens d’écrire détruit la thèse de l’évolution, mais il y a encore plus convaincant.

Darwin écrit que l’évolution est une chaîne buissonnante ! …

Une chaîne buissonnante doit ressembler à un buisson, et pour moi un buisson est un amalgame de petits arbustes qui poussent dans tous les sens, se mélangeant, sans aucune règle, soit un fouillis de végétations.

Difficile de croire à l’Évolution au regard de l’harmonie de l’Humain, ce n’est pas une « chaîne de modifications buissonnante », ce n’est pas un enchevêtrement ?

Par contre Monsieur Lamarck, naturaliste {-biologiste -} « Français » avait constaté que la terre pouvait produire un nombre incalculable d’êtres vivants dans le monde des insectes et autres bestioles plus petites.

 Darwin c’est servi des découvertes de Lamarck abusivement, en reportant celle-ci sur l’homme, … ce qui est absolument faux …, faisant sa fortune personnelle en lui donnant un « NOM » de biologiste complètement usurpé.

La confirmation, tous ces scientifiques, chercheurs, « Évolutionnistes », ne parlent que de l’homme !….

 

 

Évolution de la Femme ?

 

Sumériens, Akkadiens, Araméens, leur savoir ?

 

 

Chapitre N° 7 

 

femme au tableauEt, la « FEMME », son « Évolution », c’est quoi ? … ? …. ?

La « Femme » fait bien partie de l’espèce humaine, du genre humain, et ressemble dans son ensemble étrangement à « l’Homme » puisque sont armature sont fonctionnement est parallèle. Alors comment expliquer son « Évolution », mais là, Darwin Charles et ses darwiniens sont comme les carpes sans les « bulles ».

Après cet interlude revenons « Au Commencement »

L’Homme et la Femme vivent sur la Terre. N’oublions pas qu’ils sont parfaits de corps et d’esprit avec une intelligence, une connaissance remarquable.

Volontairement, ils désobéissent à une LOI établie, connaissant en parfaite conscience la finalité, en installant ce grain de sable dans la génétique qui entraîne la « MORT » du corps…  {- les chercheurs et scientifiques ne comprennent pas l’arrêt brutal de certaines molécules humaines, qui sont faites pour se procréer indéfiniment.

« Nous vieillissons alors que cela est contraire aux gènes de l’humain. Le jour où nous comprendrons le vieillissement, nous ouvrerons une voie vers la vie éternelle. »-}

Selon beaucoup « d’Écrits » Antiques, sur toute la Terre, les deux premiers HUMAINS, fussent chassés d’un endroit « Édénique ou Paradisiaque ».

 Adam et Ève auront des enfants après qu’ils fussent chassés du « Territoire Édénique. » Comme toujours, tous les « TEXTES », sans exceptions, ne parlent que des enfants mâles, et encore ? 

Les conteurs, scribes, ne mentionnent que quelques-uns, les plus populaires de l’ère, de l’époque ! …

ÈVE eut comme fils Abel, Caïn, et Seth. Une autre source Biblique considérée comme

Sacrée, surtout en Éthiopie pays d’Afrique où le Nil Blanc et le Nil Bleu prennent leur source : « Adam engendra douze mâles et des filles dont Caïn, Noaba, {- nom d’une fille---Pourquoi cette fille ? -} Abel et Seth….//…..Ses fils et ses filles eurent des fils et des filles au nombre……//….Caïn connut sa femme, elle conçut et enfanta…..//…..Comme il bâtissait une ville, il appela la ville du …..//…. »  [Copies datée du IIème siècle av. J.C. ]

Une partie de la Terre commençait à se remplir d’humains. Les Écrits parlent de construction de Villes. Le sang des humains avait une composition encore saine, la génétique de la tare n’étant pas comme aujourd’hui, car plus les humains se reproduisaient et plus la tare se multipliait. Mais, il y avait un autre phénomène qui facilitait la longévité de l’humain.

La Terre était protégée des « Ultra-Violets (UV) » du Soleil par un voile de vapeur d’eau en haute altitude, qui la mettait « sous serre ».

La température entre l’équateur et les pôles ne variait que de 20° à 30°C maximum…{- voilà pourquoi nos chercheurs ont retrouvé des mammouths avec de la verdure dans les mâchoires près du pôle Nord ainsi que des squelettes de ces mêmes animaux au Brésil.-} Les animaux comme les humains se nourrissaient uniquement de verdure et fruits. Les gènes carnivores n’existaient pas. Les arbres étaient grands et énormes, {- il reste des rejetons comme le séquoia et le baobab -} la verdure était en abondance, tout le monde animal, sans exception était différent, et, l’humain était plus corpulent qu’aujourd’hui, environ trois à quatre mètres en moyenne. Nous pouvons certifier aujourd’hui que l’atmosphère terrestre d’avant le Déluge n’était pas le même.

Tout ce que je viens d’écrire vient de scientifiques éminents, et comme les « Évolutionnistes » ils supposent, supputent, …l’un le nomme Cro-Magnon, l’autre l’appelle descendance du premier Humain. Il est prouvé scientifiquement que le Déluge daterait de moins de 10 000 ans.

 « Ne voit-on pas presque quotidiennement mentionnées dans les journaux des découvertes de squelettes entiers des dinosaures les plus divers, au niveau de la surface de la terre, et ce dans le monde entier, par exemple dans le désert de Gobi en Mongolie ?

Des témoignages correspondants associés aux découvertes simultanées de restes humains sont littéralement inquiétants. --Dr Dougherty -- » 

Les humains remplirent toute la Terre !Squelette humain

Cela a duré combien de temps ? …

Personne ne peut répondre ! …

Si nous faisions une comparaison.

Du Déluge à J.C. environ 4000 à 5000 ans. Quelques bribes de Manuscrit : 300 ans après le Déluge, Noé voulut un recensement des hommes de pieds qui était de neuf cent quatorze mille cent, sans compter les femmes, les enfants et les vieillards.

Cette énumération trois cents ans après le « Déluge » prouve la véracité de mon jugement des humains étant entrés dans l’Arche et faisant partie de la famille de Noé et le nombre que je vous ai donné est bien inférieur à la réalité.

A l’ère de J.C. l’estimation était d’environ 70 à 100 millions d’homme de pieds, 1900 ans après 1 milliard 800 millions d’humains, femme, enfants, vieillard compris, 106 ans plus tard soit en 2006, 6 milliards 400 millions et en 2017, 7,1 milliard d’individus. Il est logique de pensé qu’avant le Déluge la Terre devait avoir 500 et 600 millions d’êtres humains, puisque l’archéologie, la géologie trouvent des traces d’humains sur toute la surface de la Terre.

Pour construire l’Arche il fallait une centaine de personnes.

 Les « Textes » parlent de la famille de NOÉ.

NOÉ engendra trois FILS et des filles…, Jubilés IV : 33,

« Et dans la première année de la cinquième semaine du vingt-cinquième jubilé, Noah prit pour lui une femme et son nom était Emzara, fille de Rakeel, fille du frère de son père, et dans la troisième année elle lui enfanta Shem, dans la cinquième année elle accoucha de Cham, et dans la première année de la sixième semaine elle engendra Japheth. »

Noé épouse la nommée Emzara en l’an 1229 depuis que les deux premiers humains fussent chassés du Territoire d’Eden, deux ans après soit en 1231 elle accouche de Shem, puis deux ans après elle enfante Cham soit en 1233, chose impossible puisqu’elle allaite sont premier enfant ce qui fait une contraception naturelle, et au début de l’humanité, jusqu’au XIXème siècle les enfants étaient allaités jusqu’à l’âge de deux ans et demi, voire trois le plus souvent. J’ai pris ma calculatrice pour savoir quand Adam fut déposé sur la Terre, et j’ai été obligé d’accepter mon ignorance et de constater les grossières erreurs de l’auteur des « Jubilés » Si nous suivons les versets ci-dessus, nous constatons que l’épouse de Noé accouche d’un garçon tous les deux ans, je pense que l’auteur a oublié la semaine et qu’il aurait dû écrire : « Dans la sixième semaine la première année elle enfanta Cham et dans la cinquième année elle donna naissance à Japhet », là l’explication est plausible pour l’époque.

Je me souviens d’avoir lu que Noé eut d’autre mâles après le « Déluge », mais aussi des filles dont personnes ne parlent sauf ce texte lugubre : « Et Noé après le « Déluge » eut encore des fils et des filles » ce qui prouve qu’il aurait eu des filles avant le « Déluge ».

Combien de filles ?… ?

Ces « Filles » ont pris « mari » et ont eu des garçons et des filles …, donc la construction de l’Arche ayant eu lieu vers 520, 530 ans après la naissance de NOÉ, quand je dis une centaine de personnes, je suis en dessous de la vérité.

Autres faits les animaux qui sont montés dans l’Arche étaient gigantesques, {- les animaux et oiseaux se terminant en « aure », en « ore », ou en « trope » -} les colombes, corbeaux, poules, oies …devaient être les moineaux de l’époque, et ainsi de suite ……ce n’est qu’une réflexion logique … Et bizarrement tout le monde se tait !

Les couples d’animaux qui sont montés dans l’Arche faisaient partie du genre ou de l’espèce ?…Évolution Darwin.02.jpg

Chercheurs :

 « Espèce animale antédiluvienne, bovine, canine, chevaline, commune, domestique, fossile, inférieure, protégée, sauvage, supérieure, vivante, zoologique; grande, petite espèce. Espèce de mammifères, de poissons, de reptiles, d'insectes, d'oiseaux. L'espèce méduse, l'espèce bouvreuil…… »

 [---« Lorsqu’un genre est bien fait, toutes les races ou espèces qu’il comprend, se ressemblent par les caractères les plus essentiels et les plus nombreux. ---{Lamarck, Philos.zool., t 1, 1809, p. 32} ---

On a appelé espèce, toute collection d'individus semblables qui furent produits par d'autres individus pareils à eux. Cette définition est exacte ; car tout individu jouissant de la vie, ressemble toujours, à très-peu près, à celui ou à ceux dont il provient. On ajoute à cette définition, la supposition que les individus qui composent une espèce ne varient jamais dans leur caractère spécifique, et que conséquemment l'espèce a une constance absolue dans la nature…{Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 54. } »….]

Dictionnaire :

 « Espèce : Ensemble d'êtres vivants possédant des caractères anatomiques, morphologiques et physiologiques communs, qui reproduisent entre eux des êtres semblables et également féconds. »

Littéraire et religieux :

 « Les Pharisiens et les Esséniens méditèrent, après Moïse et d'après lui, sur l'individualité de chaque homme considérée relativement à l'espèce; et, tandis que Moïse avait surtout enseigné l'unité de cette espèce et le lien éternel, au point de vue virtuel et divin, de l'individu, dans sa vie présente et en tant que vivant actuellement, avec cette espèce, ils ont fait pour ainsi dire aux hommes particuliers ou aux individus la répartition de la vie spécifique et collective, affirmant non seulement ce que Moïse avait affirmé, c'est-à-dire l'unité de vie entre l'individu et l'espèce, mais encore la vie éternelle de l'individu dans l'espèce. » { P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840, p. 662.}

Je vous promets que je reviendrai sur ce thème après avoir fait quelques recherches, pour être le plus près possible de la vérité, car le spirituel et la science s’accordent sur beaucoup de points, mais l’esprit humain en fait des controverses.

En cherchant, pour vous, pour moi, pour savoir, avoir une confirmation que l’espèce humaine ne vient pas d’une « Évolution », beaucoup trop aléatoire, surtout avec une chaine buissonnante, c’est-à-dire un fouillis, l’humain est trop bien géré même dans son évolution interne, si nous pouvons nommer cela une « Évolution » car dans l’espèce humaine, il existe beaucoup de genre, demandez à un Médecin Légiste qui au premier coup d’œil d’un squelette vous donnera son origine, Asiatique Chinois, Japonais, Malaisie Africain du Sud, de l’Équateur, du Nord, Égyptien, Éthiopien, Europe Central, Occidentale, Caucase, Sibérien, Amérique du Nord, Canadien, Texan, Mexicain, Amérique du Sud Brésilien, Cordière des Andes, Patagonie, Argentine, Australien, homme, femme, etc., …etc. ! Tous si différent, mais ayant la même origine, même fonction le même nombre d’os, cœur, foi, reins, pancréas, cerveau, veines, nerfs, artères, sang transportant la vie, la mort, tous égaux devant cette dernière.

Ce que je vous écris ne viens pas de moi, mais d’humains plus intelligent que moi, géologues, archéologues, paléontologues, ethnologues, et bien d’autres scientifiques, alors j’essaie de faire un résumé le plus clair possible de leurs écrits scientifiques et il y a tellement de chose que l’on nous cache, que les politiciens en accord avec les religieux apprennent à nos enfants sachant que cela est complètement faux, alors je vais vous poser ce que j’ai découvert avec étonnement

Notre système planétaire entier est dessiné sur un sceau enroulé akkadien vieux d'environ 4500 ans. Même la taille des différentes planètes est représentée dans une proportion exacte. Curieusement, on reconnaît onze planètes, à la place des dix que nous connaissons

D'où les Akkadiens tiraient-ils leur savoir ? Ce peuple ne pouvait pas connaître à l'œil nu il y a 4500 ans les planètes Uranus, Neptune et Pluton. Mais s'ils avaient, pour des raisons inexplicables, ce savoir, pourquoi la représentation de la planète supplémentaire Phaéton à la place de la ceinture d'astéroïdes actuelle devrait-elle être fausse ? Et si cette indication est exacte, il faut que ce corps céleste ait été présent dans un passé relativement proche. Le rouleau akkadien peut être visité au musée du Proche-Orient à Berlin.

 

 âge des patriarches

A gauche : lebenserwartung bis zur sintflut, 912 jahre – traduction : espérance de vie jusqu’au Déluge, 912 ans

A droite : lebenserwartung nach der sintflut – traduction : espérance de vie après le Déluge

  Lebenserwartung über gesunken zeitraum – traduction : l’espérance de vie a diminué avec le temps

Série des ancêtres dans la Bible.

La Bible contient une série complète des ancêtres des fils premiers-nés sur une période de 2369 ans. Le registre des générations commence avec Adam, qui comme tous ses fils avant le déluge atteignit un âge supérieur à 900 ans. Enoch constitue une exception, toutefois, selon les indications de la Bible, il n'est pas mort sur la Terre, mais a été amené au ciel par Dieu sans mourir. Après le déluge, l'espérance de vie a diminué constamment pour finir par atteindre environ 100 ans. L'humanité a-t-elle été endommagée par le rayonnement cosmique qui pour la première fois perçait jusqu'à la surface de la Terre, réduisant ainsi l'espérance de vie ?

 

 

Quand on pense que les Sumériens ont rédigé leur interprétation de l'histoire de la genèse de notre Terre il y a 6000 ans, il faut se demander d'où ils tiraient ce savoir. Conformément aux indications de la Genèse, l'eau, -- flot primordial --, des océans était déjà présente lors de la création du monde sans qu'il y ait eu de pluie.

L'archevêque d'Armagh James Ussher calcula au XVIIème siècle, en se basant sur l'histoire de la création de l'Ancien Testament, que la création du monde datait de l'an 4004 av. JC.

Dans la Bible, le registre des générations de tous les fils premiers nés, commençant par le premier homme Adam, est indiqué dans leur succession sur une période de 2369 ans. Selon les indications de la Bible, le déluge a eu lieu 1656 ans après la création d'Adam et donc celle de notre monde par Dieu.

Avant de continuer un peu de raisonnement, d’après les géologues et archéologues, un Déluge planétaire a eu lieu cela c’est une certitude, il existe trop de preuve sur la planète Terre, aussi bien sur tous les Continents que dans les fonds marins de toutes les mers. Avant ce cataclysme les humains vivaient sur tout le Globe Terre et ils avaient des connaissances scientifiques plus poussées que les nôtres d’aujourd’hui. Les Néphilims qui descendirent sur la Terre pour s’accoupler avec les filles des hommes étaient parfait d’esprit et avaient énormément de sciences en tout, physique, chimie, et ils enseignèrent les hommes en astrologie, astronomie, botanique, nucléaire, atomique etc …. !

Voyons les Livres d’Hénoch VII : 1-15, VIII : 1-9

1. Quand les enfants des hommes, se furent multipliés dans ces jours, il arriva que des filles leur naquirent élégantes et belles.

2. Et lorsque les anges, les enfants des cieux les eurent vus, ils en devinrent amoureux ; et ils se dirent les uns aux autres : choisissons-nous des femmes de la race des hommes, et ayons des enfants avec elles.

3. Alors Samyaza leur chef leur dit : je crains bien que vous ne puissiez accomplir votre dessein.

4. Et que je supporte seul la peine de votre crime.

5. Mais ils lui répondirent : nous vous le jurons.

6. Et nous nous lions tous par de mutuelles exécrations ; nous ne changerons rien à notre dessein, nous exécuterons ce que nous avons résolu.

7. En effet ils jurèrent et se lièrent entre eux par de mutuelles exécrations. Ils étaient au nombre de deux cents, qui descendirent sur Aradis, (autre traduction :  sur l’Aride ou la Terre dans un lieu nommé Mont Hermon) lieu situé près le mont Armon.

8. Cette montagne avait été appelée Armon, parce que c'est là qu'ils avaient juré et s'étaient lié par de mutuelles exécrations.

9. Voici le nom de leurs chefs ; Samyaza, leur chef, Urakabarameel, Akibeel, Tamiel, Ramuel, Danel, Azkeel, Sarakmyal, Asael, Armers, Batraal, Anane, Zavebe, Samsavel, Ertael, Turel, Yomyael, Arazeal. Tels furent les chefs des ces deux cents anges ; et le reste étaient tous avec eux.

10. Et ils se choisirent chacun une femme, et ils s'en approchèrent, et ils cohabitèrent avec elles ; et ils leur enseignèrent la sorcellerie, les enchantements, et les propriétés des racines et des arbres.

11. Et ces femmes conçurent et elles enfantèrent des géants.

12. Dont la taille avait trois cent coudées. Ils dévoraient tout ce que le travail des hommes pouvait produire, et il devint impossible de les nourrir. (Une coudée = entre 144cm et 152cm)

13. Alors ils se tournèrent contre les hommes eux même, afin de les dévorer.

14. Et ils commencèrent à se jeter sur les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les poissons, pour se rassasier de leur chair et se désaltérer de leur sang.

15. Et alors la terre réprouva les méchants.Rel-Anges rebelles, lutte avec les Anges.jpg

 CHAPITRE VIII

1. Azaziel enseigna encore aux hommes à faire des épées, des couteaux, des boucliers, des cuirasses et des miroirs ; il leur apprit la fabrication des bracelets et des ornements, l'usage de la peinture, l'art de se peindre les sourcils, d'employer les pierres précieuses, et toutes espèces de teintures, de sorte que le monde fut corrompu.

2. L'impiété s'accrut ; la fornication se multiplia, les créatures transgressèrent et corrompirent toutes leurs voies.

3. Amarazak enseigna tous les sortilèges, tous les enchantements et les propriétés de racines.

4. Armers enseigna l'art de résoudre les sortilèges.

5. Barkayal enseigna l'art d'observer les étoiles.

6. Akibeel enseigna les signes.

7. Tamiel enseigna l'astronomie.

8. Et Asaradel enseigna les mouvements de la lune.

9. Et les hommes sur le point de périr élevèrent leurs voix, et leurs voix montèrent jusqu'au ciel.

Les humains antédiluviens venaient de parents dont la perfection était encore importante et le sang n’était pas dénaturé comme aujourd’hui. La mémoire comme le QI intellectuel était beaucoup plus évoluée, de cent pourcent des deux premiers humains pour arriver à un QI de soixante voire cinquante pourcent aux humains du Déluge dont la moyenne d’espérance de vie était de 912 ans.

Ces humains antédiluviens vivaient dans des villes, et, qui dit ville, dit aménagement en arrivée d’eau potable, mais aussi système d’évacuation des eaux usées, des excréments humains, animaliers, et autres déchets.

Ce QI continua à diminuer après le déluge pour arriver presque à zéro, et aujourd’hui au XXIème siècle la moyenne du QI des humains est de douze pourcents voire dix-huit, vingt pourcents pour nos scientifiques les plus intelligents de la planète Terre.

Dans le prochain chapitre je continuerai sur les conséquences du Déluge, mais surtout sur les connaissances de nos ancêtres !

Au regard de ce que j’ai lu, des questions que je me suis posé, nous ne pouvons pas être des touristes sur cette Terre, car si cela était le cas quelle injustice ? L’égalité devant la mort et c’est tout ? Impossible ! Heureusement il y a cet espoir de résurrection sur une Terre ou règnera la justice, oui, mais, ce Dieu seul et unique, nous mettra une dernière fois à l’épreuve, car nous serons comme les premiers humains, et nous aurons le libre-choix, en parfaite connaissance, d’une mort définitive, là sera la véritable justice car sur une Terre paradisiaque où le mal avait disparu EL-SHADDAÏ délivrera Sammaël et les siens pour un Temps très court car tous sauront que c’est leurs dernières actions avant une mort certaine et définitive, un départ vers le néant et ils feront le maximum pour entraîner les humains dans leur perte, pas de tortures, pas de menaces, seul les armes qu’ils ont avec eux, convoitise, luxure, mensonge, honneurs, richesses, et tant d’autres et nous aurons nous humains le « libre choix »

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »